skip to content
Date
29 août 2004
Tags
Athènes 2004

Ward obtient l’or au nom du père

La compétition des mi-lourds de boxe a rassemblé à Athènes deux athlètes qui ont débarqué aux Jeux sur la lancée d’une forme spectaculaire. L’Américain Andre Ward n’a peut-être que 20 ans, mais cela fait six ans qu’il n’a pas connu la défaite. C’est le souvenir de son père, Franck, qui lui donne de la force sur le ring, un père qui l’a poussé à exercer son talent entre quatre cordes.


Frank Ward est mort en 2002, deux ans avant les Jeux, mais son rejeton boxe désormais avec une photo de son regretté père collée sur l’une de ses bottines.

En quart de finale, il affronte le Russe Yevgeny Makarenko, invaincu depuis cinq ans. L’un des deux mordra la poussière.

Makarenko a une carte de visite plus consistante sur laquelle sont consignés ses deux titres mondiaux, alors que Ward n’a jamais boxé jusque-là hors des États-Unis. Le Russe a aussi pour lui l’avantage physique, étant 15 cm plus grand que son adversaire et ayant une allonge beaucoup plus importante, mais Ward affiche quant à lui une énorme détermination et une stratégie sur le ring audacieuse.

L’Américain met à profit sa plus petite taille pour se jouer de l’allonge de Makarenko, en le prenant par surprise avant de porter des coups rapides. Il bat ensuite en retraite pour se mettre à l’abri aussi vite qu’il est monté à l’assaut, esquivant ainsi les contres du Russe.

Cela ne marche pas à tous les coups et le grand Russe arrive à placer quelques bons coups, mais comme Ward touche aussi sa cible, notamment au visage, il finit par décrocher un succès 23-16 qui le place sur l’orbite de la finale.

Une demi-finale victorieuse plus loin, il gagne le droit d’affronter un autre adversaire coriace, le Bulgare Mahomed Aripgadzhiev. Dans les deux premières reprises, Ward a du mal à rivaliser avec son adversaire, mais il s’évertue à maintenir un écart de deux points qui lui permet d’être en position d’attente à mi-combat, 9-7. Au troisième round cependant, la vitesse et le jeu de jambes de l’Américain commencent à porter leurs fruits. Il réussit à placer une série de bons coups tout en évitant soigneusement d’être cueilli soudainement en contre, ce qui lui permet de prendre la tête 14-11. Il applique à nouveau ce scénario dans la dernière reprise et obtient la victoire aux points 20-13.

Ward passera professionnel plus tard et deviendra champion du monde.


back to top