skip to content
Date
18 sept. 2000
Tags
Sydney 2000 , Natation , Pays-Bas

Van den Hoogenbrand réalise un doublé de main de maître

Quatre ans plus tôt à Atlanta, Pieter van den Hoogenband est relativement passé à côté de son sujet. Engagé dans six épreuves, il a atteint quatre fois la finale, mais ses meilleurs résultats se sont arrêtés au pied du podium avec deux places de quatrième.


Il est donc rentré chez lui en se demandant ce qu’il devait faire pour franchir un nouveau palier.

Il va s’entraîner dur et continuer à concourir, et finalement les résultats sont au rendez-vous. En 1999, le Néerlandais réussit enfin à éclater aux Championnats d’Europe, en gagnant six titres. Du coup, il se retrouve en position incontestable de patron du bassin.

On attend donc beaucoup de lui à Sydney. Cette fois, il ne s’aligne que dans cinq épreuves, à commencer par le 200 m nage libre.

Le record du monde est détenu par le prodige australien Ian Thorpe, nouveau chouchou du pays hôte. Thorpe vient de gagner le titre du 400 m nage libre et a bouclé le dernier relais victorieux de son pays face aux États-Unis. Tout le monde pense de plus en plus que l’Australien n’a qu’à plonger dans l’eau et que la victoire sera au bout.

L’avis de van den Hoogenband est cependant différent et il pose un énorme jalon en demi-finale, en battant le record du monde de Thorpe. L’Australien, qui nage quelques minutes plus tard, reste deux centièmes en deçà, ouvrant la voie à un face-à-face spectaculaire.En finale, Thorpe vire en tête après 50 m, mais de peu, et van den Hoogenband reste dans son sillage. À mi-course, le Néerlandais est légèrement devant. Mais au virage de la troisième longueur, les deux hommes basculent ensemble et vont en découdre au sprint dans les derniers 50 m. Ils produisent harmonieusement leur effort, mais au grand désespoir du public local, c’est van den Hoogenband qui s’adjuge un avantage léger, mais décisif. Il touche le mur en 1’45’’35, égalant son propre record du monde, et l’emporte avec 48 centièmes d’avance.

Sa performance dans le 100 m nage libre n’en est pas moins impressionnante. Cette fois, Thorpe n’est pas là, mais la liste des engagés regorge néanmoins de noms connus et ronflants : le Russe Aleksandr Popov, l’Américain Gary Hall et l’Australien Michael Klim. Une fois encore, van den Hoogenband effectue une remarquable démonstration en demi-finale, en améliorant le record du monde. Il nage légèrement moins vite en finale, mais cela s’avère suffisant pour vaincre aux dépens de Popov et de Hall. Cette fois, il a maîtrisé son sujet et est devenu double champion olympique, tout en ajoutant deux médailles de bronze à son tableau de chasse. Il replongera dans le bassin olympique d’Athènes quatre ans plus tard, où il récoltera une autre médaille d’or et deux d’argent.

 

back to top