skip to content
Date
18 oct. 1964
Tags
Tokyo 1964

Zanin attend son heure et coiffe un peloton trop attentiste

Cyclisme

La pluie tombait dru en ce jour de course sur route, et elle ralentissait considérablement le rythme. On avait déjà prédit que les concurrents seraient dans un mouchoir de poche à l’arrivée car le circuit de 24 km n’était pas considéré comme un tracé ardu. Et c’est ce qui arriva lorsque la plupart des cyclistes se retrouvèrent encore en lice pour une médaille dans la huitième et dernière boucle.

Le peloton était compact. Certains concurrents avaient bien tenté de se forger un passage, notamment une des futures vedettes de ce sport, un adolescent belge du nom d’Eddie Merckx, mais en vain. Merckx parvint seulement à ouvrir une brèche d’environ 25 m avant d’être rattrapé par le peloton.

À l’approche de la ligne d’arrivée, le métal en or était à portée de main. Cela faisait près de 200 km qu’ils pédalaient mais il était clair que la victoire reviendrait à celui qui serait capable de sprinter au bon moment. Tout était en place pour une arrivée spectaculaire.

Alors que la ligne d’arrivée se faisait de plus en plus proche, un concurrent sortit du lot : il restait environ 20 ou 30 m lorsque Mario Zanin, mécanicien à Trévise en Italie, prit la tête en choisissant le moment le plus important. Alors que le peloton franchissait la ligne, la roue avant de son vélo fut la première, tout juste, à toucher la ligne.

En voilà une marge de victoire: la roue avant de Zanin ! Derrière lui, le classement fut difficile à établir : si le Danois Kjell Akerstrom Rodian avait sans conteste remporté l’argent, à 0,02 secondes près, les concurrents suivants étaient presque impossibles à séparer. La nature même de l’arrivée empêchait de départager les concurrents.

Pour finir, le coéquipier belge de Merckx, Walter Godefroot, se vit remettre l’argent à 0,11 secondes derrière Zanin. Le même temps fut décerné aux 25 concurrents suivants. L’athlète iranien Sayed Esmail Hosseini, qui avait terminé à juste 0,2 secondes derrière Zanin, fut classé 99e alors même qu’il n’était qu’à moins d’un dixième de seconde du podium.

Ce furent les seuls Jeux Olympiques que disputa Zanin, alors âgé de 24 ans, mais il restera toujours comme l’homme qui parvint à s’imposer dans ce qui fut l’arrivée en masse la plus serrée de toute l’histoire des Jeux.

Tags Tokyo 1964
back to top