skip to content


Rio 2016 offrait un cadre idéal pour des performances exceptionnelles. Les athlètes avaient à disposition des installations de premier ordre, dont un village situé dans l'une des plus belles villes du monde, selon une configuration compacte pour un maximum de commodité.

Getty Images

Les sites de compétition étaient regroupés en quatre zones – Barra, Copacabana, Deodoro et Maracanã – et reliés entre eux par un réseau de transport de grande capacité. Près de la moitié des athlètes pourraient rejoindre leurs sites en moins de 10 minutes, et 75 % en moins de 25 minutes. Sur les 34 sites de compétition, huit faisaient l'objet de travaux d'aménagement permanents, sept étaient temporaires et neuf étaient de nouveaux sites permanents qui laissaient un héritage durable à la ville.

Les Jeux de Rio célébraient aussi le sport grâce au cadre exceptionnel dans lequel ils se déroulaient et à la volonté de porter la présentation de la manifestation vers de nouveaux sommets. Rio 2016 offrait également une chance unique à la ville, à la région et au pays de concrétiser leurs plus vastes aspirations à long terme – une chance unique d'accélérer la transformation de Rio de Janeiro en une ville encore plus cosmopolite.

Torche Rio 2016

Nombre de relayeurs : ~450 en Grèce, ~12’000 au Brésil
Distance totale : ~2’235km en Grèce, 36’000 km au Brésil (20'000 par la route et 16'000 par les airs)
Pays traversés : Grèce, Suisse, Brésil

Plus d'infos

Mascotte Rio 2016

Il tient son prénom d’un des plus célèbres artistes brésiliens du XXe siècle, Vinicius des Moraes. Il a l’agilité de tous les animaux de son pays, il a des pouvoirs spéciaux, il symbolise l’énergie et la joie de vivre du peuple brésilien : c’est Vinicius, la mascotte des Jeux de Rio !

Embleme Rio 2016

L'emblème de Rio 2016 témoigne de la vision des organisateurs, à savoir que "tous les Brésiliens s'unissent pour offrir le plus grand festival sur terre et tenir avec fierté leur promesse nationale de progrès." Il comprend dans son essence même les concepts de passion et de transformation, qui reflètent tout deux le Brésil d'aujourd'hui. Ce positionnement s'articule autour de quatre piliers : une diversité harmonieuse, une énergie contagieuse, une nature exubérante et l'esprit olympique. Tous ces éléments ont été associés de main de maître pour donner à Rio 2016 cette identité aux couleurs vives. Cet emblème est non seulement le symbole de Rio et des espoirs du Brésil pour ces Jeux, mais il représente également l'avenir de la ville et du pays.

IOC

Sur l'avers, la traditionnelle déesse de la victoire arrive dans le stade Panathinaïko en volant pour apporter la victoire au meilleur athlète. Pour ces Jeux la figure de la victoire est accompagnée de l'inscription spécifique : “XXXI Olympiada Rio 2016”.

L’autre face de la médaille comprend des feuilles de lauriers, un symbole de triomphe en Grèce antique attribués aux vainqueurs sous forme de couronne. Elles entourent le logo des Jeux Olympiques de Rio 2016.

Les médailles pèsent chacune 500 grammes comprennent 30% d’argent et de bronze recyclés tandis que les rubans sont faits à 50% de plastique recyclé. Parallèlement, les médailles d’or sont totalement exemptes de mercure.

Les médailles d’or sont plus pures que jamais. Elles répondent à de stricts critères de durabilité de l’extraction à l’affinage, tandis qu’elles ont été fabriquées en observant pleinement les lois environnementales et celles du travail. Elles utilisent de l’argent brut pur à 92.5% provenant de restes de miroirs, de déchets de soudures et de plaques de rayons-x.

40% du cuivre utilisé dans les médailles de bronze provient de déchets de l’hôtel de la monnaie lui-même. Le matériau a été fondu et décontaminé pour obtenir la substance servant à produire la médaille.

Nombre de médailles: 812 or, 812 argent et 864 bronze.
Poids: 500g
Hôtel de monnaie: Brazilian Mint

La ville de Rio de Janeiro était la ville hôte des Jeux de la XXXIe Olympiade. Cette élection a été précédée de trois tours de scrutin des membres du Comité International Olympique (CIO) le 2 octobre 2009 à la 121e Session du CIO à Copenhague, Danemark.

Rio 2016 Alex Ferro

Sept villes avaient initialement soumis leurs demandes pour accueillir les Jeux Olympiques de 2016 par l'intermédiaire de leurs Comités Nationaux Olympiques : Chicago (USA), Prague (CZE), Tokyo (JPN), Rio de Janeiro (BRA), Bakou (AZE), Doha (QAT) et Madrid (ESP). Le 4 juin 2008, la commission exécutive du CIO a accepté quatre villes comme villes candidates à l'organisation des Jeux Olympiques de 2016. Ces villes étaient (dans l'ordre officiel du tirage au sort) :

  • Chicago (USA)
  • Tokyo (JPN)
  • Rio de Janeiro (BRA)
  • Madrid (ESP)

Lors du vote du 2 octobre 2009, Rio de Janeiro l'a finalement emporté sur Madrid avec 66 voix contre 32. Ces votes ont donné à Rio la majorité lui permettant d'être élue ville hôte des Jeux Olympiques de 2016. Rio a triomphé dans sa course à l'obtention des Jeux au terme d'une rude compétition face à Chicago, Tokyo et Madrid.

121e Session du CIO, 2 octobre 2009, Copenhague : élection de la ville hôte des Jeux de la XXXIe Olympiade

Tours de scrutin

1

2

3

Rio

26

46

66

Madrid

28

29

32

Tokyo

22

20

-

Chicago

18

-

-



athletes

Plus

Galerie


Trois artistes partagent leur vision des Jeux à Rio

Découvrez les artistes en résidence arrow right

back to top