skip to content
Date
21 août 2004

Yelena Isinbayeva place la barre très haut

La perche féminine n’est apparue aux Jeux Olympiques qu’à Sydney 2000, soit quatre ans avant Athènes 2004. Et entre les deux, elle a fait beaucoup de chemin, notamment grâce aux exploits de la Russe Yelena Isinbayeva, devenue la plus grande perchiste de la planète.


Enfant, Yelena Isinbayeva était gymnaste, mais elle a bifurqué vers la perche après avoir constaté qu’elle grandissait beaucoup trop pour pouvoir se hisser au sommet de la gymnastique. À l’époque d’Athènes, elle détient le record du monde, mais elle n’est pas championne du monde. Ce titre est détenu par sa compatriote Svetlana Feofanova, qui s’est affirmée comme sa plus grande rivale. Les deux athlètes se sont poussées mutuellement vers des sommets toujours plus hauts si bien que, dans les six mois précédant Athènes 2004, le record du monde a été battu pas moins de sept fois : deux fois par Svetlana Feofanova et cinq par Yelena Isinbayeva.

Leur affrontement à Athènes va se transformer en une bataille tactique par excellence. De plus, l’échec au premier essai de Isinbayeva à 4,70 m, hauteur franchie tant par Feofanova que par la Polonaise Anna Rogowska, va rajouter du piment à la compétition.

À ce moment-là, la jeune Russe est assurée de remporter le bronze dans le pire des cas, mais cela ne l’intéresse pas. Au lieu d’essayer de franchir à nouveau cette barre, elle décide de garder ses deux essais restants pour 4,75 m. À cette dernière hauteur, les trois concurrentes manquent leur première tentative, avant que Feofanova ne franchisse la barre pour consolider sa première place. La Polonaise tente de passer deux fois de plus, mais elle échoue et est donc certaine de terminer au mieux deuxième.

Yelena Isinbayeva décide alors de faire à nouveau l’impasse et de viser directement 4,80 m, avec un seul essai, soit 15 cm au-dessus de sa meilleure barre du concours, hauteur qu’elle passe de manière incroyable pour prendre la tête. Elle franchit ensuite 4,85 m, reportant ainsi toute la pression sur sa grande rivale.
Alors que l’heure tourne et que minuit a déjà sonné, c’est désormais Svetlana Feofanova qui est obligée d’abattre ses cartes et de tenter le tout pour le tout. Il ne lui reste plus qu’un seul essai à 4.90 m puisqu’elle n’a tenté qu’une seule fois - et manqué - les deux précédentes barres à 4,80 m et 4,85 m, mais elle ne parvient pas à franchir l’obstacle, laissant donc l’or à Yelena Isinbayeva. Pour fêter son sacre, la nouvelle championne fait placer la barre à 4,91 m et bat son propre record du monde, obtenant une énorme ovation dans un stade plein à craquer, les spectateurs ayant veillé spécialement pour assister à sa victoire exceptionnelle.

back to top