skip to content

Viktor Hovland tire les leçons de sa déception aux Jeux Olympiques de la Jeunesse alors qu'il se tourne vers Tokyo 2020

Getty Images
Viktor Hovland, star du PGA Tour, revient sur son expérience aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Nanjing en 2014 et dévoile ses ambitions pour les Jeux de Tokyo 2020.

Le golfeur norvégien Viktor Hovland a beaucoup progressé depuis qu'il a raté de justesse le podium aux JOJ de Nanjing 2014, où il a pris la tête du dernier tour avant de perdre aux séries éliminatoires pour la médaille de bronze face au Thaïlandais Danthai Boonma.

Il révèle ici ce qu'il a appris de son expérience aux JOJ et quels sont ses objectifs maintenant qu'il est une étoile montante du PGA Tour…

Viktor Hovland Getty Images
Quel bilan fais-tu de ton expérience aux JOJ de Nanjing 2014 ?

"C'était un voyage très cool. Évidemment, c'était un peu différent d'un tournoi de golf normal. Nous sommes restés près de trois semaines. J'ai eu la chance de voyager avec l'équipe norvégienne, apprendre à connaître d'autres personnes dans le village participant à différents sports, et tout simplement voir toute l'infrastructure nécessaire pour accueillir un tel événement. Je me souviens qu'une fois le tournoi terminé, nous sommes allés voir la natation, puis nous avons vu l'une des filles de notre équipe [Grace Bullen] concourir. Elle a décroché une médaille olympique, ce qui était vraiment sympa à voir. C'était l'un des trucs les plus chouette." 

As-tu beaucoup de souvenirs du tournoi des JOJ ?

"Je me souviens que j'ai bien joué les deux premières manches et que j'ai tiré 68 balles par jour, je pense. Et au dernier tour je n'ai pas très bien "putté". J'ai donc terminé en séries éliminatoires pour la médaille de bronze, mais ma performance n'était pas au point quand j'en avais besoin. J'ai assez bien joué, mais je n'ai pas marqué assez de points." 

Getty Images
Étais-tu déçu de manquer une médaille ?

"C'était un peu dévastateur, parce que c'était la seule chance que j'allais avoir de jouer pour cet événement. Mais je savais que ce ne serait pas mon dernier tournoi de golf. Et je savais que je pouvais essayer d'identifier les faiblesses de mon jeu qui ont conduit à cet échec, principalement le putt. Chaque fois que vous avez la possibilité d'être dans une situation où il faut vraiment assurer et où vous devez vous battre pour rester en lice ou gagner un tournoi ou autre, c'est une expérience très enrichissante, et ce quel que soit le résultat." 

Quelle a été l'importance du tournoi des JOJ pour toi ?

"Eh bien, c'est difficile à dire. Je ne me rappelle pas exactement combien de joueurs il y avait sur le terrain… mais il y avait Renato Paratore, Marcus Kinhult, et beaucoup de jeunes golfeurs vraiment talentueux. Je considère donc ce tournoi comme étant très important. Et je considère que c'était vraiment super d'en faire partie. Mais plus pour l'aspect historique, juste le fait de participer aux Jeux Olympiques de la Jeunesse. C'était vraiment quelque chose de spécial. Et j'espère pouvoir aussi participer aux Jeux Olympiques l'année prochaine." 

Viktor Hovland Getty Images


Est-il important pour toi de concourir aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ?

"Honnêtement, j'y pense, mais dans le golf professionnel, on participe à des tournois chaque semaine et j'essaie de ne pas m'emballer. On a vite fait de passer son temps à rêver et penser à toutes ces choses. C'est important d'avoir des objectifs à atteindre mais on peut vite se laisser aller à ces pensées et plus tard se rendre compte qu'il faut vraiment travailler pour y arriver. J'essaie donc de rester un peu plus dans le présent et de découvrir comment m'améliorer et je pense que tout s'arrangera si je fais bien les choses." 

Penses-tu que les golfeurs sont plus enthousiastes à l'idée de participer aux Jeux Olympiques maintenant ?

"Peut-être, oui. C'est la deuxième fois que le golf figure au programme des Jeux Olympiques depuis longtemps. Je ne sais pas pour les autres mais personnellement je pense qu'en voyant à quel point Justin Rose, Henrik Stenson et Matt Kuchar étaient fiers d'avoir remporté leurs médailles à Rio, à quel point cela comptait pour eux et à quel point cela les a aidés, beaucoup d'autres joueurs ont vraiment été impressionnés. Cela leur a peut-être ouvert les yeux sur le fait que gagner une médaille aux Jeux Olympiques est un exploit de haut niveau." 


Tu as évoqué Renato et Marcus, qui ont gagné l'or et l'argent à Nanjing. Ils sont tous les deux devenus professionnels peu de temps après les JOJ, alors que tu as décidé de jouer au niveau universitaire aux États-Unis. Comment c'était de les voir jouer sur le circuit européen alors que tu étais encore à l'université ?

"Je m'en souviens, parce que je savais qu'ils n'allaient pas à l'université et qu'ils avaient évidemment du succès dès le départ en participant au circuit. Et puis Renato a gagné le Nordea Masters peut-être deux ans plus tard. Je me souviens quand j'étais encore à l'université, et je me disais que j'avais concouru avec ces joueurs en golf junior il n'y a pas si longtemps. Ils étaient maintenant sur le circuit européen à remporter des événements professionnels. Mais je n'étais pas prêt à l'époque [à devenir professionnel], et je savais que je devais aller à l'université pour développer mes compétences. Et avec le recul, je ne changerais rien." 

Cela s'est bien passé pour toi, puisque tu t'es désormais imposé en remportant le PGA Tour. Qu'est-ce que cela fait d'avoir atteint ce niveau ?

"Je reste très motivé. Évidemment, j'ai travaillé toute ma vie pour atteindre le PGA Tour, et maintenant que j'y suis, c'est surréaliste. Je dois regarder en arrière et l'apprécier, prendre du temps et me détendre un peu. Mais ce n'est pas la fin ; il y a toute une série d'autres objectifs que je peux me fixer et continuer à m'améliorer chaque jour. Et puis on verra où j'en suis dans quelques années ou dans 20 ans, ou plus." 

Viktor Hovland Getty Images
As-tu des objectifs précis pour l'année à venir ?

"Pas vraiment. Je n'aime pas trop fixer des objectifs très précis. Je me dis juste : 'Ce serait vraiment sympa de faire ça', comme aller à East Lake [pour le Tour Championship] ; ce serait génial. Mais je n'essaie pas de me fixer des objectifs. Je me dis juste : 'Comment vais-je m'améliorer ?’ Et j'essaie juste de devenir un meilleur golfeur, et puis les choses se régleront d'elles-mêmes." 

Faire partie de l'équipe de la European Ryder Cup est probablement l'une des choses que tu aimerais faire...

"J'aimerais vraiment faire partie d'une équipe. Et ça n'arrive pas souvent dans le golf professionnel. Ce serait donc l'un des buts que je pourrais atteindre dans le golf ; faire partie de l'équipe gagnante de la Ryder Cup. Mais encore une fois, rien n'est acquis. Et je dois vraiment travailler dur et m'améliorer pour faire partie, je l'espère, de cette équipe."

back to top En