skip to content
Sapporo 1972 Torche IOC

Concept et particularité du parcours

D’Olympie où elle est allumée, la flamme rejoint Athènes en voiture et s’envole pour le Japon.

Le 30 décembre 1971, la flamme atterrit sur l’île d’Okinawa où un relais d’une soixantaine de kilomètres se déroule le lendemain.

Le 1er janvier 1972, la flamme atterrit à Tokyo. Une cérémonie a lieu au Stade national.

Sur sol japonais, la flamme est d’abord emmenée à Nirasaki. Là, elle se divise en deux parcours remontant l’île de Honshu l’un par la côte Est et l’autre par la côte Ouest, pour se rejoindre à Aomori tout au nord de l’île. Une fois sur l’île d’Hokkaido après avoir franchi par bateau le détroit de Tsugaru, la flamme se divise en trois parcours partant respectivement des villes de Hakodate, Kushiro et Wakkanai pour Sapporo.

Le 29 janvier, les trois flammes atteignent Sapporo.

Le 30 janvier, les trois flammes sont réunies lors d’une cérémonie en présence du Président du CIO Avery Brundage. La flamme rejoint ensuite la place de l’Hôtel de Ville.

Le 3 février, la flamme est emmenée à la Cérémonie d’ouverture. La patineuse Izumi Tsujimura la transmet à Hideki Takada qui met le feu à la vasque.

Sapporo 1972 Torche IOC Description : La torche est constituée d’un support muni d’un tube de combustion cylindrique. Elle porte l’inscription Sapporo 1972 ainsi que l’emblème des Jeux. La forme du support rappelle celle de la vasque olympique.
Couleur : Noir
Longueur : 55 cm (tube uniquement)
Composition : Revêtement en acier inoxydable (tube), alliage léger à base d’aluminium (support).
Combustible : Poudre à amorce et fumigène. Principaux composés du combustible : phosphore rouge, bioxyde de manganèse, magnésium et bois en poudre.
L’autonomie de combustion est de 10 min pour le flambeau à usage des coureurs et 14 min pour le flambeau à usage des voitures.
Designer / Fabriquant : Munemichi Yanagi / Nikkei Yanagi
Le saviez-vous ? Le carburant de la lampe de sécurité est du kérosène pur. Elle peut brûler pendant 48 heures d’affilée. Un système de protection incluant un coussin d’air est destiné à la protéger en cas de choc violent lors de son transport en voiture.

Sapporo 1972 Parcours du relais IOC

Date de début : 28 décembre 1971, Olympie (Grèce)
Date de fin : 3 février 1972, Piste de patinage de vitesse de Makomanai, Sapporo (Japon).
Premier relayeur : Yiannis Kirkilessis. Il est également le premier relayeur en Grèce du relais des Jeux d’été de 1972 à Munich.
Dernier relayeur : Hideki Takada, lycéen de Sapporo âgé de 16 ans
Nombre de relayeurs : ~16'300 au total
Recrutement des relayeurs : Pour le relais sur sol japonais, des jeunes hommes et femmes âgés entre 11 et 20 ans.
Les deux derniers relayeurs sont choisis par le vice-président du comité d’organisation, le prince Tsuneyoshi Takeda qui fût également membre du CIO (1967-1981) puis membre honoraire.
Distance : 18'741 km
335 km en Grèce, 66 km sur l’île d’Okinawa, 4'754 km sur sol japonais, 13'586 km par avion et bateau.
Pays traversés : Grèce, Okinawa (alors sous administration américaine), Japon.

Le saviez-vous ?

  • La vasque principale dominant la Piste de patinage de vitesse de Makomanai est constituée de bronze revêtu d’une couche de poussière d’or. De forme asymétrique, elle mesure 2,78 sur 2,18 mètres pour une hauteur totale de 2,98 mètres. Elle fonctionne au propane. Comme la torche, elle est conçue par Munemichi Yanagi.
  • Après la Cérémonie d’ouverture, des flammes olympiques sont acheminées vers les sites de compétition localisés au Mont Teine et Mont Eniwa. Là, elles brûlent dans des vasques auxiliaires pendant la période des compétitions.

back to top En