skip to content
Josia Thugwane Getty
Date
04 août 1996
Tags
Atlanta 1996 , Actu CIO , Athlétisme

Victoire sur le fil pour le marathonien Thugwane


Deux facteurs rendaient l’issue du marathon masculin d’Atlanta particulièrement difficile à prévoir. Il y avait tout d’abord la météo chaude et humide. Malgré un départ aux aurores, les athlètes durent affronter des températures de plus de 25°C.

L’autre inconnue était l’absence d’un grand favori. En effet, tout au long de la course, aucun athlète ne sembla vouloir se démarquer. Même après la marque des 30 km, les coureurs en tête formaient un peloton serré, chacun observant ses adversaires, à l’affût du moindre signe de faiblesse, prêts à passer à l’offensive, mais rendus méfiants par la chaleur et l’humidité croissantes.

Parmi eux se trouvait le Sud-Africain Josia Thugwane, 25 ans, venus participer à ses premiers Jeux Olympiques. Thugwane n’avait pas eu un parcours facile : travaillant depuis l’âge de neuf ans, il n’avait jamais appris à lire ni à écrire.

Lorsqu’il découvrit son talent pour la course de fond, il dut organiser ses entraînements en parallèle de son emploi à la mine. Il parvint toutefois à remporter le titre national de champion de marathon et fut sélectionné dans l’équipe olympique sud-africaine. Deux semaines plus tard, il survécut à une attaque terrifiante : ses agresseurs volèrent sa voiture en le menaçant d’une arme et une balle vint lui frôler le menton. Il réussit malgré cela à rester concentré sur son entraînement, améliorant sans cesse ses performances et perfectionnant sa stratégie.

Victoire sur le fil pour le marathonien Thugwane IOC

Le courage et la détermination de Thugwane furent récompensés à Atlanta, où il se retrouva dans le peloton de tête. Lorsqu’il passa enfin à l’offensive, à une dizaine de kilomètres de l’arrivée, seuls deux autres coureurs furent capables de tenir la cadence : le Sud-Coréen Lee Bong-ju et le Kényan Eric Wainaina. Il était clair que ces trois athlètes allaient se partager le podium. Mais à qui reviendrait la première place ?

La réponse se fit attendre jusque dans les dernières secondes. Thugwane se lança dans un sprint, les deux autres sur ses talons. Il accéléra à nouveau, creusant un écart de 25 mètres, et Lee Bong-ju prit la deuxième position. Les trois coureurs entrèrent alors dans le stade à moins de 10 secondes d’intervalle, Thugwane toujours en tête. Il donna le maximum jusqu’à la ligne d’arrivée, franchissant celle-ci à peine trois secondes devant Bong-ju, Wainaina terminant quant à lui cinq secondes plus tard, prenant la troisième place. Ce fut l’arrivée la plus serrée de l’histoire du marathon olympique moderne.

back to top En