skip to content
Date
30 juin 2009

Vancouver 2010 : En route pour des Jeux parfaitement bilingues


Comme Athènes en 2004, Turin en 2006 et Beijing en 2008, Vancouver en 2010 sera sous la loupe d’un Grand Témoin de la Francophonie, en l’occurrence l’ancien président de la Confédération helvétique, Pascal Couchepin, nommé par le Secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf. Le rôle du Grand Témoin est de conduire des actions de sensibilisation, d’observation et de renforcement de l’usage de la langue française
 
Une solide expérience
Lors de l’annonce de cette nomination, le président du CIO, Jacques Rogge a déclaré : «Nous nous réjouissons de travailler avec M. Couchepin. Nous avons déjà eu l’occasion de collaborer avec lui dans le cadre de ses fonctions au sein du gouvernement fédéral. Sa solide expérience internationale ainsi que ses connaissances du monde sportif seront certainement de précieux atouts dans son nouveau rôle de Grand Témoin de la Francophonie». Pascal Couchepin est une figure incontournable du paysage politique suisse. Il a été  Président de la Confédération helvétique à deux reprises, 2003 et 2008. Au sein du conseil fédéral, il dirigea le Département fédéral de l’économie de 1998 à 2002. Dans cette fonction, il fut notamment en charge des ministères de l’agriculture, du commerce extérieur, du travail et de la formation professionnelle. Pendant cette période, il représenta la Suisse au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et porta le titre de Gouverneur de la Banque mondiale et de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD). Actuellement, chef du Département fédéral de l’Intérieur, en charge des questions de sécurité sociale, de santé, d’éducation, de formation universitaire, de recherche et de culture, il quittera ce poste en octobre 2009 pour se consacrer à sa nouvelle mission de promotion de la langue française aux Jeux Olympiques.
 
Attachement olympique à la langue française
Comme le souligne souvent le président Rogge, le CIO est profondément attaché à la défense de la langue française, parce qu'il a été créé en français, par Pierre de Coubertin, le rénovateur des Jeux Olympiques, à une époque (fin du XIXe siècle) où le français était la langue diplomatique. Depuis avril 1915, le siège du CIO se trouve dans une région francophone de la Suisse. Rappelons également que conformément à la règle 24 de la Charte Olympique, le français est la langue officielle du CIO comme l’anglais, et revêt donc une importance fondamentale pour les Jeux Olympiques. Par ailleurs, en cas de divergence entre le texte français et le texte anglais de la Charte Olympique et de tout autre document du CIO, le texte français fera foi sauf disposition expresse écrite contraire.
 
Une place satisfaisante à Beijing
En août dernier à Beijing, la langue française a eu une place satisfaisante grâce aux efforts considérables des organisateurs. C’est à cette conclusion qu’arrive le Grand Témoin pour ces Jeux, l’ancien premier ministre français, Jean-Pierre  Raffarin, dans son rapport ‘sur l’usage de la langue française aux Jeux Olympiques de Pékin 2008’. Une copie de ce rapport sera remise officiellement aujourd’hui au président Rogge lors d’une rencontre à Lausanne avec Pascal Couchepin qui sera notamment accompagné de Pierre de Cocatrix, directeur de cabinet du Secrétaire général de la Francophonie. Outre la présentation de la mission du Grand Témoin à Vancouver et un échange sur la préparation des Jeux,  les discussions porteront également sur le  projet de coopération entre l’OIF et le Mouvement olympique,  avec en point de mire les premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse en août 2010 à Singapour, la prochaine édition des Jeux de la Francophonie à Beyrouth et la préparation de celle de 2013.
 
Vancouver 2010, fidèle à la Francophonie
Le Canada est reconnu dans le monde entier pour son bilinguisme et sa diversité. La Loi fédérale de 1969 fait du français et de l’anglais les deux langues officielles de l’Etat fédéral canadien.  Le  comité d’organisation des Jeux (COVAN) s’est ainsi fortement engagé pour que les Jeux d’hiver de 2010 respectent cette réalité linguistique du pays hôte. La création d’un comité consultatif du COVAN sur les langues officielles en est la parfaite illustration. Une entente multipartite entre le COVAN, le Gouvernement fédéral et les villes hôtes des Jeux a été signée et fixe un très haut niveau d’exigence en matière de bilinguisme. Pour souligner la contribution importante des communautés francophones du pays, le COVAN a également signé une entente de collaboration avec la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures et la Fédération des Francophones de la Colombie-Britannique. A l’image de cette entente, la Place de la Francophonie, située dans le centre-ville de Vancouver, sera  pendant la durée des Jeux, un lieu de rassemblement, de fête, de création artistique, d’échange économique et de gastronomie.
   
 Découvrez le rapport sur le français aux Jeux de Beijing, sur le site officiel de l’Organisation Internationale de la Francophonie  
back to top