skip to content

Simen Hegstad KRUEGER

  • O 2
  • A 1
  • B 0

Simen Hegstad Krüger, de la chute à la gloire…

Dans la grande tradition du ski de fond norvégien, le jeune Simen Hegstad Krüger, 24 ans, a marqué les esprits lors de sa toute première course olympique, à PyeongChang. Lors du skiathlon organisé sur la distance de 30 km, il a lourdement chuté lors du premier tour avant de finir sur la plus haute marche du podium devant ses compatriotes Martin Johnsrud Sundby et Hans Christer Holund. Un triomphe suivi de deux autres podiums…

Quand le Norvégien Simen Hegstad Krüger se retrouve au sol, la face dans la neige, avec deux adversaires sur le dos, quelques mètres après le départ du skiathlon, le 11 février à Alpensia, il pourrait se dire que sa première course olympique vient de s’achever de manière prématurée. Mais il aurait bien tort. 30 km plus loin, il parvient à dominer tous les favoris pour s’offrir le plus éblouissant succès de sa jeune carrière après une incroyable remontée.

Un bâton cassé

"Voilà, c’était ma toute première course olympique et elle a débuté de la pire des manières, explique-t-il. J’ai essayé de rester calme." En effet, dans la confusion du départ, après la première ligne droite, Simen Hegstad Krueger chute et entraîne avec lui les deux athlètes olympiques de Russie qui le suivaient, dont le jeune espoir Denis Spitsov.  Il se retrouve avec un ski dans le dossard et un bâton cassé soit une trentaine de secondes perdues et la dernière place du peloton. "J’étais dernier", continue-t-il. "Il me fallait redémarrer ma course et changer mes plans pour rattraper les gars devant. Quand je l’ai fait, je me suis dit "prends un tour, deux tours, trois tours, mets-toi dans le coup et essaye quelque chose dans la dernière boucle.""

Les favoris perdent pied

En effet, après le changement de skis à mi-parcours, le passage en skating permet un regroupement en tête. À 4 km de l’arrivée, dans le dernier tour, sur un circuit d’Alpensia balayé par un vent glacial, Krueger porte une attaque tranchante et personne ne répond. Le jeune Norvégien s’échappe et creuse rapidement un écart irrattrapable. Le deux grands favoris, Johannes Klaebo et Dario Cologna, perdent pied et ce sont deux autres Norvégiens, Martin Johnsrud Sundby et Hans Christer Holund, qui partent progressivement à sa poursuite. Mais le nouveau venu est impressionnant de puissance et personne ne le rattrapera. "C’est un sentiment indescriptible", lâche le héros du jour. Il s’impose avec huit secondes d’avance sur Sundby qui règle Holund au sprint alors que le champion du monde junior Denis Spitsov, lui aussi impliqué dans la chute initiale, finit quatrième devant le Français Maurice Manificat.

Un seul succès en Coupe du monde

Ce triplé est le 13e réussi par la Norvège aux Jeux Olympiques d’hiver et le cinquième en ski de fond. Le précédent avait été réussi par l’équipe féminine lors du 30 km des Jeux de Sotchi en 2014. Il est aussi le résultat d’une course tactique, ses coéquipiers l’ayant délibérément laissé partir dans le dernier tour. Pour Krüger, c’est une consécration alors qu’il n’avait jusque-là signé que deux podiums individuels en Coupe du monde, dont une seule et unique victoire en décembre 2017 à Toblach lors d’un 15 km en style libre. Il démontre aussi la profondeur du réservoir norvégien qui obtient ce jour-là ses 109, 110 et 111e médailles olympiques dans la discipline.

Des Jeux de rêve

Moins d’une semaine plus tard, Simen Hegstad Krüger démontre sa forme éclatante en retrouvant les sommets lors du 15 km libre. Dans cette épreuve contre la montre, il donne le tempo et ne s’incline que de 18 secondes face au Suisse Dario Cologna qui signe sa troisième victoire consécutive dans cette épreuve après Vancouver 2010 et Sotchi 2014. "Dario était dans une autre dimension aujourd’hui", commentera le nouveau héros norvégien. "Il était incroyablement fort. Prendre l’argent est une victoire pour moi." La Norvège n’avait en effet pas obtenu de médaille sur cette distance depuis Frode Estil, deuxième à Salt Lake City en 2002.

 L'or en relais

 Mais la moisson n’est pas complète pour Simen Hegstad Krüger qui va repartir de PyeongChang avec une deuxième médaille d’or, celle du relais 4 x 10 km que la Norvège n’avait pas remporté depuis seize ans. Et là encore, il va faire parler sa forme éclatante. À l’issue des deux premiers relais en style classique, la Norvège ne figure qu’au quatrième rang derrière les "Athlètes olympiques de Russie" (OAR), l’Italie et la France. Simen effectue une nouvelle remontée éclatante pour signer le parcours le plus rapide du jour en 21’19’’ et ramener ainsi son équipe en tête. Ensuite, ce sera bien sûr le travail de Johannes Klaebo qui va permettre à la Norvège d’aller conquérir un nouveau succès dans sa discipline de prédilection.

Avec ses trois médailles olympiques obtenues à 24 ans, l’enfant du ski club de Lyn dans la banlieue d’Oslo est sorti de l’anonymat lors de ces Jeux de 2018. Il lui reste à s’affirmer désormais comme un nouveau leader de cette équipe de Norvège qui n’en a jamais été dépourvue au cours des dernières décennies…

Plus


Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • O 1:33:04.9
    Ski
    Relais 4x10km
    A 34:02.2
    Ski
    15km
    O 1:16:20.0
    Ski
    Combiné 15 + 15km départ groupé


back to top En