skip to content
Date
15 oct. 1968
Tags
Mexique 1968

Wyomia Tyus fait valser les records du monde de sprint

Le 100 m féminin était très attendu, notamment en raison de la présence de trois formidables athlètes américaines. Au premier tour, Wyomia Tyus, Barbara Ferrell et Margaret Bailes se sont distinguées en égalant le record olympique – qui était à l’époque de 11 secondes et 12 centièmes.

Dans un tel contexte, la compétition s'annonce évidemment passionnante. Ferrell et Bailes égalent le Record du Monde (11 secondes et 11 centièmes), tandis que Tyus réalise un temps de 11 secondes avec l'aide du vent. À chaque nouvelle sortie, les trois candidates à la médaille d'or ne cessent de relever la barre.

Même si le vent ne lui a pas permis d'homologuer son record, Tyus fait figure de favorite. Des trois championnes, la native de Griffin (Géorgie) est sans doute celle qui possède le palmarès le plus impressionnant.

Tyus a remporté la médaille d'or du 100 m quatre ans plus tôt à Tokyo, ainsi que la médaille d'argent du relais 4x100 m. Elle s'est fixé pour objectif de devenir la première athlète, chez les hommes comme chez les femmes, à conserver son titre olympique sur 100 m.

En demi-finales, la pluie ralentit les athlètes, mais toutes les favorites assurent leur qualification. La finale réunit quatre des cinq femmes les plus rapides du monde sur cette distance. Quelques secondes plus tard, ce record sera définitivement balayé. Tyus réalise un faux départ, ce qui ne l'empêche pas de parcourir les 100 m en 11 secondes et 8 centièmes. Le pari est gagné : elle devient effectivement la première à défendre avec succès un titre olympique en sprint.

Ferrell s'adjuge la médaille d'argent en 11 secondes et 15 centièmes, mais la troisième Américaine, Bailes, doit se contenter de la cinquième place. La médaille de bronze revient à la polonaise Irena Szewińska-Kirszenstein.

Tyus termine sixième du 200 m, mais remonte sur la plus haute marche du podium à l'issue du relais 4x100 m. Placée en dernière position, elle mène son équipe à la victoire et contribue ainsi à établir un nouveau record du monde.

À l'issue des Jeux Olympiques 1968, Tyus abandonne définitivement l'amateurisme. Elle reviendra à la compétition cinq ans plus tard et retrouvera presque immédiatement sa position dominante.

back to top