skip to content
Stop aux abus et au harcèlement sexuel dans le sport
Qu'entend-on par harcèlement et abus sexuels ?

- Le harcèlement et les abus sexuels sont des formes de discrimination sexuelle. Elles impliquent des comportements sexuels non désirés, arrangés ou forcés, pouvant aller de l'utilisation de stéréotypes offensants basés sur le sexe de la personne (voir exemple ci-dessous) à des blagues sexistes, des menaces, des intimidations, et des approches ou actions à caractère sexuel.
- Les environnements les plus propices au harcèlement et aux abus sexuels sont ceux dans lesquels vos droits ne sont pas reconnus ou dans lesquels vous n'êtes pas considéré comme un individu à part entière.

Comment se manifestent le harcèlement et les abus sexuels ?

- Dans la plupart des cas, les athlètes savent qu'ils sont victimes de harcèlement et d'abus sexuels car ils sont confrontés à des comportements humiliants et choquants. En d'autres termes ils se retrouvent dans une situation qu'ils n'ont pas souhaitée.
- Cependant, il arrive que les athlètes concernés ne prennent pas conscience de leur situation, car ils sont pris au piège par l'auteur de ces abus, prisonniers d'un processus de conditionnement.

Les mythes au sujet des abus sexuels dans le sport (en anglais)

Étapes du conditionnement / Processus de conditionnement dans le sport

Identification d'une victime potentielle

· Identifier une personne vulnérable
· Trouver des occasions pour la prendre à part et tester sa discrétion et sa fiabilité
· Vérifier si elle est considérée comme une personne sensible
· Installer une amitié
· Faire preuve de gentillesse


Création d'une relation basée sur la confiance et l'amitié

· La faire se sentir spéciale
· Lui offrir des cadeaux et des récompenses
· Passer du temps avec elle
· Etre à son écoute
· Faire preuve de cohérence
· Installer un contexte de rencontre
· Commencer à marchander : « Tu dois faire ça, parce que j'ai fait ci... »


Initiation du processus d'isolement et de contrôle ; Installation d'une loyauté

· Refuser à l'enfant le droit de voir ses proches et/ou discréditer toutes les relations d'amitié et de soutien nouées dans le passé
· Limiter l'accès ou la dépendance aux parents, tuteurs ou pairs extérieurs au milieu sportif
· Faire preuve d'incohérence : donner de l'espoir et de la joie à l'enfant juste avant de le punir afin d'attiser son besoin d'attention
· Vérifier l'engagement de l'enfant en lui posant des questions et en mettant en place des petits tests


Premiers abus sexuels et protection du secret

· Franchir graduellement des frontières sexuelles ambigües
· Avancer que la victime n'a rien dit la fois précédente pour la piéger en cas de refus
· Invoquer la coopération : « tu me dois bien ça après tout ce que j'ai fait pour toi ! »
· Eveiller le sentiment de culpabilité : « regarde ce que tu as fait ! »
· Se présenter en protecteur : « je ne dirai rien à personne, c'est notre petit secret. »
· Discréditer la victime afin qu'elle n'ait pas d'autres choix que de continuer : « les autres ne comprendront pas ! », ou « personne ne te croira ! »
· Menacer la victime : « si tu en parles à qui que ce soit tu vas comprendre ta douleur / je dirai aux autres ce que tu as fait / je m'en prendrai à un de tes proches / je t'exclurai de l'équipe... »

Source: Brackenridge, C.H. (2001) Spoilsports : Understanding and preventing sexual exploitation in sport. London: Routledge, p. 35.

Comment les athlètes réagissent-ils face au harcèlement et aux abus sexuels ?

- Lorsqu'ils sont victimes d'abus sexuels, les athlètes peuvent avoir l'impression d'être les seuls dans ce cas, alors qu'en réalité d'autres vivent la même situation.

- Le respect est un droit (ce qui explique pourquoi il est impératif de lutter contre le harcèlement et les abus sexuels).

Pourquoi le respect est-il important ?

Parce que des droits sont conférés par la Charte des droits de l'homme des Nations Unies et par la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant.

Droits de l'enfant - Explication des droits par l'UNICEF

La mission de l'UNICEF consiste à garantir santé, éducation, égalité et protection à tous les enfants du monde.

L'UNICEF est mandaté par l'Assemblée Générale des Nations Unies pour militer en faveur de la protection des droits de l'enfant, pour les aider à satisfaire leurs besoins fondamentaux et leur donner toutes les chances de plein épanouissement.

L'UNICEF s'appuie sur la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant et s'efforce d'établir les droits de ceux-ci, tout en instaurant durablement des principes éthiques et des normes internationales en termes de comportement à leur égard.

Parmi ces droits figurent :

- Le droit d'être traité de manière juste et équitable
- Le droit de s'exprimer et d'être écouté
- Le droit à la protection de la vie privée
- Le droit à la santé et à la sécurité
- Le droit d'être protégé contre le harcèlement et les abus sexuels

Que peut-on attendre des organisations sportives en matière de sécurité ?

Télécharger la liste de recommandations de la déclaration de consensus sur le harcèlement et les abus sexuels dans le sport du CIO (en anglais)

Télécharger la page CPSU sur les responsabilités organisationnelles (en anglais)

10 conseils pour se protéger et gagner le respect :
  1. Respectez les droits de chacun, aussi bien ceux des athlètes que les vôtres
  2. Apprenez à connaître vos droits et responsabilités
  3. Renseignez-vous sur les signes indicateurs de harcèlement et d'abus sexuels
  4. Soyez attentifs à ces signes et luttez contre au sein de votre équipe
  5. En cas de doute, parlez-en à votre responsable d'équipe, à un membre de l'assistance sociale ou contactez un numéro d'assistance
  6. Ne vous déplacez jamais seul avec un athlète. Demandez toujours à plusieurs athlètes de vous accompagner
  7. N'incitez pas un athlète à un quelconque acte sexuel, que ce soit par la force ou par de simples encouragements
  8. Opposez-vous à ceux dont le comportement est déplacé
  9. Comportez-vous comme un modèle à suivre
  10. Faites-en sorte que les moments de distraction avec votre équipe et vos collègues entraîneurs ne dépassent pas la limite du raisonnable
References :
1. Robinson, L. (1998) Crossing the Line: Sexual Harassment and Abuse in Canada’s National Sport, Toronto: McClelland and Stewart Inc. p. 176

2. Leahy, T., Pretty, G. and Tenenbaum, G. (2004) ‘Perpetrator methodology as a predictor of traumatic symptomatology in adult survivors of childhood sexual abuse’, Journal of Interpersonal Violence, 19(5): 521-540.

3. Fasting, K., Brackenridge, C.H. and Walseth, K. (2002) ‘Consequences of sexual harassment in sport’, Journal of Sexual Aggression, 8(2): 37-48.

4. Brackenridge, C.H. (2004) Burden or benefit? The impact of sportscotland’s Child Protection Programme with Governing Bodies of Sport. Research Report 94, Edinburgh: sportscotland.

5. Hartill, M. and Prescott, P. (2007) ‘Safeguarding and Child Protection Policy in British Rugby League’, Child Abuse Review, 16(4): 237-251.

6. Sabo, D., Miller, K. E., Farrell, M. P., Barnes, G. M., and Melnick, M. J. (1998). The Women's Sports Foundation report: Sport and teen pregnancy. East Meadow, NY: The Women's Sports Foundation.

7. Fasting, K., Brackenridge, C.H., Miller, K.E. and Sabo, D. (2008) ‘Participation in college sports and protection from sexual victimization’, International Journal of Sport and Exercise Psychology, Special Issue: Abuse and Harassment in Sport Implications for the Sport Psychology Profession (Edited by T. Leahy), 16(4): 427-441.

8. Nichols, G. (2007) Sport and Crime Prevention: The role of sport in tackling youth crime. London: Routledge.

9. Fasting, K. Brackenridge, C.H. and Sundgot-Borgen, J. (2000) Females, Elite Sports and Sexual Harassment. The Norwegian Women Project 2000. Oslo: Norwegian Olympic Committee.

10. Brackenridge, C.H. (2001) Spoilsports: Understanding and preventing sexual abuse in sport. London: Routledge.

11. Burke, M. (2001) ‘Obeying until it hurts: Coach-athlete relationships’, Journal of the Philosophy of Sport, 8(2): 227.

12. Fasting, K., Brackenridge, C.H. and Sundgot-Borgen, J. (2003) ‘Experiences of sexual harassment and abuse amongst Norwegian elite female athletes and non-athletes’, Research Quarterly for Exercise and Sport, 74(1): 74-97.

13. Brackenridge, C.H. and Kirby, S. (1997) ‘Playing safe: Assessing the risk of sexual abuse to elite child athletes’, International Review for the Sociology of Sport, 32(4): 407-418.

14. Collins, T. (in press) ‘Child protection in high performance British gymnastics’, C.H. Brackenridge (Ed.) in Sport, Children’s Rights and Violence Prevention: A sourcebook on global issues and local programmes. UNICEF: Innocenti Research Centre.

15. Leahy, T. Pretty, G. and Tenenbaum, G. (2002) ‘Prevalence of sexual abuse in organised competitive sport in Australia’, Journal of Sexual Aggression, 8(2): 16-36

16. Fasting, K. and Knorre, N. (2005) Women in Sport in the Czech Republic. The Experiences of Female Athletes, Oslo and Prague: Norwegian School of Sport Sciences and Czech Olympic Committee.

17. Fasting, K. Brackenridge, C.H. and Sundgot-Borgen, J. (2000) Females, Elite Sports and Sexual Harassment. The Norwegian Women Project 2000, Oslo, Norwegian Olympic Committee.

18. Vanden Auweele, Y., Opdenacker, J., Vertommen, T., Boen, F., Van Niekerk, L., De Martelaer, K. and De Cuyper, B. (2008) ‘Unwanted sexual experiences in sport: Perceptions and reported prevalence among Flemish female student-athletes’, International Journal of Sport and Exercise Psychology, Special Issue: Abuse and Harassment in Sport Implications for the Sport Psychology Profession (Edited by T. Leahy), 16(4): 354-365.

19. Gervis, M. and Dunn, N. (2004) ‘The emotional abuse of elite child athletes by their coaches’, Child Abuse Review, 13(3): 215-223.

20. Gervis, M. (2009) An Investigation into the Emotional Responses of Child Athletes to their Coaches’ Behaviour from a Child Maltreatment Perspective. Unpublished doctoral thesis, Brunel University, UK.

21. Stirling, A.E., and Kerr, G.A. (2007) ‘Elite female swimmers’ experiences of emotional abuse across time’, Journal of Emotional Abuse, 7(4): 89-323.

22. Kennedy, S. with Grainger, S. (2006) Why I Didn’t Say Anything: The Sheldon Kennedy story. Toronto: Insomniac Press.

23. Sey, J. (2008) Chalked Up: Inside elite gymnastics' merciless coaching, overzealous parents, eating disorders, and elusive Olympic dreams. London: Harper Collins.

24. Heywood, L. (2000) Pretty Good for a Girl: A memoir. Minnesota: University of Minnesota Press.

25. Fasting, K., Brackenridge, C.H. and Sundgot-Borgen, J. (2004) ‘Prevalence of sexual harassment among Norwegian female elite athletes in relation to sport type’, International Review for the Sociology of Sport, 39(4): 373-386.

26. Fasting, K., Brackenridge, C.H. and Sundgot-Borgen, J. (2003) ‘Experiences of sexual harassment and abuse amongst Norwegian elite female athletes and non-athletes’, Research Quarterly for Exercise and Sport, 74(1):84-97.

27. Brackenridge, C.H. (2001) Spoilsports: Understanding and preventing sexual abuse in sport. London: Routledge.

28. Fasting, K., Brackenridge, C.H. and Sundgot-Borgen, J. (2004) ‘Prevalence of sexual harassment among Norwegian female elite athletes in relation to sport type’, International Review for the Sociology of Sport, 39(4): 373-386.

29. Fasting, K., Brackenridge, C.H. and Sundgot-Borgen, J. (2004) ‘Prevalence of sexual harassment among Norwegian female elite athletes in relation to sport type’, International Review for the Sociology of Sport, 39(4): 373-386.

30. Johnston, J. and Holman, M (2004) Making the Team: Inside the world of sports initiations and hazing. Toronto: Canadian Scholar's Press, Inc.

31. Robinson, L. (1998) Crossing the Line: Sexual Harassment and Abuse in Canada’s National Sport, Toronto: McClelland and Stewart Inc.

32. Fasting, K., Brackenridge, C.H. and Sundgot-Borgen, J. (2003) ‘Experiences of sexual harassment and abuse amongst Norwegian elite female athletes and non-athletes’, Research Quarterly for Exercise and Sport, 74(1):84-97.

33. Fasting, K., Brackenridge, C.H. and Sundgot-Borgen, J. (2003) ‘Experiences of sexual harassment and abuse amongst Norwegian elite female athletes and non-athletes’, Research Quarterly for Exercise and Sport, 74(1):84-97.

34. Wintrup, G. (ongoing) Sport Initiation and Hazing in UK Higher Education Institutions. Doctoral research project, Brunel University, UK.

35. Nuwer, H. (2009) “Wasted”: The death of Gavin Britton, Exeter University. March 26th, http://britishhazing.blogspot.com/2009/03/wasted-death-of-gavin-britton-exeter.html accessed Feb 18 2010.

36. Brackenridge, C.H. (2001) Spoilsports: Understanding and preventing sexual exploitation in sport. London: Routledge.

37. Dunblane Lord Cullen’s Public Enquiry into the Dunblane Tragedy, Scottish Office, Jun 1996.

38. Elliott, M. (2004) ‘Female sexual abuse of children: ‘the ultimate taboo’’, www.kidscape.org.uk/assets/.../Femalesexualabuseofchildren.pdf accessed 18 Feb 2010.

39. Nuwer, F. (2009) High School History of Hazing. http://hazing.hanknuwer.com/hs2.html accessed 18 Feb 2010.

40. Shire, J., Brackenridge, C.H. and Fuller, M. (2000) ‘Changing positions: the sexual politics of a women’s field hockey team’, Women in Sport and Physical Activity Journal, 9(1): 35-64.

41. Kirby, S., Greaves, L. and Hankivsky, O. (2000) The Dome of Silence: Sexual harassment and abuse in sport. London: Zed Books.

42. Brackenridge, C.H. (2001) Spoilsports: Understanding and preventing sexual abuse in sport. London: Routledge.

43. Gervis, M. (2009) An Investigation into the Emotional Responses of Child Athletes to their Coaches’ Behaviour from a Child Maltreatment Perspective. Unpublished doctoral thesis, Brunel University, UK.

44. Stirling, A. and Kerr, G. (2008) ‘Defining and categorizing emotional abuse in sport’, European Journal of Sport Science, 8(4): 173-181.

45. Ryan, J. (1995) Little Girls in Pretty Boxes: The making and breaking of elite gymnasts and figure skaters. New York: Doubleday.

46. Agassi, A. (2009) Open: An autobiography. London: Harper Collins.

47. Comaneci, N. (2004) Letters to a Young Gymnast : The art of mentoring. New York : Basic Books.

48. Sey, J. (2008) Chalked Up: Inside elite gymnastics' merciless coaching, overzealous parents, eating disorders, and elusive Olympic dreams. London: Harper Collins.

49. Myers, J. and Barrett, B. (2002) In at the Deep End: A new insight for all sports from analysis of child abuse within swimming. NSPCC/ASA.

50. Brackenridge, C.H., Bringer, J.D. and Bishopp, D. (2005) ‘Managing cases of abuse in sport’, Child Abuse Review, 14(4): 259-274.

51. Cense, M. (2004) ‘Dutch policies on sexual abuse in sport: Measures and effects’, Consensus Conference on Ethics in Youth Sport, Ghent, 24th Sept.

52. Brackenridge, C.H. (2002) ‘So what?” Attitudes of the voluntary sector towards child protection in sports clubs’, Managing Leisure – An International Journal, 7(2): 103-124.

53. Summers, D. (2000) Organisational Responses to Child Protection in Voluntary Sector Sport. Unpublished doctoral thesis, University of Bristol.

54. MacPhail, A., Kirk, D. and Eley, D. (2003) ‘Listening to Young People’s Voices: Youth sports leaders - advice on facilitating participation in sport’, European Physical Education Review, 9(1): 57-73.

55. Brackenridge, C., Bringer, J. D., Cockburn, C., Nutt, G., Pawlaczek, Z. and Russell, K. (2004) ‘Children in Football: Seen but not heard’, Soccer & Society, 5(1): 43-60.

56. British Athletes Commission (2010) British Athletes Commission. http://www.britishathletes.org/ accessed 18 Feb 2010.

57. International Sailing Federation (2010) ISAF Athletes Commission. http://www.sailing.org/sailors/ac-role.php accessed 18 Feb 2010.
Qu'est ce que le harcèlement sexiste ?

- Le harcèlement sexiste consiste en un comportement malveillant à l'égard d'un homme ou d'une femme en raison de son sexe et qui a pour effet ou but d'offenser la dignité de la personne.
- Le harcèlement sexiste peut survenir en traitant une personne du sexe opposé de manière désobligeante par l'intermédiaire de certains mots ou actes humiliants.

De quelle manière le harcèlement sexiste peut-il influer sur les performances ?

- Le harcèlement sexiste influe sur la cohésion de l'équipe, ce qui peut avoir un impact sur les performances.
- Néfaste au bien-être des athlètes, il peut conduire jusqu'à des performances amoindries et à un abandon du sport à un stade précoce.

De quelle manière le harcèlement sexiste peut-il influer sur la santé ?

- Le harcèlement sexiste a des effets négatifs sur la santé psychologique de l'athlète, pouvant entraîner des troubles de l'humeur, des troubles anxieux, des abus de substances psycho actives ainsi que des actes d'automutilation.

Étude de cas « Maria »

Maria est une rameuse âgée de 18 ans. Elle a récemment réalisé son rêve, qui consistait à être sélectionnée dans l'équipe nationale en participant aux qualifications pour les Jeux Olympiques. Maria est une athlète talentueuse, à fort potentiel, et respectée dans sa discipline. Elle vit avec ses parents et ses cinq frères plus âgés.

Lors des épreuves de qualification pour les Jeux, Giani, le responsable de l'équipe, confie à Maria le soin de ramener le pique-nique de l'équipe depuis l'hôtel jusqu'au site d'aviron. Lors du premier jour d'entraînement, son entraîneur Georgio s'adresse à elle depuis le bord en criant : « Allez ma puce, accélère, accélère ! Tu peux le faire ma chérie ! »

Au bout de la séance d'entraînement, l'équipe est physiquement épuisée. Alors qu'ils quittent le bassin d'aviron, l'un des membres masculins de l'équipe demande à Maria de lui porter son sac jusqu'à l'hôtel. Plus tard, alors qu'elle est en train de récupérer de la séance dans l'hôtel où réside l'équipe, Maria reçoit un coup de fil de Giani : « Coucou ma belle, les hommes de l'équipe ont besoin que tu laves leur linge. Lave le mien pendant que tu y es. Il faut que ça soit fait ce soir, avant l'entraînement de demain. »

Actions
Qu'est-ce qui pourrait aider Maria ?

- Savoir qu'elle a le droit d’être protégée
- Avoir conscience qu'elle n'est pas en faute
- Savoir qu'elle n'est pas toute seule et que des gens sont là pour l'écouter
- Se confier à un adulte en qui elle a confiance (membre de l'assistance sociale, médecin de l'équipe, responsable de l'équipe, infirmière, parent, frère/sœur plus âgé(e), ami ou professeur)
- Contacter un numéro d'assistance

Que peuvent faire les coéquipiers de Maria s’ils s’inquiètent pour elle ?

 - Parler de leurs inquiétudes à des adultes de confiance
 - Chercher de l'aide pour comprendre ce qu'ils ressentent
 - S'opposer à tout comportement déplacé de la part de leurs coéquipiers

Que peut-on faire pour se protéger du harcèlement sexiste dans le sport ?

 - Apprendre à connaître ses droits et responsabilités
 - Suivre les procédures de son organisation, s'il en existe
 - Éviter soi-même d'utiliser des stéréotypes liés au sexe
 - Savoir comment agir pour empêcher et signaler des faits inquiétants
 - Veiller les uns sur les autres
 - S’opposer aux comportements déplacés de certains, agissant au nom de stéréotypes liés au sexe
 - Discuter de ses inquiétudes avec d'autres personnes

Qu’est-ce que l’abus sexuel ?

- L’abus sexuel est un comportement verbal, non verbal ou physique sexualisé, envers un individu ou un groupe, qui peut être délibéré ou involontaire, légal ou illégal, et est basé sur un abus de pouvoir et de confiance.
- L’abus sexuel s’applique à toute activité sexuelle pour laquelle il n’y a pas ou il ne peut pas y avoir consentement.
- L’abus sexuel implique souvent un processus de conditionnement.

Étapes du conditionnement / Processus de conditionnement dans le sport

Identification d'une victime potentielle

· Identifier une personne vulnérable
· Trouver des occasions pour la prendre à part et tester sa discrétion et sa fiabilité
· Vérifier si elle est considérée comme une personne sensible
· Installer une amitié
· Faire preuve de gentillesse

Création d'une relation basée sur la confiance et l'amitié

· La faire se sentir spéciale
· Lui offrir des cadeaux et des récompenses
· Passer du temps avec elle
· Etre à son écoute
· Faire preuve de cohérence
· Installer un contexte de rencontre
· Commencer à marchander : « Tu dois faire ça, parce que j'ai fait ci... »

Initiation du processus d'isolement et de contrôle ; Installation d'une loyauté

· Refuser à l'enfant le droit de voir ses proches et/ou discréditer toutes les relations d'amitié et de soutien nouées dans le passé
· Limiter l'accès ou la dépendance aux parents, tuteurs ou pairs extérieurs au milieu sportif
· Faire preuve d'incohérence : donner de l'espoir et de la joie à l'enfant juste avant de le punir afin d'attiser son besoin d'attention
· Vérifier l'engagement de l'enfant en lui posant des questions et en mettant en place des petits tests

Premiers abus sexuels et protection du secret

· Franchir graduellement des frontières sexuelles ambigües
· Avancer que la victime n'a rien dit la fois précédente pour la piéger en cas de refus
· Invoquer la coopération : « tu me dois bien ça après tout ce que j'ai fait pour toi ! »
· Eveiller le sentiment de culpabilité : « regarde ce que tu as fait ! »
· Se présenter en protecteur : « je ne dirai rien à personne, c'est notre petit secret. »
· Discréditer la victime afin qu'elle n'ait pas d'autres choix que de continuer : « les autres ne comprendront pas ! », ou « personne ne te croira ! »
· Menacer la victime : « si tu en parles à qui que ce soit tu vas comprendre ta douleur / je dirai aux autres ce que tu as fait / je m'en prendrai à un de tes proches / je t'exclurai de l'équipe... »

Source : Brackenridge, C.H. (2001) Spoilsports: Understanding and preventing sexual exploitation in sport. Londres : Routledge, p. 35.

 - L’agresseur installe lentement une relation de confiance et un lien de coopération avec les athlètes avant de commencer à abuser d’eux.
 - Le conditionnement implique souvent la manipulation et la prise au piège de l’athlète<0}.

La relation abusive
Types de pouvoir/sources de pouvoir

Type

 Base au sein du sport

 Exemple

Pouvoir d’expert

Capacité dans le sport

Montrer une technique performante

Pouvoir de référence

Connaissance du sport et de
ses rouages internes

Savoir où et comment activer son réseau pour recruter un nouveau joueur

Pouvoir légitime

Nomination officielle


Être désigné entraîneur principal d’une équipe par l’organe dirigeant de sport

Pouvoir coercitif

Emploi de la force physique ou émotionnelle pour faire obéir les athlètes

Intimidation en criant sur un athlète

Pouvoir charismatique / Pouvoir personnel

Personnalité attirante et persuasive


Charmer les athlètes pour qu’ils s’entraînent plus dur

Pouvoir d’habilitation

Capacité de faciliter les choses

Donner aux athlètes un droit de parole dans les réunions de sélection

Pouvoir de récompense

Capacité de donner ou de
refuser les récompenses

Sélectionner ou exclure un joueur de l’équipe

Pouvoir de position

Statut social élevé


Etre largement respecté en raison de la crédibilité de son métier

Pouvoir de ressources

Ressources intellectuelles, techniques ou physiques


Avoir un large répertoire de tactiques

Pouvoir relationnel

Position relative dans un
système social


Etre un entraîneur homme dans un sport de femmes

Pouvoir d’information

Connaissance d’informations utiles

Connaître des informations sur les athlètes adverses

Sources : Selon French and Raven (1959), et Tomlinson and Strachan (1996)
Source : Citations extraites de Brackenridge, C.H. (2001) Spoilsports : Understanding and preventing sexual exploitation in sport., Londres : Routledge, p. 83.

 - Il existe une différence de pouvoir dans la relation des athlètes avec les membres de leur entourage (entraîneurs, personnel scientifique et médical, administrateurs, etc.). Les athlètes dépendent de ces experts et leur font généralement entièrement confiance. Si cette différence de pouvoir est mal utilisée, elle peut mener à des relations sexuelles d’exploitation avec les athlètes.
- Les relations entraîneur-athlète au niveau de l’élite des sports de compétition exigent de passer beaucoup de temps ensemble dans un environnement émotionnel intense. Cette situation risque fort de mettre l’athlète en situation d’isolement, coincé dans une relation de contrôle où son pouvoir et son droit à prendre des décisions sont étouffés.
- Dans certains cas, les co-équipiers ou d’autres jeunes athlètes peuvent être des agresseurs sexuels.

Le risque d’abus sexuel est plus élevé lorsqu’il y a :

- Un manque de protection (comme des politiques et procédures de protection de l’enfance, une éducation et une formation adéquates).
- Une motivation élevée de l’agresseur.
- Un niveau élevé de vulnérabilité de l’athlète (en particulier en lien avec le jeune âge et la maturité).

Le harcèlement et les abus sexuels se produisent dans tous les sports, et à tous les niveaux. Mais la prévalence semble être plus élevée dans le sport de haut niveau. Les membres de l'entourage d'un athlète ou les athlètes pairs qui occupent une place de pouvoir et d'autorité se révèlent être les principaux agresseurs, les hommes sont plus souvent cités que les femmes comme agresseurs et, enfin, les victimes sont aussi bien des filles que des garçons.

De quelle manière l’abus sexuel affecte-t-il la santé physique et psychologique ?

- Les victimes peuvent se sentir blessées, humiliées, bouleversées, ou perdre le contrôle.
- Elles peuvent connaître des problèmes de sommeil, un manque de concentration et des mauvaises performances, voire complètement décrocher.
- Maladies psychosomatiques, anxiété, dépression, abus d’alcool ou d’autres drogues, automutilation et suicide font partie des conséquences les plus graves de l'abus sexuel.
- Enfin, l'abus sexuel nuit également aux relations, notamment de confiance, avec les entraîneurs en général.

Quel est l’effet de l’abus sexuel sur les coéquipiers ?

- L’abus sexuel peut ébranler la cohésion de l’équipe : un favoritisme apparent crée des jalousies, ce qui a des effets négatifs sur les performances.
- Les coéquipiers qui sont conscients du problème et se sentent impuissants souffrent souvent de stress psychologique et décrochent tôt de leur sport.

Étude de cas « Sheila »

Sheila est une jeune fille de 17 ans. C’est une coureuse de 1500 m talentueuse qui espère faire partie de l’équipe olympique cette année. Elle est sélectionnée pour le groupe de qualification et quitte sa ville pour s’installer près de son site d’entraînement et de son entraîneur, Tom. Tom fait l’éloge des performances de Sheila, lui assurant que ses rêves deviendront réalité si elle suit ses consignes. Il est évident que l’entraîneur aime bien Sheila : il l’encourage et la félicite. Au départ, elle est heureuse de cette relation avec son entraîneur. Mais peu à peu Tom lui accorde une attention si particulière que ses coéquipiers finissent par le remarquer et faire des commentaires ...

Sheila n’a pas de bons résultats à l’école. Un jour, Tom lui propose de l’aider dans ses devoirs après l’entraînement, dans son bureau. Il la reconduit chez elle après la séance de tutorat et lui achète un dîner en route. Après quelques semaines, Tom décide de faire les séances chez lui, et non plus dans son bureau d’entraîneur, le soir. 

Le soir précédant la course de qualification pour le 1500 m, Tom appelle Sheila dans sa chambre d’hôtel pour une « discussion spéciale d’avant compétition ». Alors qu’ils sont assis ensemble sur le lit, il l’enlace. Elle commence à se sentir mal à l’aise lorsqu’il met sa main sur sa cuisse. Il affirme que si elle lui accorde des faveurs spéciales, il garantira son succès le lendemain.

Lorsque Sheila quitte la chambre, elle passe devant le manager de l’équipe et ses coéquipiers. Bien qu’elle soit apparemment en pleurs et bouleversée, ils se détournent et continuent leur chemin.

Étude de cas « Helga »

Helga est une lanceuse de disque de 16 ans de l’équipe nationale des jeunes. Helga s’est récemment installée au centre d’entraînement national, loin de sa ville d’origine, pour un stage visant à préparer une compétition importante. Trond, 17 ans, est un lanceur de marteau, également membre de l’équipe nationale. Étant tous deux lanceurs, il est prévu qu’Helga et Trond s’entraînent ensemble dans la salle de musculation et sur le terrain. Au début, ils sont amis et elle l’accepte sur son site Facebook. Mais progressivement Helga remarque que Trond fixe sans cesse ses seins pendant la séance d’étirement, ce qui la met mal à l’aise. Puis il commence à multiplier les SMS inopportuns et à poster des commentaires sexuels à son sujet sur son site Facebook.

Un jour, en passant devant elle sur le chemin de la salle de musculation, Trond lance : « Travaillons dur aujourd’hui – pour garder ce joli petit cul bien ferme ! ». Helga rougit.

Pendant les séances d’entraînement suivantes, Helga tente de garder ses distances avec Trond. Mais un soir, alors qu’elle quitte le stade pour rejoindre le métro, Trond la surprend le long d’un mur. Il l’attendait pour l’accompagner. Alors qu’Helga continue à marcher, Trond l’interpelle « Mes parents sont partis. Viens chez moi, on pourra jouer. Je sais que tu le veux ! ».

Actions
Qu’est-ce qui pourrait aider Helga ou Sheila ?

- Savoir qu'elle a le droit d’être protégée
- Avoir conscience qu'elle n'est pas en faute
- Savoir qu'elle n'est pas toute seule et que des gens sont là pour l'écouter
- Se confier à un adulte en qui elle a confiance (membre de l'assistance sociale, médecin de l'équipe, responsable de l'équipe, infirmière, parent, frère/sœur plus âgé(e), ami ou professeur)
- Contacter un numéro d'assistance.

Que peuvent faire les coéquipiers d’Helga ou Sheila s’ils s’inquiètent pour elle ?

- Comprendre que ce n’est pas leur faute, et qu’ils ne doivent pas avoir honte ni se sentir coupables
- Parler de leurs inquiétudes à des adultes de confiance
 - Chercher de l'aide pour comprendre ce qu'ils ressentent

Que peut-on faire pour se protéger des abus sexuels dans le sport ?

- Apprendre à connaître ses droits et responsabilités
 - Suivre les procédures de son organisation, s'il en existe
 - Savoir comment agir pour empêcher et signaler des faits inquiétants
 - Veiller les uns sur les autres
 - S’opposer aux comportements déplacés de certains
 - Discuter de ses inquiétudes avec d'autres personnes

En tant qu’entraîneur, que faire pour aider Sheila ou Helga ?

- L’écouter calmement si elle désire parler
- Lui dire qu’elle a le droit d’être protégée
- Lui dire que ce n’est pas de sa faute et qu’elle n’est pas seule
- L'avertir que vous aurez peut-être à signaler le problème à une personne qui pourra l’aider
- Apprendre où et comment signaler les divulgations d’abus sexuels des athlètes (contacter un chaperon d’équipe, une assistante sociale, un médecin, une infirmière ou un numéro d'aide pour l'enfance en danger)
- Dénoncer les comportements inadaptés d’autres entraîneurs ou d’athlètes
- Signaler les collègues ou athlètes que vous suspectez de maltraiter des athlètes ou dont vous savez qu’ils le font.

Il est capital d'adopter un comportement et une éthique irréprochables dans l'activité d’entraîneur

Témoignages sur la façon dont les entraîneurs conditionnent les athlètes

Maintenant, je vois que c’est un modèle … Il y avait des scènes de vestiaires où il éteignait les lumières et disait « Allez, on se déshabille tous », puis « On rallume quand on sera rhabillés ». Il nous titillait de cette façon. On trouvait ça très excitant mais c’était apparemment innocent, il n’y avait aucun contact physique ou quoi que ce soit de ce genre, et on ne pouvait pas se voir. Tout a commencé avec des petites choses comme ça. Ou tard le soir, une nuit sans lune, on se baignait et, là encore, on restait dans nos coins séparés de la piscine, puis il commençait à jouer à des jeux qui impliquaient d’enlever ses vêtements. Il nous conduisait chez nous le soir, mes deux meilleures amies et moi, et il nous laissait l’une après l’autre devant chez nous. J’étais la dernière. Et comme on était en grande conversation, on allait se garer quelque part et on parlait… Rien de plus ne s’est passé pendant ce premier été. C’est comme ça qu’il a gagné ma confiance, tâtant le terrain de façon émotionnelle, puis de façon physique. Tout ça s’est passé très lentement : il posait sa main sur ma cuisse, peut-être toutes les nuits pendant des semaines, et puis finalement il en est venu à m’embrasser. Je vois maintenant qu’il avait très peur, il avait peur de finir en prison pour viol… Il allait très doucement pour gagner ma confiance et être sûr que je n’allais pas le dénoncer à la police.

(Témoignage d’une femme victime d’abus sexuel dans le sport)
Qu'est-ce que l'homophobie ?

L’homophobie est la peur infondée des personnes lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles et transsexuelles.

À quoi ressemble un comportement homophobe ?

Injures, plaisanteries, insultes et même violences physiques, basées sur l’orientation sexuelle perçue d'une personne.

De quelle manière l’homophobie peut-elle affecter un athlète et une équipe ?

- Elle peut provoquer une perte de confiance et provoquer des contre-performances.

- Si elle n’est pas combattue, elle peut nuire à la cohésion du groupe ou de l’équipe.

- Elle peut avoir un impact négatif sur la santé psychologique, être une cause potentielle d’anxiété, de dépression, d’abus d’alcool ou d’autres drogues ou de comportements d’automutilation.

Étude de cas « Jack »

Jack est un nageur de 18 ans en dernière année de lycée. C’est un spécialiste du papillon qui excelle dans le 200 mètres. Il détient le record national dans sa catégorie d’âge. Les nageurs plus jeunes regardent Jack avec admiration à la piscine. Jack est également un excellent élève : il est le premier de sa classe, il fait partie du conseil des élèves depuis deux ans, et chaque année il dirige un groupe d’étudiants dans un projet de bénévolat auprès des sans-abris. Il a une famille qui le soutient, qui est fière de ses exploits sportifs. Son père était un basketteur professionnel de haut niveau. Ses coéquipiers commencent à se demander pourquoi Jack n’a pas de petite amie.

En secret, Jack se bat avec son orientation sexuelle. Il se rend compte qu’il est attiré par les autres garçons. Il devient anxieux et commence à s’isoler. Un jour, au lycée, un des joueurs de l'équipe de football appelle Jack "le mec gay". Les autres élèves se moquent de lui. Il n'attend qu'une chose : rentrer chez lui pour échapper aux railleries.

Le père de Jack a déjà entendu parler par un autre parent de l’incident au lycée : il est furieux et lorsque Jack passe la porte d’entrée, il hurle qu’il fait honte à sa famille. Jack descend les escaliers en courant et claque la porte.

À l’entraînement ce soir-là, il est évident pour Jack que tout le monde a déjà entendu parler de l’incident du "mec gay" au lycée. C’est ce même soir que le capitaine de l’équipe est choisi pour la compétition nationale de la semaine suivante. Jack espère être choisi : c'est un leader né et un choix évident. Le vote de l’équipe a lieu, et à la fin de l’entraînement, le capitaine de l’équipe est annoncé : ce n’est pas Jack. Jack apprend aussi ce soir-là qu’un de ses coéquipiers a dit à l’entraîneur qu’il ne voulait pas partager la même chambre que lui lors de la compétition la semaine suivante. Aucun des garçons de l’équipe ne sera volontaire pour être son compagnon de chambre.

Actions
Qu’est-ce qui pourrait aider Jack ?

- Savoir qu'il a le droit d'être protégé
- Avoir conscience qu'il n'est pas en faute
- Savoir qu'il n'est pas tout seul et que des gens sont là pour l'écouter
- Se confier à un adulte en qui il a confiance (membre de l'assistance sociale, médecin de l'équipe, responsable de l'équipe, infirmière, parent, frère/sœur plus âgé(e), ami ou professeur)
- Contacter un numéro d’assistance

Que peuvent faire les coéquipiers de Jack s’ils s’inquiètent pour lui ?

- Parler de leurs inquiétudes à des adultes de confiance
- Chercher de l'aide pour comprendre ce qu'ils ressentent
- Chercher de l’aide s’ils pensent être homophobes

Que peut-on faire pour se protéger de l’homophobie dans le sport ?

- Suivre les procédures de son organisation, s'il en existe
- Apprendre à connaître ses droits et responsabilités
- Savoir comment agir pour empêcher et signaler des faits inquiétants
- Veiller les uns sur les autres
- S’opposer aux comportements déplacés de certains
- Discuter de ses inquiétudes avec d'autres personnes

Étude de cas entraîneur « Kurt »

Kurt est l’entraîneur principal de l’équipe nationale de football des moins de 17 ans. C’est un entraîneur intransigeant, mais il est réputé pour les résultats obtenus par ses équipes. Il applique une discipline stricte et est fier de ses succès. Kurt exige de son équipe de football le même niveau de respect, d’obéissance et d’éthique du travail. Il fait travailler l’équipe dur et pousse les joueurs au maximum de leurs limites. Ses séances d’entraînement sont dirigées avec une précision militaire.

Ryk est un excellent gardien de but de 17 ans, et il est l’un des joueurs préférés de Kurt. Ryk travaille dur et a d’excellents résultats – aussi bien sur le terrain qu’à l’école. C’est un jeune homme poli et obéissant.

Un jour, profitant de la plage au Cap, Kurt voit Ryk assis sur un banc du parc, se tenant par la main avec un autre jeune homme. Ils sont de toute évidence heureux d’être ensemble. Ils vont se cacher derrière un arbre et Kurt voit Ryk embrasser le jeune homme sur la joue.

Le jour suivant à l’entraînement, Ryk reçoit un accueil glacial. Devant toute l’équipe, Kurt hurle sur Ryk et l’insulte avec mépris. Il lui demande même de quitter le terrain.

En tant qu’entraîneur, que pourrait faire Kurt ?

- Reconnaître que les athlètes sont libres de choisir leur orientation sexuelle – ce qui est un droit de l’homme fondamental – et ne peuvent être persécutés pour cela
- Ne pas faire de discrimination envers les athlètes sur la base de leur orientation sexuelle
- Éviter de porter des jugements sur la vie personnelle de ses athlètes
- Lutter contre ses propres préjugés en s’engageant dans une formation professionnelle sur la diversité dans le sport
- Encourager une ambiance de respect mutuel dans l’équipe
- S’assurer que l’équipe a une politique ou une déclaration d’intention qui prouve son engagement à créer un environnement sain et respectueux et qui définit les procédures visant à protéger les droits des athlètes, favoriser leur bien-être et assurer leur protection

Qu’est-ce que le bizutage ?

- Le bizutage implique des séances d’initiation abusives qui ont souvent une connotation sexuelle et au cours desquelles les nouveaux arrivants sont la cible de leurs coéquipiers.
- Le bizutage implique une différence de pouvoir entre les coéquipiers, généralement basée sur l’ancienneté.

Comment le bizutage arrive-t-il ?

- Le bizutage est considéré comme une « initiation » ou un rite de passage pour les nouveaux membres d’une équipe, afin d'être acceptés dans l’équipe en question.
- Il a souvent lieu en l'absence de surveillance des adultes.
- Il a souvent lieu en lien avec une consommation d’alcool.
- Il implique souvent une activité sexuelle non désirée.
- Il est souvent toléré à tort par l’organisation sportive comme faisant partie intégrante de sa tradition.

De quelle manière le bizutage peut-il affecter un athlète ?

- Le bizutage peut entraîner une baisse des performances, voire un arrêt de la compétition, car il détruit l’estime de soi.
- Le bizutage peut avoir des conséquences graves sur la santé telles que maladies psychosomatiques, anxiété, dépression, abus d’alcool ou d’autres drogues, automutilation et même suicide.

Étude de cas « Javier »

Javier, adolescent de 17 ans, vient d’apprendre qu’il a été sélectionné pour intégrer l’équipe nationale junior dans un certain sport. Il habite loin du centre d’entraînement national et est tout enthousiaste à l’idée d’aller dans la grande ville pour réaliser son rêve.

Il arrive au stage d’entraînement la veille du début des entraînements. Il reçoit de Juan Manuel, le capitaine de l’équipe, une lettre manuscrite l’invitant à venir dans sa chambre pour une « fête de bienvenue dans l’équipe » le soir même.

En arrivant dans la chambre, il est accueilli par les autres nouveaux membres et 5 des anciens de l’équipe. Il n’y a ni entraîneur ni aucun autre adulte présent. On lui tend une bière et il remarque un grand tonneau posé sur une table. La musique est forte et plusieurs membres de l’équipe s’égosillent dans un coin.

Juan Manuel est apparemment chargé de distribuer les boissons et d’orchestrer les activités. Il demande à tous les nouveaux arrivants de participer à un concours du meilleur buveur de bière ainsi qu’à une course, nus dans le couloir de l’hôtel. Les autres anciens de l’équipe commencent à applaudir et à encourager l’équipe par des chants.

Javier n’a jamais eu une expérience semblable auparavant et il se sent très mal à l’aise.

Plus la quantité de bière consommée augmente, plus le niveau sonore monte. Puis Juan Manuel annonce un rituel d’initiation spécial pour l’équipe. On frappe à la porte et une jeune fille presque nue entre dans la pièce. Elle commence à danser de façon provocante et touche tous les nouveaux membres de l’équipe d’une manière explicite. Javier se sent de plus en plus mal à l’aise et essaie de s’éloigner le plus possible de la jeune fille...

Actions
Qu’est-ce qui pourrait aider Javier ?

- Savoir qu'il a le droit d'être protégé
- Avoir conscience qu'il n'est pas en faute
- Savoir qu'il n'est pas tout seul et que des gens sont là pour l'écouter
- Se confier à un adulte en qui il a confiance (membre de l'assistance sociale, médecin de l'équipe, responsable de l'équipe, infirmière, parent, frère/sœur plus âgé(e), ami ou professeur)
- Contacter un numéro d'assistance
- Se rapprocher de ses nouveaux coéquipiers

Que peuvent faire les coéquipiers de Javier s’ils s’inquiètent pour lui ?

- Parler de leurs inquiétudes à des adultes de confiance
- Chercher de l'aide pour comprendre ce qu'ils ressentent
- Chercher de l’aide s’ils pensent qu’ils risquent de se comporter de manière abusive
- S'opposer à tout comportement déplacé de la part de leurs coéquipiers

Que peut-on faire pour se protéger du bizutage dans le sport ?

- Suivre les procédures de son organisation, s'il en existe
- Apprendre à connaître ses droits et responsabilités
- Savoir comment agir pour empêcher et signaler des faits inquiétants
- Veiller les uns sur les autres
- Participer à des initiations raisonnables mais éviter de se laisser entraîner dans des rituels/bizutage abusifs
- S’opposer aux comportements déplacés de certains
- Discuter de ses inquiétudes avec d'autres personnes

Actions de l’entraîneur
En tant qu’entraîneur, que faire pour aider Javier ?

- L’écouter calmement s’il désire parler
- Lui dire qu’il a le droit d’être protégé
- Lui dire que ce n’est pas sa faute et qu’il n’est pas seul
- Lui dire que vous aurez peut-être à signaler le problème à une personne qui pourra l’aider
- Apprendre où et comment signaler les cas de bizutage divulgués par les athlètes (contacter un chaperon d’équipe, une assistante sociale, un médecin, une infirmière ou un numéro d'assistance)
- Dénoncer les comportements inadaptés d’autres entraîneurs ou d’athlètes
- Signaler les collègues ou athlètes que vous suspectez de maltraiter des athlètes ou dont vous savez qu'ils le font
- Adopter un comportement et une éthique irréprochables dans votre activité d’entraîneur (aspect confidentiel, par exemple envers les coéquipiers)

Qu’est-ce que l’effet spectateur ?

- L’effet spectateur est le fait d’avoir des soupçons ou de connaître des faits d’abus sexuels sur un athlète mais de ne rien faire.
- Les attitudes passives, la non-intervention, la dénégation et/ou le silence des personnes exerçant un certain pouvoir dans le sport (en particulier des "observateurs") augmente le mal psychologique dû à un harcèlement ou à un abus sexuel.
- Le manque d’action de "l'observateur" donne aussi l’impression aux victimes que les comportements d’abus et de harcèlement sexuels sont légaux et socialement acceptables et/ou que les personnes présentes dans le milieu du sport sont impuissantes et qu'elles ne peuvent ni faire entendre leur voix ni mettre fin à ces comportements.

Étude de cas « Gao »

Gao est une recrue de 18 ans de l’équipe nationale de handball. Elle est tout enthousiaste à l'idée d‘avoir été sélectionnée et elle devient rapidement membre à part entière de l’équipe, aussi bien sur le terrain qu’en dehors.

Les membres de l’équipe travaillent dur lors de l’entraînement d’avant-saison et sont très liés. Leur entraîneur, Ling, espère une saison réussie. La saison des tournois commence bien avec deux victoires dans les épreuves de qualification continentales pour les championnats du monde.

Un jour, après l’entraînement, Gao demande un entretien avec Ling dans son bureau. Gao arrive en retard, semble mal à l’aise et reste figée sur sa chaise. Elle est incapable de s’exprimer clairement. Finalement, elle commence à pleurer. Ling encourage Gao à lui dire ce qui se passe. Finalement, Gao révèle à Ling que Xhen, capitaine de l’équipe, abuse d’elle sexuellement depuis son arrivée au centre de formation.

Actions
Que doit faire Ling maintenant ?

- Rester calme
- Écouter sans poser plus de questions
- Reconnaître le courage de l’athlète d’avoir révélé les faits
- Assurer à l’athlète que ce n’est pas de sa faute
- Éviter de juger l’agresseur
- Garder un compte rendu écrit précis et factuel
- Garder le secret mais expliquer qu’elle pourra avoir à en parler à un autre adulte

Que faire maintenant pour Gao ?

- Les politiques et procédures de l’organisation sportive pour le bien-être des athlètes doivent être mises en œuvre.
- La déclaration de Gao doit être rapportée à l’assistante sociale, l’organisation sportive et les organismes légaux locaux (services sociaux/police).
- Elle doit être mise en relation avec une organisation externe appropriée qui lui apportera conseil et soutien.
- Elle doit être tenue informée de l’enquête et de sa progression.

back to top En