skip to content
Turin 2006

Les Jeux de tous les records

Avec une population de plus de 900 000 habitants, Turin devient la plus grande ville hôte des Jeux Olympiques d'hiver. Un nombre record de 2 508 athlètes, représentant 80 Comités Nationaux Olympiques (CNO) participent, dont 26 décrochent des médailles… autre record !

Une large diffusion

Pour la première fois, des vidéos des Jeux sont disponibles en direct sur les téléphones mobiles, dans 18 pays et cinq continents. Pour la première fois, les téléspectateurs de Mongolie et d’Azerbaidjan ont accès aux directs. Le suivi des résultats sur Internet connaît un franc succès, le site torino2006.org enregistrant près de 700 millions de pages vues.

Débuts et premières

L’Albanie, Madagascar et l’Éthiopie sont représentées pour la première fois. L’Allemande Claudia Pechstein devient la première patineuse de vitesse à remporter neuf médailles  dans sa carrière. Avec sa victoire dans le Super G, le Norvégien Kjetil Andre Aamodt, est le premier skieur alpin à décrocher quatre médailles lors d’une même édition des Jeux et le premier à totaliser quatre médailles d’or.

L’esprit olympique

Quand la Canadienne Sara Renner casse un bâton dans l’épreuve de ski de fond par équipe, le sélectionneur norvégien s’empresse de lui prêter l’un des siens (bien que trop long de 12 cm pour elle). Ce geste sportif et fair-play vaut l’argent à l’équipe de Renner… mais empêche la Norvège d'accéder au podium.

CNO : 80
Athlètes : 2 508 (960 femmes, 1 548 hommes)
Epreuves : 84
Volontaires : 18 000
Médias : 9 408 (2 688 en presse écrite, 6 720 diffuseurs)

En direct

Pour la première fois, des opérateurs de téléphonie mobile ont proposé, outre une couverture en différé des Jeux Olympiques, une couverture vidéo en direct à 18 pays sur les cinq continents. Autre première : les Mongoliens et Azerbaïdjanais ont pu suivre les Jeux d’hiver à la télévision.

De l'or pour la Suède

Les Jeux de Turin ont été particulièrement satisfaisants pour la Suède, qui n’avait remporté aucune médaille d’or lors des deux précédentes éditions des Jeux d’hiver. En 2006, les athlètes suédois en ont décrochées sept : hockey sur glace masculin, curling/ski alpin/biathlon féminins et ski de fond (trois médailles).

Le plus ancien

Duff Gibson de Calgarie, Canada, laissa tomber le bobsleigh pour le skeleton en 1998 et se qualifia pour l’équipe canadienne en 2002, finissant dixième à Salt Lake City. À Turin, il a battu tout le monde et est devenu, à l’âge de 39 ans et 190 jours, le plus ancien athlète de l'histoire des Jeux Olympiques d'hiver à remporter une médaille d'or dans une épreuve individuelle.

Joey Cheek

Le patineur de vitesse américain Joey Cheek a décroché l’or dans l’épreuve du 500 mètres et l’argent dans le 1 000 mètres. Sa médaille d’or lui a valu une prime de USD 25 000 de la part du Comité National Olympique des États-Unis. L’athlète a fait don de la somme à une œuvre de charité.

Trois CNO

Trois CNO ont participé pour la première fois aux Jeux Olympiques d’hiver. L’Albanais Erjon Tola et le Malgache Mathieu Razanakolona ont représenté leurs pays respectifs en ski alpin, tandis que l’Ethiopien Robel Teklemariam a concouru dans la discipline du ski de fond.

Internet

Les amateurs des Jeux de Turin ont plus que jamais consulté Internet pour connaître les résultats, avoir des informations et en savoir plus sur le Mouvement olympique. Le site des Jeux de Turin, torino2006.org, a enregistré environ 700 millions de pages visualisées et celui du CIO, olympic.org, plus de 32 millions.

Contrôles de dopage

Les Jeux Olympiques d’hiver de 2006 à Turin sont également les Jeux les plus stricts du point de vue des contrôles de dopage. Un nombre record de 1 219 tests a été effectué.

Action en faveur de l’environnement

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) a félicité le comité d’organisation des XXes Jeux Olympiques d’hiver de 2006 à Turin (TOROC) pour son action en faveur de l’environnement.

La plus haute de l'histoire des Jeux Olympiques

Avec ses 57 mètres de hauteur, la vasque des Jeux de 2006 à Turin est la plus haute de l'histoire des Jeux Olympiques. Elle est composée de trois segments faisant chacun 31, 15 et 11 mètres.

Turin 2006

Avec une population de plus de 900 000 habitants, Turin est devenue la plus grande ville à accueillir les Jeux d’hiver. Précédente ville à avoir tenu ce record : Calgary en 1988, avec 600 000 habitants.

Jean-Pierre Vidal

Jean-Pierre Vidal a perdu une année et demie de compétition après avoir subi une grave blessure lors d’une chute en mars 1999. Il a fait son retour aux Jeux Olympiques de 2002 à Salt Lake City où il a remporté l’or dans le slalom et espérait défendre son titre en 2006. Or, la veille de la compétition de slalom, il part faire du ski libre pour fêter son 29e anniversaire. Il chute, se casse le bras gauche, et se voit dans l’obligation de se retirer de la compétition.

Tanja Poutiainen

Avant les Jeux Olympiques de 2006 à Turin, la Finlande avait remporté 71 médailles en ski de fond, mais pas une seule en ski alpin. Tanja Poutiainen a mis un terme à cette réputation en décrochant l’argent dans la dernière épreuve féminine des Jeux, le slalom géant.

Le curling en Italie

Avant Turin, le curling n’était pas vraiment un sport populaire en Italie, laquelle s’est qualifiée pour le tournoi olympique en tant que pays hôte. Cependant, les Italiens, qui étaient des millions à suivre la compétition de curling à la télévision, ont été fascinés par ce sport, en particulier par le capitaine de l’équipe italienne, Jöel Retornaz, 22 ans, avec sa coupe de cheveux originale et ses lunettes design... À la surprise générale, l’Italie a remporté quelques victoires contre ceux qui seront finalement les médaillés, les Américains et les Canadiens, terminant à la 7e place.

Le patinage de vitesse a vu une nouvelle épreuve

Le patinage de vitesse a vu une nouvelle épreuve ajoutée au programme : la poursuite par équipes. Deux équipes de trois patineurs partent simultanément de chaque côté de la piste. Les membres de l’équipe prennent les virages en “tirant” ou dirigeant l’équipe. Ceux qui ne dirigent pas l’équipe talonnent le patineur de tête pour être aspirés par lui. L’équipe dont le troisième patineur franchit le premier la ligne d’arrivée remporte l’épreuve.

Le snowboard cross

Le sport spectaculaire qu’est le snowboard cross a fait son apparition au programme olympique en 2006. Les concurrents s’affrontent par groupes de quatre sur un parcours qui comprend des virages inclinés et des sauts sur un terrain difficile. Les premières médailles d’or ont été remportées par l’Américain Seth Wescott et la Suissesse Tanja Frieden.

Cérémonies

10 février 2006, Cérémonie d'ouverture XXes Jeux Olympiques d'hiver. Le dernier relayeur de la flamme olympique, Stefania Belmondo s'apprête à allumer la vasque olympique.

Ouverture officielle des Jeux par :
Le Président de la République d’Italie Carlo Azaglio CIAMPI

Allumage de la vasque olympique par :
Stefania BELMONDO (ski de fond)

Serment olympique par :
Giorgio ROCCA (ski alpin)

Serment officiel par :
Fabio BIANCHETTI (patinage)

Turin 2006 Emblème

L'emblème des Jeux Olympiques d'hiver de 2006 représente la silhouette caractéristique du Môle Antonelliana. Celle-ci se transforme en montagne, entre des cristaux de glace, où la neige blanche se fond avec le ciel bleu. Les cristaux se rejoignent pour former un réseau, celui des nouvelles technologies et de l'esprit olympique éternel du partage entre les peuples.

Turin 2006 Médailles

Le concept de la médaille a été imaginé par Ottaviani International et l’équipe graphique du TOROC dirigée par Dario Quatrini. Ronde, vide en son centre, la médaille représente la place italienne. Elle est entourée de son ruban qui, contrairement aux éditions précédentes des Jeux, n’est pas cousu à son extrémité.

Sur l’avers: les éléments graphiques des Jeux; sur le revers: le pictogramme de la discipline sportive dans laquelle la médaille a été remportée. Pour souligner les caractéristiques tridimensionnelles de la médaille, les parties pleines et les parties vides, les textures brillantes et les textures satinées ont été soigneusement utilisées. Tradition italienne Dario Quatrini, qui a créé le motif des médailles, s’est inspiré des modèles issus de la tradition italienne des formes et de la fabrication des anneaux, des monnaies anciennes et des ornements.

Le cercle, vide en son centre, associe tous les thèmes fondamentaux des Jeux à Turin et incarne le leitmotiv de ces Jeux: la place. Arrondie comme les anneaux olympiques ou comme le cercle symbolique de la victoire, la médaille, vide en son centre, laisse entrevoir la place où bat le cœur, symbole de la vie. La médaille ne revêt cependant toute sa signification que lorsqu’elle est suspendue au cou de l’athlète, posée sur son torse, entourant et dévoilant son coeur, soulignant son énergie vitale et ses émotions.

Plus d'infos
Mascottes Turin 2006
Neve et Gliz

Neve et Gliz. En italien, « neve » signifie neige et « gliz » rappelle le mot « ghiaccio », qui veut dire glace.

Plus d'infos
Turin 2006 Torche

Nombre de relayeurs : 10 001 en Italie et 534 en Grèce
Distance totale : 11 300 km en Italie et 2 006 km en Grèce
Pays traversés : Grèce, Italie, Vatican, France, Saint Marin, Slovénie, Autriche, Suisse et France

Plus d'infos
Turin 2006 Affiche

L'affiche officielle des Jeux de 2006 à Turin choisie par le comité d'organisation (TOROC). Au centre de l'affiche, le "Mole Antonelliana",  un symbole  qui reflète les valeurs des Jeux,  du sport et du territoire hôte.

Turin 2006 Rapports Officiels

Le rapport officiel de Turin 2006 se compose de trois volumes, incluant 3 CD-ROM. Les volumes 1, “Final report” et 2, “Sustainability report”, ont été publiés dans une édition bilingue anglaise et italienne. Seul le volume 3, un livre souvenir intitulé “Portraits”, bénéficie d’une édition trilingue incluant le français. Les 3 cd-rom proposent respectivement : le “Rapport final”, le “Rapport de la candidature” en version trilingue et les résultats complets par sport.





  • Turin 2006
    • 12 mars 2014 |
      Télécharger
      Le rapport officiel de Turin 2006 se compose de trois volumes, incluant 3 CD-ROM. Les volumes 1, “Final report” et 2, “Sustainability report”, ont été publiés dans une édition bilingue anglaise et italienne. Seul le volume 3, un livre souvenir intitulé “Portraits”, bénéficie d’une édition trilingue incluant le français. Les 3 cd-rom proposent respectivement : le “Rapport final”, le “Rapport de la candidature” en version trilingue et les résultats complets par sport.


athletes

  • CNO
    Médaillés
    Sports
    Médailles
  • RUS
    Patinage de vitesse sur piste courte
    • O 3
    • A 0
    • B 1
  • GER
    Biathlon
    • O 3
    • A 0
    • B 0
  • KOR
    Patinage de vitesse sur piste courte
    • O 3
    • A 0
    • B 0
Plus


Galerie



back to top