skip to content
Date
21 août 2008
Tags
Beijing 2008

Victorieuses en softball, les Japonaises ébranlent les États-Unis

Softball

Tout le monde aime celui que l’on donne pour perdant et la victoire du Japon en softball olympique à Beijing se classa comme l’un des plus grands chocs de l’histoire des Jeux.

Les États-Unis battirent la Russie en finale du hockey sur glace aux Jeux d’hiver à Lake Placid en 1980, et l’on parla d’un miracle sur la glace. En lutte aux Jeux de 2000, l’Américain Rulon Gardner s’imposa au Russe Alexander Karelin, donné comme imbattable. Ces images viennent à l’esprit comme autant de chocs dans l’histoire olympique récente, et la victoire en softball du Japon sur les États-Unis lors de cette suffocante soirée sur le terrain de Fengtai est du même ordre.

En softball olympique, le palmarès américain avait tout de la perfection.

L’équipe n’avait perdu que quatre matches dans les éliminatoires depuis l’arrivée du sport aux Jeux de 1996 à Atlanta. Et, chaque fois, elle avait remporté la médaille d’or.

Sous la gouverne de leur entraîneur Mike Candrea, elles décrochèrent une série impressionnante de victoires dont celle sur le Venezuela par 11- 0 et celle moins inattendue de 7 - 0 contre les futures championnes japonaises.

En demi-finale, les Américaines affrontèrent de nouveau les Japonaises et s’en tirèrent en toute assurance avec un 4-1, même si la dernière manche ne fut pas sans effets spectaculaires, signes avant-coureurs de ce qui allait finalement se produire.

Selon le format original du softball, les perdantes de la demi-finale 1-2 obtiennent une deuxième chance et affrontent celles qui ont gagné la demi-finale 3-4, afin de décider qui ira au match de la médaille d’or. Le Japon battit l’Australie dans le match de la médaille de bronze et ainsi réserva sa place dans un troisième match du tournoi contre les États-Unis.

La médaille d’or cette fois-ci n’allait pas sans un aspect poignant puisque le Comité International Olympique avait décidé de supprimer ce sport du programme des Jeux de 2012 à Londres.
Les deux équipes s’affrontèrent en sachant qu’elles jouaient l’ultime match de softball olympique avant de nombreuses années.

La lanceuse Yukiko Ueno fut la vraie héroïne japonaise, puisque sur deux jours elle fut à l’œuvre durant quasiment 21 manches pour amener son équipe à la médaille d’or. Celle-ci avait commencé en tête 2-0 puis un point après un coup de circuit de Crysti Bustos remit les Américaines en selle à 2-1 après la quatrième manche.

Mais des erreurs sur le terrain en septième manche permirent aux Japonaises de marquer un autre point grâce à Megu Hirose, ce qui leur valut cette stupéfiante victoire.

back to top