skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Vol au-dessus de PyeongChang

En combiné nordique, l’hiver 2016-2017 a été celui de Johannes Rydzek, qui s’est imposé dans les deux compétitions pré-olympiques disputées sur le tremplin HS140 d’Alpensia, avant de réaliser un incroyable et inédit Grand Chelem dans les Championnats du monde FIS 2017 de Lahti (Finlande) en remportant les quatre épreuves au programme. Il s’annonce à 25 ans comme l'une des sensations des XXIIIes Jeux d’hiver !

L'Allemagne peut aborder les Jeux de PyeongChang avec confiance et ambition. Les deux patrons du circuit mondial sont Allemands ! Le champion olympique en titre sur le tremplin normal Eric Frenzel, vainqueur pour la cinquième fois consécutive du classement général de la Coupe du monde FIS au terme de l'hiver 2016-2017, et son cadet de trois ans Johannes Rydzek, qui a fini sur ses talons en lui cédant les commandes et son "maillot jaune" lors des trois dernières épreuves de la saison. Toutefois, le roi de l'hiver pré-olympique, c'est bien lui ! Avec un incroyable et inédit Grand Chelem aux Mondiaux 2017 de Lahti (Finlande), quatre titres sur quatre épreuves, et un impressionnant doublé sur le tremplin H140 d’Alpensia où se disputeront les podiums des Jeux de PyeongChang 2018. La presse allemande lui a d'ailleurs trouvé un surnom : "Le nouveau superman du combiné nordique".

Getty Images

Dans la série des performances inédites, Johannes Rydzek en a établi une nouvelle pour l'inscrire au livre Guinness des records : le 25 septembre 2017, il a réalisé sur 50 m le "sprint en pente" le plus rapide de l'histoire, grimpant le tremplin de haut-vol d'Oberstdorf (inclinaison : 75 %) en 27,67 !

L'enfant de la balle

"Si vous êtes né à Oberstdorf, il est probable que vous ayez automatiquement les gènes des sports d'hiver en vous", lance Johannes Rydzek sur son site officiel. Sa ville, Oberstdorf la bavaroise, et ses célèbres installations de saut à ski, étape annuelle incontournable de la "Tournée des quatre tremplins", Oberstdorf, deux fois hôte des Championnats du monde de ski nordique de la FIS en 1987 et en 2005. Johannes raconte qu’au plus jeune âge, "j’allais faire du ski de fond avec mes parents. Mon père était bénévole lors de la Tournée des quatre tremplins, et c’est aussi la raison pour laquelle j’ai toujours voulu sauter." Ski de fond et saut à ski ? Le jeune Johannes est rapidement fasciné par la discipline qui relie les deux : le combiné nordique. Ce sera son sport, sa passion. Et tout va aller très vite !

Getty Images

Ainsi, il dispute ses premières compétitions FIS à 14 ans, débute en Coupe du monde à 16 ans, et remporte sa première médaille olympique à 18 ans ! Alors qu’il vient d’être sacré champion du monde junior sur le tremplin HS106 de Hinterzaten le 31 janvier 2010, il prend la direction des Jeux de Vancouver où il termine médaillé de bronze de l’épreuve par équipes HS140 + 4 x 5 km à Whistler, avec Tino Edelmann, Eric Frenzel et Björn Kircheisen, derrière l’Autriche (or) et les États-Unis (argent).

Après avoir gagné une nouvelle médaille olympique (l’argent) à Sotchi 2014 dans la compétition par équipes cette fois avec Eric Frenzel, Björn Kircheisen et Fabian Riessle, lequel dernier relayeur est battu au sprint sur la ligne d’arrivée par le Norvégien Jørgen Graabak, Johannes Rydzek explose au plus haut niveau durant l’hiver 2014-2015. Lors des Mondiaux FIS de Falun (Suède), il monte sur les quatre podiums du combiné nordique ! Premier titre mondial sur le petit tremplin (HS100) devant l’Italien Alessando Pittin, et le Français Jason Lamy-Chappuis, médaille de bronze sur le grand tremplin (HS134), encore titré par équipes sur le HS100 avec Tino Edelmann, Eric Frenzel et Fabien Riessle, et médaille d’argent derrière la France du sprint par équipes avec Eric Frenzel.

Getty Images
Double victoire sur le tremplin olympique de PyeongChang et Grand Chelem à Lahti !

S’il se fait plus discret en 2016, c’est reparti de plus belle durant la saison 2016-2017. Avant de disputer fin février les Championnats du monde de Lahti (Finlande), le champion d’Oberstdorf remporte pas moins de huit victoires en Coupe du monde, dont les deux disputées lors de la compétition pré-olympique sur le tremplin HS140 d’Alpensia, servant de test pour les Jeux de PyeongChang 2018. "C’est bon d’être là. J’ai réalisé une superbe performance tant sur le tremplin que sur le parcours de ski de fond. Je suis heureux", confie-t-il à un an de revenir en République de Corée pour disputer ses 3es Jeux.

Johannes Rydzek réalise ensuite un fantastique Grand Chelem lors des Mondiaux 2017 de Lahti que personne n’avait jamais réalisé en combiné nordique, ni à trois épreuves (à partir de 1999) ni à quatre (à partir de 2009). Le 24 février lors de l’épreuve "petit tremplin", il démarre les 10 km ski de fond avec 14,9 de retard sur son coéquipier champion olympique en titre Eric Frenzel. Il le rattrape rapidement, puis à 5 km du but, il accélère, se détache, et aura le temps de parcourir la dernière ligne droite en saluant le public avec le drapeau allemand en mains, célébrant son 2e titre mondial consécutif sur le petit tremplin. Deux jours plus tard, c’est exactement de la même manière qu’il achève la compétition par équipes HS100 + relais 4 x 5 km; l’Allemagne (avec Eric Frenzel, Björn Kircheisen et Fabian Riessle), conserve son titre avec une avance de 41,7 sur la Norvège.

Getty Images

Le 1er mars, dans l’épreuve Gundersen sur grand tremplin (HS130), il réalise un saut de 122 m qui le place au 5e rang, à 1:05 de l’Autrichien Mario Seidl (132 m). Il raconte la suite : "Après un saut difficile, je me suis quand même douté qu’il y avait quelque chose à faire dans les 10 km ski de fond. J’ai réussi à revenir sur le groupe à l’avant où il s’agissait de maintenir le rythme pour que le groupe de chasse ne revienne pas. J’ai attendu le dernier tour pour attaquer car je savais que l’arrivée était longue." Johannes Rydzek place en effet une "mine" imparable à moins d’1 km du but, et il s’impose avec 4,8 d’avance sur le Japonais Akito Watabe et 13,0 sur le Français François Braud !

Getty Images

Enfin, le 3 mars dans le sprint par équipes, HS130 + 2 x 7,5 km, Johannes Rydzek s’adjuge avec Eric Frentzel sa 4e médaille d’or en quatre épreuves. C’est lui qui achève la course en déposant le Norvégien Magnus Krog dans le dernier virage au cœur du stade avant de s’envoler vers la ligne d’arrivée. "C’est complètement fou ! J’ai besoin de quelques jours pour réaliser." Bien qu'il ait ensuite été battu au classement général de la Coupe du monde au bout du suspense, de 125 points par son partenaire de nombreuses victoires collectives Eric Frenzel, Johannes Rydzek est à la fin de l'hiver désigné par la FIS "athlète de l'année", tandis que son quadruplé à Lahti est le "moment de l'année".

Getty Images

Johannes Rydzek a emmagasiné le plein de confiance. Il est bien entendu annoncé par l'encadrement de l'équipe d'Allemagne dans la très forte formation (avec notamment Eric Frenzel, Fabien Riessle et Björn Kircheisen, tous vainqueurs en Coupe du monde, tous médaillés aux Championnats du monde et aux Jeux) appelée à disputer la saison olympique 2017-2018 et les Jeux de PyeongChang. En individuel sur le petit et le grand tremplin, et dans la compétition par équipes, il est prêt à briller de mille feux sur la neige coréenne !

back to top En