skip to content

Water Polo - Equipe Italienne

Date
12 août 1948
Tags
Londres 1948, Italie, Water polo

Bien que loin d’être novice, l’Italie prit part pour la première fois au tournoi olympique de water-polo. Ce sport avait beaucoup changé depuis les Jeux de 1936 où les Hongrois et les Allemands avaient assuré leur domination, les Allemands étaient absents, cette fois-ci et l’étoile hongroise avait pâli. Aux championnats d’Europe l’année précédente, les Italiens s’étaient imposés aux Suédois et aux Belges, et la Hongrie quand à elle était repartie bredouille.

Les Hongrois étaient donc résolus à se rattraper et à se refaire, quant aux Italiens, ils tenaient avant tout à poursuivre leur série de succès. En tout état de cause, il était évident que ce tournoi allait se jouer entre ces deux équipes. Néanmoins, le match décisif n’eut pas lieu comme on aurait pu s’y attendre à la fin mais dans le deuxième tour du tournoi. Les règles faisaient alors de cette compétition un affrontement entre une série de mini-ligues, et elles précisaient que les pays ne pouvaient jouer qu’une seule fois les uns contre les autres. Si le tirage les amenait à s’affronter de nouveau, le résultat précédent devait être repris, c’est pourquoi le premier match entre les deux favoris était-il à ce point crucial. On pouvait s’attendre qu’il soit serré. Les deux parties se jetèrent à corps perdu dans la partie même si les comptes rendus suggèrent que, dans une compétition marquée par des échanges brutaux et des éclats de tempérament, la rencontre Italie-Hongrie fût considérée comme l’une des plus calmes. En fin de match, l’Italie menait 4-3 quand un tir de pénalité fut accordé à la Hongrie mais, à l’instant même où le joueur hongrois s’apprêtait à tirer, la balle lui échappa et tomba dans l’eau. C’est ainsi que la Hongrie rata sa chance et qu’elle perdit.

L’Italie remporta huit de ses matches, s’imposant dans des victoires sur la Belgique et les Pays-Bas dans le groupe final. La Hongrie dut se contenter de l’argent, déterminée à revenir au sommet quatre ans plus tard.

back to top En