skip to content
Getty Images
Date
14 août 2017
Tags
Rio 2016 , Actualités Olympiques

Rio 2016 - Jour 9 : Van Niekerk, Bolt, Murray, Whitlock, Biles, Kenny et Rose font très fort!

Revivez sur olympic.org la journée du dimanche 14 août à Rio. Celle des seigneurs, avec l’incroyable record du monde sur 400m du Sud-Africain Wayde Van Niekerk, le triplé sur 100m du Jamaïcain Usain Bolt, la victoire au bout du suspense de Justin Rose dans le premier tournoi olympique de golf en 112 ans, les exploits historiques des Britanniques Andy Murray en tennis, Max Whitlock en gymnastique, Jason Kenny en cyclisme sur piste et la suite de la moisson d’or de Simone Biles…

Nuit magique au stade olympique avec Wayde Van Niekerk et Usain Bolt

Avant de défendre son titre sur 100m, Usain Bolt ne rate pas une miette de l’exploit signé par Wayde Van Niekerk en finale du 400m. Aérien, courant ”en aveugle” au couloir 8, le Sud-Africain ne décélère pas un instant dans sa chevauchée fantastique vers un record du monde en 43.03, effaçant des tablettes la marque établie 17 ans plus tôt par Michael Johnson (43.18) lors des championnats du monde 1999 à Séville. Les deux derniers champions olympiques en date, le Grenadin Kirani James (2012)et l’Américain LaShawn Merritt (2008)), qui prennent l’argent et le bronze respectivement en 43.76 et 43.85, sont aux premières loges pour assister à ce fantastique exploit et se montreront très fiers d’avoir participé à une course historique.

Le départ de la finale du 100m est donné à 22h25 locales. La foule dans les gradins fait silence. Puis explose quand les sprinters jaillissent des blocks, les décibels montant encore 9 secondes et 81 centièmes plus tard. Moins souverain que lors de ses deux triomphes olympiques précédents, Usain Bolt doit s’arracher pour recoller au paquet de tête dans la phase d’accélération, revenir à hauteur de l’Américain Justin Gatlin dans les 30 derniers mètres, puis s’échapper vers la ligne d’arrivée pour un exceptionnel triplé aux Jeux sur la distance que personne n’avait réalisé avant lui. Gatlin parvient juste à ”casser” devant le jeune Canadien Andre De Grasse pour s’adjuger la médaille d’argent. “Quelqu'un a dit l'an passé que si je le faisais, je deviendrais immortel. Alors deux médailles de plus et ce sera fait : immortel”, dit Usain Bolt qui sait faire rugir le public comme personne.

La triple sauteuse Caterine Ibargüen remporte le premier titre olympique de la Colombie en athlétisme, quatre ans après sa médaille d'argent à Londres. Avec 15,17m au quatrième essai, elle monte sur le podium devant la Vénézuélienne Yulimar Rojas (2e avec 14,98m, quatrième essai) et la Kazakhstan Olga Rypakova (3e avec 14,74m, cinquième essai), championne olympique à Londres en 2012.

Getty Images

Jemima Sumgong offre une première médaille d’or au Kenya sur le marathon féminin, qui s’achève sous la passerelle du Sambodrome. Elle produit une accélération décisive à six kilomètres de l’arrivée, et devance de neuf secondes la coureuse de Bahreïn Eunice Kirwa et de 26 secondes la championne du monde en titre éthiopienne, Ethiopia Mare Dibaba. ”Je n’ai jamais été inquiète, je n’ai jamais pensé que je pouvais perdre. Aux 40km, je savais que j’avais l’or”, note Jemima Sumgong.

Getty Images
Justin Rose au dernier trou pour le premier titre olympique du golf en 112 ans!

Le Britannique Justin Rose marque déjà l’histoire du golf olympique en réussissant le tout premier trou-en-un des Jeux, au premier tour, un coup magistral de 172m sur le par 3 du trou n°4. Il prend les commandes de l’épreuve après le 2e tour et se retrouve sur le troisième parcours, dans un match ”à toi, à moi” avec le Suédois Henrik Stenson. Les deux champions sont à égalité avant de se mesurer sur le 18e et dernier trou! Rose rentre un birdie, Stenson fait un bogey et le Britannique succède au Canadien George Lyon, sacré à Saint-Louis en 1904, avec un total de 268 coups (-16) devant Stenson (270) et l’Américain Matt Kuchar (271). “Oh mon Dieu! C’est plus fort que tout ce que j’ai jamais gagné! C’est le meilleur tournoi de ma vie”, s’exclame à chaud Justin Rose. ”J’ai senti une sorte de croisement magique entre un tournoi de golf et le carnaval, incroyable! Y arriver au dernier trou au moment où j’en avais besoin, c’était magique! Et j’espère que nous avons montré au Brésil ce qu’est le golf. Je suis heureux que ça ait été aussi serré. Pas pour mes nerfs, pour le golf!”

Getty Images
Max Whitlock et Simone Biles illuminent les finales par appareil

Le Britannique Max Whitlock fait très fort pour dépoussiérer les livres d’histoire olympique. Ce dimanche 14 août 2016, il ne devient pas seulement le premier vainqueur britannique en gymnastique artistique, mais un double médaillé d’or! Il commence en effet par s’imposer au sol devant deux Brésiliens, Diego Hypolito et Arthur Mariano, là où on ne l’attendait pas. Moins de deux heures plus tard, il triomphe dans sa spécialité, celle qui a fait de lui à Glasgow en 2015 le premier champion du monde britannique: le cheval d’arçons. Sa prestation tout en souplesse et en finesse lui permet de devancer son compatriote Louis Smith et l’Américain Alexander Naddour.

Chez les dames, Simone Biles est intouchable au saut de cheval. Encore un passage de très haute volée pour la déjà double médaillée d’or (concours général par équipes et individuel) qui gagne la troisième avec une solide note de 15.966. Simone Biles devance largement sur le podium la Russe Maria Paseka, championne du monde en titre, et la Suissesse Giulia Steingruber. À noter, pour la belle histoire, la quatrième place de Dipa Karmakar, première gymnaste indienne à participer à une finale olympique de gymnastique.

Getty Images

Aux barres asymétriques, la Russe Aliya Mustafina conserve son titre devant l'Américaine Madison Kocian et l'Allemande Sophie Scheder. Mustafina est créditée d’un total de 15.900 avec le plus grand nombre de points en difficulté (6.800), alors que Kocian obtient un score de 15.833 avec la meilleure note pour l’exécution (9.100). Sophie Scheder finit plus loin (15.566).

Andy Murray écrit l’histoire du tennis olympique

Le Britannique Andy Murray devient le premier joueur de tennis à remporter deux fois de suite la médaille d'or olympique en simple messieurs et dames confondus, grâce à sa victoire en finale contre l'Argentin Juan Martin Del Potro 7-5, 4-6, 6-2, 7-5. Au terme d'un match à rebondissements de 4h02, Murray (n°2 mondial) fait céder ”l’épouvantail” du tournoi, qui a créé la surprise en écartant le n°1 mondial Novak Djokovic au premier tour et Rafael Nadal, la veille en demi-finale. “Aujourd’hui, ça a été une rencontre faite de hauts et de bas, particulièrement stressante. Nous avons eu tous deux nos chances et cela a été un match long et fatiguant. Je suis juste content de m’en être sorti”, dit Andy Murray. ”J’ai connu des défaites difficiles ces deux dernières années, j’ai perdu quelques finales du Grand Chelem. Bien sûr, j’ai aussi réussi à m’imposer dans quelques gros tournois et tout ça veut dire beaucoup pour moi.” Il rendra aussi un hommage appuyé à son adversaire argentin, déjà médaillé de bronze en 2012 à Londres, et qui avait passé une olympiade quasi blanche pour soigner son poignet blessé. Le Japonais Kei Nishikori prend la troisième place grâce à sa victoire sur Rafael Nadal.

Ekaterina Makarova et Elena Vesnina remportent le titre olympique du double dames pour la Russie en battant les Suissesses Timea Bacsinszky et Martina Hingis, qui rêvait d'un retour doré après vingt ans d'absence aux Jeux (6-4, 6-4). La veille, dans une rencontre 100% tchèque, Lucie Safarova et Barbora Strycova ont battu Andrea Hlavackova et Lucie Hradecka pour la médaille de bronze. Enfin, les Américains Venus Williams et Rajeev Ram chutent en finale du double mixte face à leurs compatriotes Bethanie Mattek-Sands et Jack Sock (6-7, 6-1, 10-7), privant ainsi Venus d'un cinquième titre record, après ses victoires en simple (2000) et en double dames avec sa sœur Serena (2000, 2008 and 2012). Elle égale le record de podiums de la Britannique Kathleen McKane (cinq médailles entre 1920 et 1924), mais celle-ci n’avait remporté l’or qu’une seule fois.

Getty Images
Jason Kenny, maître olympique de la vitesse

Le Britannique Jason Kenny renouvelle son bail en enlevant le titre le plus prestigieux du cyclisme sur piste au vélodrome de Barra de Tijuca, dans une finale de vitesse individuelle sans suspense face à son compatriote Callum Skinner. En deux manches sèches, Jason Kenny, 28 ans, s’adjuge sa cinquième médaille d'or olympique. Pour Kenny, tout aura roulé idéalement sur la piste en bois de Barra da Tijuca. En finale, il déborde aisément Skinner dès la sortie du dernier virage, pour s'adjuger la première manche. La seconde ressemble à une formalité. Avec autorité, le tenant du titre contrôle en permanence et lance le sprint. Finaliste à Beijing en 2008 face à son compatriote Chris Hoy, vainqueur à Londres en 2012, Kenny est le premier depuis l'Allemand Jens Fiedler (1992, 1996) à gagner deux fois de suite l'épreuve-reine du programme olympique sur piste. C’est son cinquième titre olympique, le deuxième à Rio après la vitesse par équipes.

Hasanboy Dusmatov inaugure le palmarès de la boxe à Rio 2016

Hasanboy Dusmatov donne la première médaille d'or de boxe des Jeux Olympiques de Rio à l'Ouzbékistan en s'imposant dans la catégorie des 49kg devant le Colombien Yurberjen Martinez, battu aux points. Les médailles de bronze vont au Cubain Joahnys Argilagos et à l'Américain Nico Hernandez. ”J’ai fait tout ce qui avait été planifié avant le combat, la tactique, la technique, tout ce que m’avait appris mon coach. J’ai utilisé tout ce que je pouvais”, explique Hasanboy Dusmatov, à qui les juges donnent une victoire sans appel, 3-0. Descendu du ring du pavillon Riocentro 6, Dusmatov, pile électrique de 1,56m, parade autour de la salle, sur le dos d’un de ses entraîneurs, entouré du drapeau de l’Ouzbékistan.

Planche à voile: Picon au bout du suspense, van Rijsselberghe conserve son titre

La Française championne du monde et d’Europe, Charline Picon, arrache le titre olympique de la planche à voile féminine au terme d’une ”medal race” en forme de ”va-tout”. Jamais une régate finale de planche olympique n'aura été aussi incertaine: au départ, six concurrentes, de l'Italie Flavia Tartaglini, leader, à l'Espagnole Marina Alabau Neira, championne olympique en titre, se tiennent en cinq points. Dans des petits airs, alors que le départ est retardé de plus d'une heure faute de vent, la Française termine à la deuxième place de cette ultime manche mais devance ses principales rivales pour le titre. La Chinoise Chen Peina qui comptait le même nombre de points que la Française avant le dénouement prend la médaille d'argent et la Russe Stefaniya Elfutina le bronze. “On a pleuré ensemble avec mon entraîneur Cédric Leroy. Il était aussi dans l'émotion, il m'a dit que j'étais trop forte”, raconte Picon, un drapeau tricolore sur les épaules. ”Depuis quatre ans, malgré les titres, je n'avais pas montré une émotion, pas une larme, toujours droit dans mes bottes. Et là vous voulez savoir? J'ai pleuré, c'est une très belle aventure.”

En planche à voile hommes, en revanche, tout est joué avant la medal race. Le véliplanchiste néerlandais Dorian van Rijsselberghe compte suffisamment d'avance, à l'issue des régates du vendredi 12 août, pour conserver son titre olympique. Il ne peut plus être rejoint lors de la course à la médaille qui réunit les dix meilleurs et où les points sont doublés. Le Britannique Nick Dempsey, déjà son dauphin à Londres, occupe la deuxième place et ne peut pas être repris non plus. Mais Dorian van Rijsselberghe, quasiment intouchable dans la baie de Guanabara aux commandes de sa planche à voile RS:X, se paye tout de même le luxe de remporter cette dernière régate, qui théoriquement compte tant, mais où il court déjà en double champion olympique. “Je suis très heureux”, dit-il. ”On a eu une merveilleuse semaine de voile et aujourd’hui, c’était en quelque sorte un show, mais je suis content d’avoir pris une nouvelle première place et d’avoir gagné cette régate. J’ai beaucoup de chance”. Est-ce si facile de remporter une medal race qui ne représente plus d’enjeu pour lui? ”Ce n’est jamais facile, mais quand vous rendez les choses faciles, c’est toujours très bon!” La bataille pour le bronze est en revanche très intense et c’est le Français Pierre Le Coq qui en sort médaillé.

Getty Images
Niccolo Campriani prince du centre olympique de tir de Deodoro!

L’Italien champion olympique en titre Niccolo Campriani conserve sa couronne du tir à la carabine 50m trois positions. Le centre de tir de Deodoro devient son jardin, puisqu’il y remporte sa deuxième médaille d’or après sa victoire à la carabine 10m le 8 août! Avec 458,8 pts, Campriani, longtemps mené par le Russe Sergey Kamenskiy (458, 5 pts), rafle finalement l'or au dernier tir, dans un final haletant. Il a déjà tremblé en qualifications (8e). Le Français Alexis Raynaud (448,4 pts), âgé de 21 ans seulement, s'adjuge la médaille de bronze. ”Le dernier tir est le dernier pour tout le monde, savez-vous?”, explique Niccolo Campriani. ”Pas seulement pour moi. J’ai quelques mauvais souvenirs, et c’est dur pour tout le monde. Je suis désolé de ce qui est arrivé à Sergey Kamenskiy aujourd’hui, mais j’aurais pu aussi finir médaillé d’argent, j’étais déjà content de ma performance. L’or, c’est presque trop!”

Ismael Borrero Molina et Roman Vlasov inaugurent la lutte gréco-romaine à Rio

La journée inaugurale des compétitions de lutte sur le tapis de l’Arena Carioca 2 met le Cubain Ismael Borrero Molina et le Russe Roman Vlasov à l’honneur, puisqu’ils s’adjugent l’or dans leurs catégories respectives des 59kg et des 75kg en gréco-romaine. , champion du monde en titre des 59kg, remporte la première médaille d’or des compétitions de lutte de Rio 2016 en surprenant 4-0 le Japonais Shinobu Ota en finale. Le champion olympique des 74kg à Londres en 2012, Roman Vlasov, monte à nouveau sur la première marche du podium en battant 3-1 le Danois Mark Overgaard Madsen dans l’ultime combat de la journée.  C’est un plaisir d’être ici. Pas seulement pour moi, mais pour tous ceux qui ont tenté de gagner une médaille”, observe Roman Vlasov. ”Et maintenant, le rêve est devenu réalité et nous sommes à Rio! C’est énormément d’émotion. J’ai tant à dire, mais je n’ai pas assez de mots. C’est simplement que je suis si heureux!”

Getty Images
Shi Tingmao augmente sa collection d’or à Rio avec le titre du tremplin 3m

Shi Tingmao apporte à la Chine la quatrième médaille d'or olympique, en cinq épreuves de plongeon, en s'imposant au tremplin 3m dames sur le plongeoir de la piscine Maria Lenk. C’est sa deuxième médaille d’or à Rio après sa victoire en tremplin synchronisé 3m avec Wu Minxia. He-Zi qui a une surprise pour le moins plaisante en descendant du podium, complète le doublé chinois dans cette épreuve, tandis que l’Italienne Tania Cagnotto remporte sa deuxième médaille à Rio, le bronze après l’argent en tremplin synchronisé 3m avec Francesca Dallape. Shi, championne du monde en titre, était à égalité avec He après les deux premiers plongeons, avant d’obtenir 84 points à sa troisième envolée magnifique pour prendre la tête du concours. Son total final de 406.05 lui donne une belle marge de 18.15 points sur sa compatriote et lui permet de devenir, après Wu Minxia et Guo Jingjing, la troisième plongeuse à réaliser le doublé tremplin synchronisé-tremplin individuel aux Jeux Olympiques.

Quant à He Zi, elle a droit à une proposition de mariage en mondovision! Son compagnon, Qin Kai, plongeur de l’équipe nationale de Chine, vient s’agenouiller devant elle à sa descente du podium en lui tendant une bague de fiançailles. Très émue, He accepte sous les applaudissements du public, et en fait de toutes les personnes présentes dans la piscine! Cette image fait instantanément le tour du monde.

La France décroche la médaille d’or de l’épée par équipes

Les Français Gauthier Grumier, Yannick Borel, Daniel Jérent et Jean-Michel Lucenay s’adjugent le titre olympique de l’épée par équipes, la dernière compétition d’escrime sur la piste aux étoiles de l’Arena Carioca 3, en prenant le meilleur: l’Italie. En finale, les Français ne laissent aucune chance à leurs éternels rivaux transalpins (Enrico Garozzo, Marco Fichera, Paolo Pizzo et Andrea Santarelli). Ils mènent du début à la fin, maintenant un important écart aux nombres de touches pour conclure 45-31. La médaille de bronze revient à la Hongrie, vainqueur de l'Ukraine (39-37) en petite finale. “Bon, c'est vraiment une grosse journée, peut-être la plus belle, peut-être la plus belle journée de ma vie. C'est génial, c'est top pour moi”, s’exclame Jean-Michel Lucenay après cette victoire qui voit la France, médaillée d’or en 2004 et en 2008 dans cette épreuve, renouer avec les honneurs.

Getty Images
back to top En