skip to content
IOC/Greg Martin

Yusra Mardini, athlète olympique réfugiée, nommée ambassadrice de bonne volonté du HCR

La nageuse syrienne, laquelle avait concouru aux Jeux Olympiques de Rio 2016 en tant que membre de la toute première équipe olympique des réfugiés, est devenue la plus jeune ambassadrice de bonne volonté du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Après avoir survécu à sa fuite de Syrie en compagnie de sa sœur aînée, avoir nagé pour sauver sa vie à travers la mer Méditerranée et avoir partagé le bassin aux côtés de champions olympiques tels que Michael Phelps, Yusra Mardini est devenue la voix des réfugiés du monde entier et leur source d'inspiration depuis sa sélection pour les Jeux Olympiques de l'été dernier.

IOC/Matthew Lewis

Assumant ce rôle au moment où plus de 65 millions de personnes dans le monde ont été poussées hors de chez elles par la guerre et la persécution, la nageuse syrienne s'est dite fière et honorée de cette nomination, qui fait d'elle, du haut de ses 19 ans, la plus jeune des ambassadrices de bonne volonté du HCR.

J'espère qu'à travers son rôle d'ambassadrice de bonne volonté du HCR, Yusra continuera d'inspirer les réfugiés et de nous rappeler que eux aussi, à l'instar de tout un chacun, peuvent mettre leur talent, leurs compétences et leur force d'esprit au service de la société. Thomas Bach Président du CIO

Le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, a félicité l'olympienne pour sa nomination et a déclaré : "La participation de Yusra et des autres athlètes de l'équipe olympique des réfugiés aux Jeux de Rio 2016 a envoyé un message d'espoir à tous les réfugiés du monde. Le grand public a ainsi pu voir que les réfugiés sont des êtres humains comme les autres et sont un enrichissement pour notre société. J'espère qu'à travers son rôle d'ambassadrice de bonne volonté du HCR, Yusra continuera d'inspirer les réfugiés et de nous rappeler que eux aussi, à l'instar de tout un chacun, peuvent mettre leur talent, leurs compétences et leur force d'esprit au service de la société."

Getty Images

Filippo Grandi, haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, a pour sa part commenté : "Yusra est une jeune femme profondément inspirante. À travers son histoire touchante, Yusra représente les espoirs, les craintes et le formidable potentiel des plus de dix millions de jeunes réfugiés dans le monde."

Exemple remarquable de résilience et de détermination des personnes déplacées de force à vouloir reconstruire leurs vies et contribuer à leurs communautés hôtes, l'athlète olympique réfugiée, qui s'est vu accordé le droit d'asile en Allemagne, souhaite "continuer à diffuser le message selon lequel les réfugiés sont des personnes normales qui vivent des circonstances à la fois traumatisantes et dévastatrices et qui sont capables d'accomplir des choses extraordinaires pour peu qu'on leur en donne la possibilité."

IOC/Greg Martin

Yusra Mardini, qui a promis de poursuivre son travail auprès des jeunes réfugiés, reste concentrée sur la natation et espère concourir aux Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo.

Ainsi qu'elle l'a confié : "Nous ne devons pas oublier que les Jeux Olympiques rapprochent les peuples. J'espère sincèrement qu'il y aura une équipe olympique des réfugiés lors de la prochaine édition des Jeux."

Découvrez l'histoire de Yusra Mardini  ou comment elle nage aujourd'hui pour le plaisir après avoir nagé pour sauver sa vie.

En savoir plus sur l'engagement du CIO et du HCR à renforcer leur coopération

back to top En