skip to content
Patinage de vitesse sur piste courte


En patinage de vitesse sur piste courte, les athlètes n'affrontent pas la montre mais leurs adversaires. Cette forme de compétition demande de la vitesse mais aussi du courage et un vrai sens tactique.

Des origines nord-américaines

Le patinage de vitesse sur piste courte (ou patinage de vitesse en salle) est né au Canada et aux États-Unis où des compétitions avec départ groupé sont organisées sur une piste ovale dès 1905/1906. Faute de pistes longues de 400 m, bon nombre de patineurs nord-américains pratiquent cette discipline sur une patinoire. Or, qui dit piste plus courte dit nouveaux défis à relever : virages plus serrés et couloirs plus étroits, qui donnent naissance à différentes techniques pour gagner. Ces deux pays commencent à s'affronter dans le cadre de compétitions annuelles. L'essor de la discipline est à mettre en grande partie au compte de l'Amérique du Nord, qui introduit la compétition en "peloton". Mettant à profit cette nouveauté, les organisateurs des Jeux de 1932 à Lake Placid décident, en accord avec l'ISU (International Skating Union), d'appliquer ces règles au patinage de vitesse sur piste "longue".

Reconnaissance internationale

En participant à des épreuves internationales "ouvertes à tous" avant que le patinage de vitesse sur piste courte ne soit reconnu par l'ISU, des pays comme la Grande-Bretagne, l'Australie, la Belgique, la France et le Japon ont contribué au développement de la discipline. En 1967, l'ISU reconnaît officiellement le patinage de vitesse sur piste courte, mais il faudra attendre 1976 pour que des compétitions internationales soient organisées. Dans l'intervalle, les pays continuent de s'affronter.

Histoire olympique

Après avoir été sport de démonstration aux Jeux de 1988 à Calgary, le patinage de vitesse sur piste courte entre au programme olympique à Albertville en 1992, avec deux épreuves individuelles et deux relais. La discipline compte des épreuves masculines et féminines. Depuis les Jeux Olympiques de 2006 à Turin, le programme de cette discipline compte huit épreuves.Elle plaît très vite au public, ravi d'assister à des courses rapides, disputées sur des pistes étroites. Les patineurs évoluent avec une telle proximité que les collisions et les chutes sont inévitables, c’est pourquoi les parois de l'anneau de vitesse sont capitonnées.

L'émergence asiatique

Récemment, la Chine et la Corée sont devenues des concurrents sérieux, capables de remettre en question la domination américaine. Aux Jeux de Turin, en 2006, la Corée du Sud est devenue l'équipe à battre en gagnant dix médailles, dont six en or !

Plus


Galerie


back to top