skip to content

Parmi les plus grandes gymnastes de l’histoire

Avec cinq médailles dont quatre en or, la gymnaste américaine Simone Biles est l’athlète féminine la plus médaillée des Jeux de Rio 2016 en compagnie de sa compatriote nageuse Katie Ledecky. Ses prestations étincelantes dans les concours généraux et sur les différents agrès ont illuminé la semaine de compétition dans l’Arène olympique de Rio. Au Brésil, Simone Biles est entrée de plein pied dans la légende des Jeux. 
Inspiration
Ce 31 juillet 2012, Simone Biles, 15 ans, est avec ses coéquipières, dans le centre d’entraînement pour jeunes champions « Bannon’s Gymnastix » à Houston (Texas). Leur entraineur a fait installer un écran géant, devant lequel elle peut assister au triomphe du « cinq » américain (Gabby Douglas, McKayla Maroney, Aly Raisman, Kyla Ross et Jordyn Wieber) dans le concours général par équipes des Jeux Olympiques de Londres 2012. « Je n’ai jamais grandi en rêvant de disputer les Jeux Olympiques, » racontera-t-elle, mais ce jour-là, alors qu’elle s’entraîne pour parvenir au plus haut niveau international, une pensée lui traverse l’esprit. « Wow ! J’ai participé à un camp d’entraînement avec Kyla et Jordyn ! Peut-être qu’un jour, je pourrai être là moi aussi ! » 

Voyage scolaire 
Née à Columbus dans l’Ohio le 14 mars 1997, Simone Biles connait une enfance difficile. Elle est retirée à sa mère, baladée dans des familles d’accueil, avant d’être adoptée et élevée par ses grand-parents. Simone est emmenée à l’âge de six ans dans un voyage scolaire vers le Texas et le centre d’entraînement de Bannon. Elle s’y amuse beaucoup, regardant les autres jeunes gymnastes et tentant de copier leurs mouvements. Un des entraîneurs présents décèle immédiatement son potentiel, alerte ses collègues, et une lettre est envoyée aux grand-parents de Simone pour qu’elle prenne le chemin du sport-études. Tout va dès lors s’enchaîner comme dans un rêve. Ou, comme on le dit en anglais, « the rest is history ». 

Début d’un fabuleux parcours international 
Simone progresse au niveau junior avec une préférence pour trois agrès : le sol, la poutre et le saut de cheval. Elle excelle également dans le concours général. Après avoir fait ses armes au niveau national, puis international, elle dispute ses premiers championnats du monde à Anvers (Belgique) en 2013. Le monde entier apprend à la connaitre. La jeune et bondissante américaine remporte d’entrée quatre médailles : or au sol et au concours général individuel, argent au saut de cheval, bronze à la poutre. Elle termine également 4e aux barres asymétriques. 

Trois participations aux Mondiaux pour écrire une page d’histoire 
Alors qu’elle se montre dominatrice au niveau national, enchaînant les victoires au concours général individuel et sur ses agrès de prédilection, Simone doit soigner une blessure à l’épaule en début de saison 2014. Mais elle revient encore plus forte, et aux championnats du monde de Nanning (Chine) en septembre, elle enlève quatre médailles d’or : concours général individuel et par équipes avec les USA, sol et poutre. Ajoutant l’argent au saut de cheval. En 2015 à Glasgow, Simone Biles devient la première gymnaste à remporter trois fois consécutivement le titre mondial du concours général individuel. Mieux que la légendaire russe Svetlana Korkhina, également trois fois championne du monde dans cette épreuve mais pas en continu (1997, 2001, 2003). Elle aide à nouveau les USA à s’imposer par équipes, conserve son titre au sol et à la poutre et monte sur la 3e marche du podium au saut de cheval. Elle devient la plus médaillée des gymnastes américaines (14 podiums) et la première à remporter dix titres dans l’histoire des championnats du monde. En trois participations !

Doublé au concours général pour commencer à Rio 
A 19 ans, Simone Biles s’annonce aux Jeux de Rio comme le nouveau phénomène de la gymnastique mondiale. Elle ne va pas décevoir ! Dès la première épreuve, elle hisse l’équipe américaine à la médaille d’or du concours général par équipes. Fortes d’une avance impressionnante de 8,209 points sur la Russie et la Chine, les Américaines écrasent la compétition et conservent leur titre. Elle offre notamment au public de l’Arène olympique une prestation étincelante au sol sur de la musique brésilienne, gratifiée d’une note exceptionnelle de 15,800. Deux jours plus tard, elle s’empare du titre du concours général individuel, s’attirant les félicitations de Nadia Comaneci, la légendaire gymnaste roumaine, qui décrit sa victoire comme « un succès magnifique ». 

Rien ne lui résiste, sauf la poutre ! 
Lors de la première journée des finales par appareils le 14 août, la petite merveille américaine décroche sa troisième médaille d’or, cette fois-ci au saut de cheval. Dernière à s’élancer, Simone Biles récolte une note de 15,966 suffisante pour lui offrir le titre de cet agrès. Le lendemain, elle commet sa seule erreur à Rio, laissant l’or de la poutre à la Néerlandaise Sanne Wevers. Une glissade dont elle n’est pas coutumière, la relègue sur la troisième marche du podium. Le meilleur reste toutefois à venir. Le 16 août, Simone Biles obtient brillamment sa quatrième médaille d’or, au sol. Elle réalise une performance quasi parfaite et obtient un score de 15,966, grâce à un enchaînement sur fond de samba qui démontre sa puissance, sa souplesse et sa créativité, et enflamme le public de Rio. Pour ne rien gâcher, elle réalise, comme au concours général individuel, un doublé avec sa coéquipière et amie Aly Raisman. 

Dans la légende de la gymnastique olympique 
Cette ultime médaille d’or fait entrer la petite Texane (1,46m) dans l’histoire, puisqu’elle égale le record de quatre titres décrochés en « gym » artistique féminine lors de mêmes Jeux, exploit réalisé avant elle par quatre autres gymnastes : la Soviétique Larissa Latynina et la Hongroise Ágnes Keleti en 1956, la Tchécoslovaque Vera Cáslavská en 1968 et la Roumaine Ecaterina Szabo en 1984. Elle a non seulement rejoint ce quatuor de rêve dans les annales, mais également accédé au panthéon des géants olympiques. Simone Biles résume ainsi son expérience de Rio : « Pour mes premiers Jeux Olympiques, je repars avec cinq médailles, c’est très loin d’être décevant ! » Mais elle dit aussi « les rêves deviennent vraiment réalité », et rappelle « je ne suis pas la prochaine Usain Bolt ou Michael Phelps, je suis la première Simone Biles ». 


Galerie


Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • 184.897
    Gymnastique
    compétition par équipes
    14.733
    Gymnastique
    poutre
    62.198
    Gymnastique
    concours multiple individuel
    15.966
    Gymnastique
    exercices au sol
    15.966
    Gymnastique
    saut de cheval

back to top En