skip to content
EDWARDS Teresa
EDWARDS Teresa

Teresa EDWARDS

  • O 4
  • A 0
  • B 1

Le plus beau palmarès olympique du basket féminin

Teresa Edwards est la seule basketteuse cinq fois sur le podium en cinq Jeux Olympiques, et également la plus jeune (à 20 ans en 1984) et la plus âgée (à 36 ans en 2000) médaillée d’or de son sport. Elle est la chef de mission de la délégation américaine lors des Jeux de Londres en 2012.

En route vers les sommets

Fille aînée d’une famille de cinq enfants, née dans la ville de Cairo (Géorgie) dont elle deviendra la citoyenne la plus illustre, Teresa Edwards se passionne très jeune pour le basketball. Un sport où elle peut dominer les garçons, dans lequel elle s’engage tant et si bien, passant des heures à s’entraîner, qu’elle doit mentir à sa mère en lui expliquant que ses retours tardifs sont dû à son travail pour aider un de ses professeurs. Fan de Julius Erving (« Dr J.»), l’arrière star des Philadelphia 76ers, Teresa est à son adolescence un élément essentiel de l’équipe féminine de l’université de Géorgie, (Georgia Bulldogs) qui dans la période 1982-1986 atteint deux fois le «Final Four» du championnat NCAA et au sein de laquelle elle se fait un nom au plan national.

Coup d’arrêt à Barcelone

A tout juste 20 ans, Teresa Edwards, qui évolue au poste d’arrière, est sélectionnée en équipe des USA pour les Jeux de Los Angeles 1984. Le 7 août dans le forum d’Inglewood, elle gagne son premier titre olympique et devient la plus jeune médaillée d’or de son sport en participant à la victoire finale 85-55 devant la Corée du Sud. Quatre en plus tard à Séoul, Teresa est la leader de la formation qui s’impose 77-70 face à la Yougoslavie en finale, où elle marque 14 points en seconde période. A Barcelone en 1992, les américaines sont battues 79-73 par l’Equipe Unifiée de l’ex-URSS en demi-finale et prennent le bronze en dominant Cuba 88-76.

Au sommet à Atlanta

Teresa Edwards est partie exercer ses talents dans les championnats européens,
son pays n’ayant pas encore de ligue professionnelle féminine. A partir de 1987, elle joue en Italie (Vicenza), au Japon (Nagoya), en Espagne (Valence) puis en France (Tarbes). Mais elle retourne aux USA mi-1995 pour se lancer dans une longue préparation pour les Jeux d’Atlanta qu’elle disputera à domicile. Le 19 juillet 1996, jour de ses 32 ans, Edwards prononce le serment olympique au nom de tous les athlètes lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux du centenaire. Son tournoi olympique sera le plus abouti. Elle y établit notamment un record de 64 passes décisives qui n’a jamais été battu et gagne son troisième titre olympique le 4 août, capitaine de la formation qui domine le Brésil 111-87 en finale. A 36 ans, Teresa Edwards est encore une joueuse essentielle de l’équipe qui s’impose 76-64 dans le match pour l’or des Jeux de Sydney 2000 face à l’Australie. Elle devient la plus vielle championne olympique de basketball, seule à cumuler quatre titres (rejointe par Lisa Leslie en 2008) et à compter cinq médailles en cinq Jeux.

Teresa Edwards Street, Cairo, Georgie

Ayant joué en sélection dans 19 grands évènements internationaux sur une période de 16 ans, pour gagner 14 titres, une médaille d’argent et trois en bronze avec 153 victoires pour 8 défaites, Teresa Edwards est au niveau olympique la recordwoman des matches joués (32), des passes décisives (143), des interceptions (59) et la troisième marqueuse (265 points). Basketteuse la plus couronnée de l’histoire, elle compte, parmi de nombreux honneurs, une rue à son nom dans sa ville natale de Cairo. En 2012, elle occupe aux Jeux de Londres le poste le plus important de la délégation américaine : chef de mission.

Plus


Résultats



back to top