skip to content
Date
28 juil. 1952
Tags
Helsinki 1952

Wires et Hietenen héros au bout du suspense

Certains athlètes peuvent se remémorer de victoires olympiques qui leur ont laissé le temps de savourer l’instant. Les coureurs de fond par exemple, qui rallient l’arrivée bien avant leurs rivaux et peuvent se montrer radieux devant leurs supporters en franchissant la ligne. C’est le cas aussi, parfois, des navigateurs qui peuvent se délecter de la victoire avant même la dernière régate.


D’autres, en revanche, ne peuvent pas s’offrir un tel luxe. Il en va ainsi des coureurs de 100m qui s’emploient d’un bout à l'autre de la course, ou des nageurs et athlètes qui doivent s'isoler des clameurs du public. À Helsinki, Kurt Wires et Yrjö Hietanen, deux canoéistes finlandais, sont venus ajouter leurs noms à cette liste.

Âgé de 33 ans lorsqu’il se présente à Helsinki, Wires est un vétéran. Il a gagné une médaille d’argent en 1948 en kayak monoplace sur 10 000m, mais pour les Jeux de 1952, il fait équipe avec Hietanen, qui, à 25 ans, débute aux Jeux.

Dix-huit paires s’alignent au départ, et Wires et Hietanen prennent d'entrée la tête. Ils n'arrivent pourtant pas à prendre un avantage décisif et les équipages suédois, hongrois et autrichiens, restent sur leurs talons.

Ces quatre bateaux vont d’ailleurs dominer la seconde partie de la course, toujours sous la conduite des Finlandais. Dans les derniers mètres, les Hongrois et les Autrichiens se bagarrent pour la médaille de bronze (c’est la Hongrie qui l’obtiendra) alors que devant, Finlandais et Suédois sont au coude à coude pour la victoire.

Lorsque les deux embarcations franchissent la ligne, elles ne sont séparées que d’une longueur, au bénéfice de Wires et Hietanen qui ont tenu bon et s’imposent de 4 dixièmes.

Ils sont à nouveau en lice le lendemain, cette fois pour le sprint sur 1 000m. En série, la paire finlandaise retrouve à nouveau la Suède. Mais celle-ci aligne deux athlètes frais et dispos, alors que Wires et Hietanen doivent gérer les douleurs consécutives à leurs efforts physiques de la veille.

Sans surprise, ils gardent un peu d’énergie en réserve, en laissant les Suédois gagner la série, tout en se qualifiant confortablement. Ils ont bien fait d’ailleurs, car ils auront besoin de toutes leurs forces en finale.

La course est exceptionnelle et les quatre premiers se tiennent en à peine sept dixièmes de seconde. À l’arrivée, les kayaks finlandais et suédois semblent être sur la même ligne, si bien que l’analyse de la photo d’arrivée est nécessaire. Après une attente insoutenable, Wires et Hietanen sont déclarés vainqueurs, et ils récoltent leur seconde médaille d’or en 24 heures. Leur marge victorieuse, combinée au terme de deux courses épuisantes, est de moins d’une demi-seconde.

back to top