skip to content

Stina NILSSON

  • O 1
  • A 2
  • B 2

Parmi les reines du ski de fond à PyeongChang 2018

Stina Nilsson a marché sur les pas de son modèle Charlotte Kalla pour apporter à la Suède quatre médailles en ski de fond féminin à Alpensia. Associées, elles ont remporté deux médailles d'argent en sprint par équipes et dans le relais 4 x 5 km. En individuel, la fondeuse de 24 ans a triomphé magistralement dans le sprint classique et s'en est allée quérir le bronze sur 30 km. Stina Nilsson est une des stars des XXIIIe Jeux d'hiver.

Brillante junior

Comme elle l'a dit, Stina Nilsson a appris à skier en même temps qu'elle s'est mise à marcher. Dès ses années juniors, elle est en 2010 championne nationale du sprint et, l'année suivante, vainqueur dans la même épreuve aux Festival olympique de la jeunesse européenne à Liberec en République tchèque. Aux Championnats du monde juniors, Stina Nilsson s'impose (toujours en sprint) à Erzurum (Turquie) en 2012, puis à Liberec en 2013, où elle prend aussi l'or dans le relais 4x3 km avec ses jeunes camarades suédoises. Elle dispute aussi ses premiers Mondiaux chez les grandes, à Val Di Fiemme 2013, où d'entrée, elle atteint la finale du sprint où elle se classe 5e.

Premiers Jeux à Sotchi en 2014, premier podium

À 19 ans, elle est dans l'équipe olympique suédoise pour les Jeux de Sotchi 2014 et gagne sa première médaille : le bronze du sprint par équipes avec Ida Ingemarsdotter à un souffle de la Finlande qui prend l'argent, alors que la Norvège de Marit Bjørgen et Ingrid Flugstad Østberg s'impose. Lors des Championnats du monde 2015 disputés en février à Falun (Suède), Stina Nilsson obtient trois deuxièmes places : en sprint individuel et par équipes avec Ingemarsdotter et en relais 4x5 km. Les médias suédois la surnomment alors "Silver Stina".     

Vers plus de polyvalence

Au moment où elle remporte son premier succès sur la Coupe du monde, le sprint de Davos en décembre 2015, la championne de la Dalécarlie (centre de la Suède) explique à l'agence de presse norvégienne NTB : "Je veux devenir une fondeuse complète et cet hiver 2015-2016 sans gros championnat est idéal pour tenter mes premières expériences". Son entraîneur Rikard Grid ajoute qu'elle a le potentiel pour rivaliser avec les Norvégiennes sur les plus longues distances, et... "qu'elle devrait se rapprocher de ses rivales d'ici les Jeux de PyeongChang avec l'ambition de lutter pour plusieurs médailles".

Sur la route des XXIIIe Jeux d'hiver

Jusqu'aux Jeux d'hiver 2018, c'est toujours en sprint que Stina Nilsson construit son palmarès avec un total de 8 victoires en sprint libre et classique sur la Coupe du monde. Mais elle devient aussi un pilier du relais 4x5 km médaillé d'argent aux Championnats du monde 2017 à Lahti (Finlande), et elle commence aussi à briller sur 10 km et 15 km. Lors de l'hiver olympique 2017-2018, Stina s'impose dès la première course, le sprint classique de Ruka le 23 novembre. Mais elle fait dans la foulée l'impasse sur le Tour de Ski en expliquant : "J'ai un plan A, un plan B pour pour préparer les Jeux et à la place du Tour, je vais privilégier une longue période d'entraînement à la maison, chez moi, au calme et loin de toute agitation".  Dès son retour, elle monte encore sur la plus haute marche du podium, dans le sprint classique de Planica, à moins d'un mois des Jeux.

Première suédoise championne olympique en sprint

À Alpensia, son modèle depuis ses débuts, Charlotte Kalla, remporte le 10 février le skiathlon où elle se classe 10e. Trois jours après, Stina Nilsson est impériale dans le sprint classique. Première des qualifications, de son quart de finale et de sa demi-finale avant de devenir magistralement championne olympique. Elle décroche la tenante du titre norvégienne Maiken Caspersen Falla dans la dernière montée, prend encore de l'avance dans la descente et la ligne droite finale, avant de passer la ligne d'arrivée les bras levés. Falla, quant à elle, doit résister au rush final de l'athlète olympique de Russie Yulia Belorukova pour préserver sa 2e place. C'est la première fois qu'une Suédoise s'impose en sprint aux Jeux Olympiques.

Adieu "Silver Stina", bonjour "Gold Stina"

"Je suis très émue, hyper contente. Je me suis sentie forte toute la journée, et se montrer capable de prendre la médaille d'or est quelque chose de fantastique. Cela veut tout dire ! J'ai travaillé si dur pour ça, depuis tant d'années. Il y a eu beaucoup de hauts et de bas, et devenir championne olympique aujourd'hui est quelque chose dont je me rappellerai toute ma vie. C'est vraiment le plus beau jour de mon existence", dit Stina Nilsson, qui est en larmes sur le podium. "Je n'ai pas pu retenir mes émotions. C'est vraiment la première fois de ma carrière que je pleure sur un podium, je pensais que cela n'était pas possible mais j'ai tellement travaillé pour réussir. Vous savez je me suis entraînée pour chaque partie de ce parcours, j'avais étudié et prévu chaque détail. Alors lorsque tout fonctionne parfaitement, comme aujourd'hui, c'est très amusant. Je ne pensais pas gagner avec une telle avance. J'espère qu'avec cette victoire les médias ne m'appelleront plus "Silver Stina"; "Gold Stina", ce serait bien."  

Trois médailles supplémentaires

La fondeuse, dont la devise est "Profiter de la vie et faire les choses qui rendent heureuse", est le 17 février la 4e relayeuse suédoise du 4x5 km, après Anna Haag, Charlotte Kalla et Ebba Anderson qui ont maintenu leur équipe aux avant-postes. Elle fait le match pour l'or avec la reine Marit Bjørgen qui parvient à la décrocher légèrement dans la fameuse montée finale et à augmenter son avance jusqu'à la ligne d'arrivée pour une victoire norvégienne. Place ensuite,  quatre jours plus tard, au sprint par équipes où Nilsson fait équipe avec Kalla. C'est encore la plus jeune des deux qui prend le dernier relais, dans un emballage final acharné à trois avec Jessica Diggins pour les États-Unis et Maiken Caspersen Falla pour la Norvège. Diggins parvient à l'emporter pour 19/100e de seconde, jetant son ski sur la ligne d'arrivée devant Nilsson. Après ces deux médailles d'argent, elle va surprendre. N'ayant jamais obtenu de podium dans le 30 km depuis le début de sa carrière internationale, Stina Nilsson s'en va quérir le bronze sur la distance au dernier jour des Jeux. Encore 4e à 1 km de l'arrivée, elle produit un dernier effort pour prendre le meilleur sur Ingvild Flugstad Ostberg et monter sur le podium aux cotés de Bjørgen (or) et de la Finlandaise Krista Parmakoski (argent).

Honorée pour ses superbes Jeux

"Réaliser que je finissais troisième, ça a été totalement inattendu ! Il y a une grosse différence entre la 4e place et la médaille de bronze olympique, c'est donc très important pour moi. Je suis venue à PyeongChang dans la meilleure forme de ma vie, alors emmener cette forme jusqu'au bout des Jeux est quelque chose dont je n'aurais même pas pu rêver avant d'arriver ici", dit Stina Nilsson le jour de la cérémonie de clôture. Chaque année, un athlète suédois est récompensé de la prestigieuse "Victoriastipendiet", une bourse décernée par la princesse Victoria de Suède depuis 1979 et dont le premier récipiendaire fut le légendaire Ingemar Stenmark. Le 14 juillet 2018, jour de l'anniversaire de la princesse, ce prix est décerné à Stina Nilsson, dont on n'a sûrement pas fini d'entendre parler !  

Plus


Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • O 3:03.84
    Ski
    sprint 1,5km
    B 1:24:16.5
    Ski
    30km
    A 15:56.66
    Ski
    Sprint par équipes
    A 51:26.3
    Ski
    Relais 4x5km
  • B 16:23.82
    Ski
    Sprint par équipes femmes


back to top En