skip to content
Date
05 oct. 2009

Vancouver 2010: "Développement durable et traditions vivantes" du 8 octobre 2009 au 11 avril 2010


En entrant dans la compétition pour l’obtention des Jeux Olympiques d’hiver de 2010, le Comité d’organisation de Vancouver (COVAN) s’était fixé deux objectifs: des Jeux verts et l’implication des Premières Nations. En s’engageant à construire et à exploiter des installations assurant une empreinte écologique minime pour la nature, le COVAN s’est volontairement placé au cœur du débat environnemental. Son pari pour 2010: des Jeux neutres en carbone. Il s’attache ainsi à l’un des trois piliers de l’Olympisme avec le sport et la culture: le respect de l’environnement.


Par sa volonté d’intégrer les communautés autochtones au cœur du projet olympique, le COVAN souligne avec force la richesse et la diversité de la tradition et du savoir. Il suit l’une des lignes fondatrices du Mouvement olympique dans sa volonté de favoriser les échanges communautaires et de promouvoir la diversité des cultures. Les Jeux se déroulant sur le territoire de peuples Lil’wat, Musqueam, Squamish et Tsleil–Wautuh, des accords ont été passés avec le gouvernement de Colombie-Britannique pour respecter les zones sacrées.

La boucle entre société traditionnelle et culture de l’environnement est parfaitement bouclée. Jack Poole, président du conseil d'administration du COVAN s’est exprimé ainsi: Si nous n'avions pas bénéficié du plein appui des Quatre Premières Nations Hôtes à notre projet de candidature, nous ne parlerions probablement pas de Vancouver 2010 aujourd'hui.

Investissant les trois espaces d’expositions temporaires, Vancouver 2010. Développement durable et traditions vivantes présentera:

Transcender les traditions: l’art contemporain de la côte nord-ouest du Canada

Si l’histoire du Canada ne commence pas avec l’arrivée des Européens, le rôle des Premières Nations, peuples sans écriture, a souvent été étouffé, parfois même nié. Malgré les tentatives d’élimination des sociétés amérindiennes, leurs cultures et leurs traditions ne sont pas mortes, au contraire. L’art autochtone contemporain est bien vivant.

Faire le lien entre le sport et l’environnement: des Jeux plus verts

Au Canada, un quart de la masse des glaciers a disparu au cours du siècle dernier. Pour le COVAN, il est temps de démontrer que sport et environnement ne sont pas antinomiques et qu’il est possible de mettre en application des mesures concrètes et efficaces pour lutter contre les changements climatiques.

Les icônes des Jeux: entre tradition et modernité

Chaque Olympiade reprend invariablement certains symboles: torche, médailles, mascottes qui, avec le temps, sont devenus les icônes de l’Olympisme. Le COVAN a choisi de fusionner diversité, métissage culturels et métamorphose des environnements naturels et urbains dans le respect de la tradition et de la pensée contemporaine.

En marge de l’exposition, différentes animations sont prévues: des initiations à quelques sports d’hiver inscrits au programme des Jeux (biathlon, bob et curling), mais aussi des rencontres culturelles avec notamment l’artiste haïda Jim Hart. Ce dernier a sculpté pour le Musée un mât totémique symbolisant la rencontre de la culture autochtone de la Colombie-Britannique avec l’Olympisme. Le totem a été érigé début octobre dans le parc olympique au cours d’une cérémonie traditionnelle. De nombreuses animations sont également prévues durant la période des Jeux du 13 au 28 février 2010.

back to top