skip to content
ARAKAWA Shizuka
ARAKAWA Shizuka

Shizuka ARAKAWA

  • O 1
  • A 0
  • B 0

C’est à cinq ans que Shizuka Arakawa entre à l’école de patinage. Sa motivation est simple : porter de belles tenues !

Des débuts précoces

Très vite, la passion du patinage la gagne et elle décide de sacrifier tout son temps libre pour s’entraîner. À huit ans, elle est déjà capable de passer un triple salchow. La jeune japonaise remporte ainsi cinq éditions des Championnats nationaux, trois fois en junior et deux fois en senior. En 1998 à Nagano, Shizuka Arakawa participe pour la première fois aux Jeux Olympiques; elle n’a que 16 ans. Le Japon fonde de grands espoirs sur elle, et l’Empereur et l’Impératrice du Japon viennent même assister à sa performance. Elle finira 13e au classement final.

Le succès loin des Jeux

Quatre ans plus tard, les Jeux à Salt Lake City se déroulent sans elle. La patineuse finit deuxième de son Championnat national et n’est pas intégrée à l’équipe olympique japonaise. Malgré cela, Shizuka Arakawa rencontre le succès dans d’autres compétitions, comme le Four Continents et le NHK Trophy. En 2004 à Dortmund, elle devient championne du monde de patinage artistique féminin.

Le retour après avoir presque arrêté

En 2006, après un passage à vide d’un an où elle faillit mettre un terme à sa carrière, Shizuka Arakawa prend part aux Jeux Olympiques à Turin. Un nouvel entraîneur et un nouveau programme définissent une Shizuka revigorée. Le programme court est un vrai défi pour la Japonaise. Sur la Fantaisie Impromptue de Chopin, elle effectue une prestation remarquée et termine troisième, au coude à coude avec les deux favorites : Sacha Cohen et Irina Slutskaya. Elles sont alors seulement séparées de 0.7 point.

Première médaille d’or du patinage artistique japonais

Le 23 février 2006, elle réalise un programme long sans faute. Sur une mélodie de Puccini, La Fantaisie pour violon, elle effectue un splendide Ina Bauer, figure caractéristique de la Japonaise. Son programme est marqué par sa simplicité et par le parfait contrôle qu’elle exerce sur le déroulement de celui-ci. Elle joue néanmoins la sécurité et revoit à la baisse quelques-unes des figures prévues, un choix qui se révèlera payant. Parallèlement, ses deux adversaires directes chutent et sont reléguées aux 2e et 3e places du classement. Shizuka accède ainsi à Turin à la plus haute marche du podium olympique. Grâce à cette performance, elle ramène la seule médaille japonaise de ces Jeux : la première en patinage artistique depuis la médaille d’argent de Midori Ito aux Jeux à Albertville en 1992 et la première médaille d’or du patinage artistique japonais.

Plus


Galerie


Résultats

  • Jeux
    Résultat
    Sport
    Epreuves
  • O 191.34
    Patinage
    Individuel femmes

back to top En