skip to content
Getty Images
Date
21 mars 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Gymnastique artistique

Yamilet Peña veut réaliser son rêve de monter sur le podium à Rio de Janeiro en 2016


Après sa médaille d’argent au saut de cheval aux Jeux Panaméricains cette année, la gymnaste dominicaine Yamilet Peña espère que sa bourse de la Solidarité Olympique l’aidera à réaliser son rêve de monter sur le podium à Rio de Janeiro en 2016.

À quel âge avez-vous commencé la gymnastique?

J’ai commencé à 6 ans. Ma mère m’avait d’abord inscrite à des cours artistiques, mais cela ne me convenait pas. Je m’endormais pendant les cours. Alors elle a décidé de m’emmener voir différents sports pour que je puisse décider lequel pratiquer. J’ai immédiatement opté pour la gymnastique. Ce que j’aime dans ce sport, c’est que chaque jour est un combat pour progresser sur les différents agrès. Je me sens davantage préparée pour la vie en marge du sport, car je sais que, quelles que soient les difficultés auxquelles je suis confrontée, je peux les surmonter.

Quand avez-vous réalisé que vous étiez douée pour la compétition de haut niveau?

J’ai donné ma première interview à 8 ans et j’ai dit que je deviendrai une gymnaste olympique. Dès le départ, je me voyais progresser et devenir encore meilleure. Je regardais les enchaînements les plus difficiles que d’autres gymnastes réalisaient et je voulais en faire autant.

Getty Images

Quels souvenirs gardez-vous des Jeux Olympiques que vous avez regardés étant plus jeune?

Je me souviens de tous les détails des Jeux de 2004 à Athènes. Mon entraîneur précédent, Francisco Susana, m’a fait suivre les compétitions de près pour que j’observe les qualités requises dans tous les éléments d’un saut et que je réalise que je suis capable d’en faire autant.

Quelle est la performance dont vous êtes la plus fière?

C’est d’avoir concouru aux Jeux de 2012. C’est le plus haut niveau en sport auquel tout athlète espère parvenir et j’ai réussi à l’atteindre! Avoir terminé dans les huit premières du saut de cheval a d’autant plus de valeur. Participer aux Jeux est certainement l’une des meilleures expériences de ma vie. Je me suis rendue compte de toute la difficulté d’atteindre un tel niveau et je suis très reconnaissante d’avoir pu faire cette expérience.

Quels sont vos objectifs d’avenir?

Mon objectif est de retourner aux Jeux Olympiques [à Rio de Janeiro en 2016]. Ce serait une deuxième occasion de concourir au plus haut niveau et de montrer ce que je peux faire. Je pense de façon positive: je veux retourner aux Jeux et réaliser mon rêve de monter sur le podium.

Votre bourse de la Solidarité Olympique vous aide-t-elle à réaliser ce rêve?

L’année passée notamment, elle a été d’un grand soutien pour la prise en charge de mon entraînement à l’étranger afin de mieux me préparer, tant physiquement que men- talement aux défis qui m’attendent. C’est fantastique pour moi (et pour tout athlète qui en reçoit une) de pouvoir compter sur cette aide sans laquelle on ne pourrait payer nos frais d’entraînement. L’année dernière, c’est la plus grande aide que j’ai reçue. Sans elle, je n’aurais pu aller à des camps d’entraînement à l’étranger avec des entraîneurs plus aptes à m’entraîner. Je suis vraiment reconnaissante d’en bénéficier.

Qu’aimez-vous faire pendant votre temps libre?

J’aime faire les magasins ou passer du temps avec ma famille et mes amis. J’aime aussi manger de bonnes choses!

back to top En