skip to content
Getty Images

Yuzuru Hanyu : personne ne connaît ses limites !

Sacré champion olympique à 19 ans sur la glace de l'Arène Iceberg lors des Jeux de Sotchi 2014, premier Japonais titré en patinage artistique masculin, Yuzuru Hanyu n'a par la suite jamais cessé de repousser ses limites et celles de son sport. Il en est à douze records du monde de points battus (programme court, programme libre et total), est le champion du monde et le vainqueur de la finale du Grand Prix ISU en titre, et se trouve plus que jamais prêt à défendre son sceptre à PyeongChang 2018.

Le 12 septembre 2017 à Montréal, lors de sa première apparition de la saison en vue des Jeux de PyeongChang, à savoir sa première compétition après l'époustouflant titre mondial remporté à Helsinki (Finlande) cinq mois plus tôt, Yuzuru Hanyu éblouit de nouveau le public et les juges en déroulant son programme court dans le "Skate Canada Autumn Classic International". Sur la ballade n°1 de Frédéric Chopin, son quadruple salchow, sa combinaison quadruple boucle/triple boucle piqué, ses pirouettes de niveau 4, sa série de pas étincelants sont si parfaits qu'il améliore son record du monde, le portant à 112,72 points. C'est le douzième record mondial de l'extraordinaire patineur japonais qui avait été le premier à franchir la barre des 100 points, dans le même exercice à Sotchi en 2014.

Getty Images
Infaillible ?

Même celui qui, au-delà d'être aujourd'hui le meilleur patineur au monde, est considéré comme l'un des plus grands de tous les temps, n'est pas infaillible. Il rate son libre, tombe, et se contente de la deuxième place finale derrière son principal rival espagnol Javier Fernandez. Ce n'était que l'ouverture de la saison, dans la catégorie "ISU challenger séries", et cet accident de parcours ne présage en rien de la suite ! Yuzuru Hanyu y puise même une motivation supplémentaire : "C'était ma première compétition cette saison et tout ce que j'ai gagné, c'est une grosse frustration. Je vais continuer à aller chercher ce que j'ai de plus fort en moi, et j'ai pour objectif de me surpasser avec des programmes encore plus difficiles", explique-t-il alors à la presse japonaise. Tout son parcours après son titre olympique porte à le croire !

L'élève de Brian Orser a adopté sa propre philosophie après avoir vécu dans sa ville de Sendai le terrible tsunami du 11 mars 2011. "Je pense souvent que ce que vous croyez acquis ne l’est pas toujours. Tout n’existe que par chance. J’en suis venu à penser comme ça car j’ai presque tout perdu. Ce désastre a totalement changé mes valeurs. Plus que tout, je veux maintenant que chaque jour compte", a-t-il raconté. Il a mis par la suite toute son énergie dans la reconstruction de la patinoire de Sendai, en reversant les gains de son ouvrage autobiographique "Blue Flames".

Getty Images

À partir de 2012, à Toronto, sous la houlette du réputé entraîneur canadien champion du monde 1987 et deux fois vice-champion olympique en 1984 et 1988, Yuzuru Hanyu a progressé vers les sommets jusqu'à sa première victoire en finale du Grand Prix ISU en décembre 2013 à Fukuoka suivie de son triomphe aux Jeux de Sotchi qu'il a conclus en annonçant son objectif de conserver son titre quatre ans plus tard.

Encore des records du monde 

Yuzuru Hanyu va gratifier les fans du patinage artistique de nouveaux exploits majeurs sur la route des Jeux d’hiver 2018. Un mois après son triomphe olympique, il remporte son premier titre mondial devant son public à Saitama (Japon). Il termine la saison olympique par une 2e victoire en finale du Grand Prix ISU, en décembre 2014 à Barcelone. En novembre 2015, lors du Trophée NHK, il bat son propre record du monde du programme court (106,33 points) puis s’approprie celui du libre (216,17) et du total (322,40). Il les améliore encore lors de sa 3e victoire consécutive dans la finale du Grand Prix, toujours à Barcelone un mois plus tard, 110,95 pour son programme court, 219,48 points pour le libre, et un record du total à 330,43 qui est toujours au sommet des tablettes. Dans le même temps, Yuzuru Hanyu est deux fois vice-champion du monde 2015 et 2016 derrière l’Espagnol Javier Fernandez. Le 30 septembre 2016, lors du Skate Canada Montréal, il devient par ailleurs le premier patineur à lancer et à réussir un quadruple boucle.

Getty Images

En décembre 2016 à Marseille, Yuzuru Hanyu est le premier patineur à remporter quatre fois consécutives la finale du Grand Prix. Lors des Championnats du monde ISU 2017 à Helsinki, il commence le 31 mars par se classer 5e du programme court à 11 points du leader Javier Fernandez. Irrattrapable ? Le lendemain, Yuzuru Hanyu est le premier patineur à s’élancer dans le dernier groupe de six concurrents pour le libre… et il assomme littéralement la concurrence ! Il réalise une performance mémorable, sur la musique de Jo Hisaishi, "Hope and Legacy", ponctuée par quatre quadruples sauts (un boucle, deux salchow, dont un en combinaison et un boucle piqué), deux triple axels, deux autres combinaisons triple-triple, des pirouettes de haut vol comme la "Biellmann" rare chez les hommes, une chorégraphie remarquable, bref un des plus beaux programmes jamais vus en patinage artistique masculin. Une pluie de mascottes et de fleurs tombe alors sur la glace, lancées par un public conquis. Il est gratifié d'un nouveau record du monde de 223,20 points pour un total de 321,20 qui lui offre la victoire devant son compatriote Shoma Uno et le Chinois Jin Boyang, alors que Javier Fernandez qui a chuté, termine au 4e rang.

Getty Images

"C’est génial de battre mon record du monde de trois points, et je pense que je suis en mesure d’atteindre des scores encore plus élevés. Toute cette saison, j’ai pensé à l’améliorer, et j’ai ressenti la pression à cause de ça", confie Yuzuru Hanyu. Et sur la façon dont il va désormais aborder la défense de son titre olympique à PyeongChang 2018, il répond : "Travailler dur, et m’entraîner de plus en plus." Il se présentera sur la glace de la patinoire de Gangneung en favori et candidat à sa propre succession !

back to top En