skip to content

Le fondateur visionnaire des Jeux Olympiques de l’ère moderne

Le baron Pierre de Coubertin ne mesurait qu'1,62 m, mais il fut, par bien des aspects de sa personnalité, l’un des géants du XXe siècle.  Né le 1er janvier 1863 dans une famille de l’aristocratie française, il devint à l’âge adulte un fervent défenseur de l’homme de la rue, embrassant les valeurs de la Troisième République de son pays, la France, valeurs rappelées dans la devise de cette dernière : « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Destiné à une carrière de militaire ou d’homme de loi, Pierre de Coubertin découvrit sa véritable vocation en pratiquant le rugby en Angleterre. En effet, il se lança dès lors dans une quête visant à donner aux enfants français ce dont les jeunes anglais profitaient déjà, c’est-à-dire le sport dans le cadre de leur scolarité.  A l’âge de 25 ans, il était ainsi l’un des chefs de file de la réforme de l’enseignement en France.  

En 1889, lors de l’Exposition universelle de Paris – qui durant six mois attira 32 millions de visiteurs venus s'émerveiller devant la tour Eiffel – le baron de Coubertin organisa le Premier Congrès des Exercices Physique et des Compétitions Scolaires et commença à tisser un réseau international d’enseignants, d’hommes politiques, de membres de l’aristocratie et de personnalités des sphères économiques, culturelles et sportives, qui pourraient l’aider dans la réalisation de son rêve olympique. Cinq ans plus tard, le 23 juin 1894, c’est dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, que 2000 personnes se levèrent spontanément pour acclamer sa proposition de faire renaître les Jeux Olympiques, et de désigner Athènes et Paris villes hôtes des deux premières éditions des Jeux, organisées en 1896 et 1900.  

Mais à l’instar de nombreux visionnaires, Pierre de Coubertin restait aveugle sur certains points. En effet, alors qu’il déclarait : “(le sport) il est pour tout homme une source de perfectionnement interne éventuel non conditionnée par le métier ,” il resta fermement opposé à la participation des femmes aux compétitions d’athlétisme de haut niveau, et ce jusqu’à la fin de sa vie. Néanmoins, le nombre de femmes participant aux Jeux Olympiques fut multiplié par six sous la présidence du Baron de Coubertin. De même, c’est cette éthique d’inclusion sociale qu’il insuffla au cœur du Mouvement olympique, en déclarant :  “(les Jeux) ils sont mondiaux/ tous les peuples y doivent être admis sans discussion ”, qui allait finalement façonner l’héritage qu’il laisserait au monde. Au fil du temps, les Jeux Olympiques en sont ainsi venus à représenter le triomphe de la diversité pour les hommes et les femmes du monde entier, unissant toutes les nations dans l’amitié et la paix par le sport, dans le cadre de ce qui est aujourd’hui la plus grande célébration de l’humanité. 


La vie du baron Pierre de Coubertin

Nous célébrons la vie du Pierre de Coubertin, qui, il y a 125 ans, unissait toutes les nations dans l’amitié et la paix par le sport, dans le cadre de ce qui est aujourd’hui la plus grande célébration de l’humanité, les Jeux Olympiques.

Biographie complète

La vision de Coubertin sur :


Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

IOC
Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

IOC
Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

IOC
Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

IOC
Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

IOC
Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

IOC
Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

IOC
Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

1915
Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

IOC
Pierre de COUBERTIN
Image Alt Text

Pierre de COUBERTIN

IOC
Plus
back to top En