skip to content

Tokyo 2020

LE PROJET

Le nouveau stade national est construit à l’emplacement de l’ancien, détruit en 2014 et utilisé lors des Jeux Olympiques de Tokyo 1964 notamment. C’est le projet de l’architecte irako-britannique Zaha Hadid qui est sélectionné à l'origine à l’issue d’un concours organisé par le comité de candidature de Tokyo 2020. Toutefois, le projet est remis au concours et c’est finalement celui de l’architecte japonnais Kengo Kuma qui séduit le comité de candidature. Le projet tend à allier au mieux urbanisme et environnement en privilégiant l’utilisation de matériaux naturels.

ARCHITECTURE

L’édifice est composé de deux niveaux souterrains et de cinq étages hors-sol. Les différents étages sont entourés d’avant-toits formés de planches de cèdre fixées verticalement les unes aux autres. Le bâtiment mesure 50 mètres de haut et possède un toit plat : ces deux caractéristiques permettent de limiter au maximum l’impact visuel du stade et garantissent une harmonie avec son environnement. Le toit en treillis est constitué d’une combinaison de mélèze cultivé au Japon, de cèdre et d’acier. Une fenêtre de toit y est installée afin de concentrer au maximum la lumière naturelle sur la pelouse et ainsi faciliter la pousse du gazon, en particulier durant l’hiver. À l’intérieur du stade, les gradins sont disposés en rond sur trois étages, se relevant sur les côtés du terrain comme les bords d’un bol et devenant de plus en plus pentus.

Tokyo se trouvant dans une zone de tremblements de terre, le stade répond à des normes antisismiques strictes. Afin de réduire l’effet de déformation de l’édifice en cas de séisme ou de vents forts, des poutres et des barres de renfort en acier sont placées dans les étages supérieurs. Plus bas, des amortisseurs à huile sont prévus pour absorber l’énergie d’un potentiel tremblement. Le stade peut être évacué depuis n’importe quel siège en 15 minutes.

L’énergie utilisée pour le fonctionnement du stade est tirée de sources durables. Les vents saisonniers, canalisés par les terrasses et les avant-toits, permettent d’éliminer la chaleur et l’humidité dégagées par le terrain et les spectateurs. Des panneaux photovoltaïques sont installés sur le bord du toit ; l’eau de pluie est récoltée pour l’irrigation de la pelouse et l’arrosage des espaces verts du stade. Des vaporisateurs d’eau pour réduire la température de l’air sont mis en place aux entrées de l’édifice et dans certaines zones à l’intérieur du bâtiment sujettes aux regroupements de spectateurs.

PARTICULARITÉS

L’architecte porte une grande attention au mélange entre les matériaux de construction naturels et l’écrin de verdure que sont les jardins du sanctuaire Meiji attenant. Afin de privilégier l’utilisation d’éléments locaux, il est prévu d’habiller l’édifice de différentes espèces végétales indigènes et d’équiper les avant-toits de lampes en pierre et en papier typiquement japonaises qui offrent une lumière douce à tout le bâtiment.

Deux espaces ouverts au public, « Grove of the sky » (littéralement le bosquet du ciel), une promenade circulaire longue de 850 mètres située à l’étage supérieur du stade, et « Forest of the Earth » (la forêt de la terre), un espace autour du stade relié aux parcs environnants, invitent à la détente et à profiter de la vue sur la ville ainsi que de la nature qui borde le bâtiment.

Le stade national, véritable “lieu saint” pour le sport au Japon, a donné lieu à de nombreuses compétitions mémorables. Fort de cette riche histoire, le nouveau stade national renaît aujourd’hui en tant que centre sportif et culturel d’une ère nouvelle. Japan Sport Council
APRÈS LES JEUX

A l’issue de l’événement olympique, le stade sera le nouveau lieu d'accueil des activités et des compétitions sportives de la région.

- Le style général de l’édifice en bois rappelle les pagodes et les temples japonais. Une technique traditionnelle de pose de planches de bois, le Yamato-bari, est utilisée afin d’habiller les halls à l’intérieur du stade. D’autres espaces intérieurs tels que les salons et les vestiaires sont également décorés de bois.

SOURCES

- « Coup d’envoi des travaux du stade de Tokyo 2020 », actualités, site Internet du Comité International Olympique, 12 décembre 2016.
- « Interview : Kengo Kuma discusses his upcoming projects at home and abroad », site Internet DesignBoom.
- New National Stadium: Development Project Leaflet, Japan Sport Council, n. p.
- New National Stadium Development Project: To let you know more about the project, Japan Sport Council, n. p.
- « Olympic Sports - Athletics », site Internet du Comité d’organisation de Tokyo 2020.
- « Tokyo breaks ground on £1.2bn national stadium for 2020 Olympics », The Guardian, 11 décembre 2016.
- « Tokyo National Stadium: Kengo Kuma replaces Zaha Hadid », site Internet DesignBoom, 22 décembre 2015.



STADE OLYMPIQUE
Dénomination : Les termes stade national et nouveau stade national sont également utilisés pour désigner l’édifice.
Localisation : 10-1, Kasumigaokamachi, Shinjuku Ward, Tokyo, Japon
Statut : Construit pour les Jeux sur le site de l’ancien stade national
Concepteurs : Kengo Kuma and Associates (architectes)
Taisei Corporation, Azusa Sekkei Co., Ltd. (entrepreneurs)
Coût : ~1,5 milliard de dollars américain
Capacité : De 60 000 à 80 000 spectateurs selon la configuration
Dimensions : 72 400 m2 (surface couverte par le stade)
Données additionnelles : -
Construction : Décembre 2016 à novembre 2019
Inauguration officielle : -
Événements durant les Jeux : Athlétisme (départ et arrivée des deux marathon inclus, les deux 20 km et le 50 km marche exclus) et certains matchs des tournois de football.
Cérémonies d’ouverture et de clôture.


back to top En