skip to content
Date
26 août 2004
Tags
Athènes 2004

Yelena Slesarenko fait un bond dans le livre des records

« L’oiseau en vol », tel était le surnom de la Sud-Africaine Hestrie Cloete, en raison de sa curieuse habitude de faire de grands mouvements de bras lors de sa course d’élan au saut en hauteur. Derrière ce surnom étrange et cette technique à l’allure presque comique se cache pourtant une athlète de très haut niveau. Hestrie Cloete a en effet décroché la médaille d’argent, quatre ans plus tôt à Sydney, et a été deux fois championne du monde.


Quatre ans plus tôt, elle en a été privée par la Russe Yelena Yelesina. Si cette dernière est absente en Grèce, en revanche sa compatriote au même prénom Yelena Slesarenko est bien là. Elle s’est révélée sur la scène mondiale quelques mois plus tôt à peine, après avoir conquis le titre mondial en salle en 2004.

Lors de la finale, les deux femmes font jeu égal en début de concours, chacune franchissant les six premières barres au premier essai. Elles élèvent même le concours à un niveau incroyable en franchissant toutes deux 2,02 m lors de leur premier saut.

À 2,04 m, la Russe efface à nouveau la hauteur d’entrée, alors que la Sud-Africaine manque sa première tentative. La barre chute une fois, puis va retomber à nouveau. Il ne lui reste plus qu’un saut, mais elle décide de jouer son va-tout en réservant son dernier essai pour la hauteur supérieure à 2,06 m.

L’oiseau en vol déploie ses ailes vers la barre, mais échoue assez nettement à cette nouvelle hauteur, si bien qu’elle doit se contenter d’une nouvelle médaille d’argent.

Bien qu’assurée de la médaille d’or, Yelena Slesarenko continue pourtant son concours. L’adrénaline continuant à monter, elle franchit 2,06 m dès son premier essai, ajoutant ainsi un nouveau record olympique à son titre.

back to top