skip to content
Date
05 juil. 1912
Tags
Stockholm 1912 , Actu CIO

Winslow et Kitson dominent le tennis masculin

Charles Winslow et Harry Kitson, deux Sud-Africains, étaient à la fois amis et adversaires lors des Jeux de 1912, puisqu’ils vont gagner ensemble le double du tennis en plein air, mais vont se retrouver de part et d’autre du filet en finale du simple messieurs.


Né en Grande-Bretagne, Kitson est un joueur particulièrement expérimenté. Il vient d’avoir 38 ans lorsque débute le tournoi à Stockholm. Il a déjà participé à Londres 1908 où il a été éliminé au 2e tour du simple par le Britannique George Caridia et a été sorti en quarts de finale du double avec son partenaire Victor Gauntlett. En outre, il est triple champion d’Afrique du Sud. De son côté, Winslow, né lui aussi en Grande-Bretagne avant d’émigrer, n’a que 23 ans mais est issu d’une lignée sportive : son père, Lyndhurst Winslow, a représenté le Sussex en cricket.

Les simples et les doubles sont disputés simultanément entre le 28 juin et le 5 juillet. À l’origine, ils devaient commencer un jour plus tard mais ils ont été avancés, selon le rapport officiel, « pour ne pas avoir à expédier les matches et fatiguer les joueurs plus que nécessaire ». Aucun joueur britannique ne participe cependant aux épreuves en plein air, puisque la compétition se télescope avec les championnats de Wimbledon.
Winslow et Kitson gagnent tous deux leur match du premier tour de simple en trois sets secs, et Kitson récidive au 2e tour. Si Winslow se fait quelques frayeurs face au Danois Axel Thayseen, il se qualifie néanmoins pour le troisième tour en quatre sets et tombe sur un autre joueur danois, Vagn Ingerslev, qu’il balaye en trois sets. Il accède ainsi aux quarts de finale, tout comme Kitson qui se débarrasse facilement de l’Allemand Heinrich Schomburgk.

Au stade des quarts, les choses se compliquent un peu. Le rapport officiel indique que Winslow a dû « faire appel à tout son métier » pour battre un autre Allemand, Ludwig Heyden, en cinq sets, 6-2, 6-4, 8-10, 4-6, 6-3. Kitson est beaucoup plus à l’aise face à l’Autrichien Ludwig von Salm et les deux duettistes n’ont plus qu’à gagner leur demi-finale pour se rencontrer.
Cette fois, c’est Kitson qui reste le plus longtemps sur le cours lors d’un match serré et passionnant contre le Bohémien Ladislav Zemla-Razny. « C’était vraiment la première fois que [Kitson] rencontrait quelque opposition durant toute la compétition », indique le rapport officiel.

« Cinq sets ont été disputés et si Kitson avait joué plus prudemment, le résultat aurait sans doute été très incertain. » Finalement, il gagne en cinq sets, 2-6, 6-3, 6-2, 4-6, 6-3, et obtient le droit de jouer la finale contre Winslow, moins en difficulté cette fois-ci puisqu’il a battu Oscar Kreuzer, un joueur allemand, visiblement fatigué, en trois sets secs.

« Kitson joue davantage la sécurité alors que Winslow est plus brillant », peut-on lire dans le rapport officiel, et c’est le talent qui a le dernier mot. « Le match a constitué une superbe démonstration de tennis et les deux hommes ont joué avec la plus grande application. Kitson a opté pour de longues balles rapides, alors que Winslow, à l’inverse, a joué très court et a semblé avoir une prédilection pour un coup droit travaillé à la perfection qui envoyait souvent la balle juste derrière le filet. »

Le plus jeune des deux hommes se montre plus endurant pour l’emporter 7-5, 4-6, 10-8, 8-6 et obtenir sa première médaille d’or.

Le double va leur apporter un succès conjoint dans une compétition affaiblie par l’absence de deux des meilleures paires allemandes et suédoises, ce qui amène le rapport officiel à en conclure que Winslow et Kitson se sont retrouvés « vraiment sans opposition ».

Ils vont en effet s’emparer de l’or sans difficulté, en ne concédant qu’un seul set – contre les Hongrois Bela von Kehrling et Jeno Zsigmondy – sur la route des demi-finales, avant d’assurer leur place en finale en battant Zemla-Razny et Jaroslav Just par 4-6, 6-1, 7-5, 6-4.

La finale face aux Autrichiens Arthur Zborzil et Felix Pipes est une affaire où les nerfs vont légèrement jouer. Winslow et Kitson mettent en effet « un peu de temps avant de se trouver », selon le rapport officiel, et ils perdent le premier set 6-4. Mais ils se reprennent bien pour enlever facilement les trois manches suivantes - 6-1, 6-2, 6-2 – et prouvent qu’ils méritaient amplement leur statut de favoris.

Une compétition de tennis en salle a également lieu à Stockholm, mais avec un plateau beaucoup moins important, et ni Winslow ni Kitson n’y participent. A la place, c’est le Français Andre Gobert qui marque le tournoi de sa patte. Il remporte le simple messieurs avant de s’associer à Maurice Germot pour enlever le double.

Winslow, le vétéran, finira en réalité sa carrière au sommet, avec ce titre, mais Kitson n’en aura pas fini avec les lauriers puisqu’il gagnera un nouveau titre sud-africain en 1913.

back to top