skip to content
IOC/Greg Martin
Date
21 nov. 2017
Tags
Actualités Olympiques , JOJ , Panasonic

Valéry de Falbaire : combattre le diabète par le sport

Actuellement fer de lance d'une mission visant à combattre l'obésité et le diabète sur l'île de Rodrigues à Maurice dans le cadre du programme des Young Change Makers+ du Comité International Olympique (CIO), Valéry de Falbaire nous parle d'exercices, de bien-être et de son rôle en tant que Young Change Maker aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de 2014 à Nanjing.

En tant qu'ancien triathlète d'élite et nageur international, Valéry de Falbaire est conscient, et ce plus que toute autre personne, de l'importance de la santé. À 28 ans, le jeune homme compte désormais sur sa remarquable expérience d'athlète pour mener à bien son programme YCM+ baptisé "Faire du sport pour vivre".

Le problème auquel Valéry s'attaque est le problème alarmant des taux d'obésité et de diabète qui augmentent et touchent les habitants de Rodrigues, île qui fait partie de la République de Maurice où il vit. Ces deux taux sont parmi les plus élevés du monde chez lui et en offrant aux autres habitants de l'île de plus grandes chances de faire de l'exercice et d'être en forme, Valéry de Falbaire espère changer cette statistique.

"Sur l'île, 17 % de la population est diabétique et 50 % obèse", indique-t-il. "Le surpoids est l'une des principales causes du diabète et le sport peut bien évidemment contribuer à la perte de poids. La population de Rodrigues est plutôt favorable à l'idée de faire des activités sportives, mais aucune installation sportive n'est disponible sur l'île, c'est pourquoi j'ai décidé de lancer mon projet."  

"L'objectif est de proposer des activités sportives gratuites et d'aider et motiver la population de Rodrigues. Mais comme nous le savons, le sport peut également avoir un impact sur l'unité, le respect, l'amitié et de nombreuses autres valeurs que nous souhaitons promouvoir à travers ce programme."

La mise en œuvre du programme "Faire du sport pour vivre" a débuté en mai 2017. En effet, 20 personnes ont été choisies pour devenir entraîneurs sportifs dans le cadre du projet. Une période de formation intensive sur quatre mois s'en est suivie. En août, le coup d'envoi du programme a officiellement été donné et des centaines de Mauriciens y ont pris part.

"Les nouveaux entraîneurs ont suivi une formation intensive dispensée par un entraîneur professionnel, un physiothérapeute et un médecin spécialisé dans le sport et dans différentes branches de la médecine. Nous avons ouvert dix clubs de sports dans différentes zones de l'île de Rodrigues où la population peut pratiquer des activités sportives gratuitement, et ce trois fois par semaine. Deux des instructeurs nouvellement formés travaillent dans chaque club."

Et de poursuivre : "Il est très important pour nous de promouvoir les valeurs olympiques à travers ce programme, et chaque semaine nous réunissons 400 participants. Nous essayons d'envoyer des messages pour que ces 400 personnes rentrent chez elles et deviennent des modèles dans leurs villages et villes respectifs."

"L'objectif principal est de faire baisser le diabète et les autres maladies non transmissibles, mais nous savons que nous pouvons aussi avoir un impact positif sur l'alcoolisme et les grossesses précoces qui sont également deux grandes préoccupations ici."
De son propre aveu, Nanjing a été un tournant pour lui. Valéry de Falbaire est rentré chez lui après les JOJ bien décidé à faire une différence sur l'île de Rodrigues.  

"Après Nanjing, je souhaitais m'engager davantage et essayer de rendre le monde meilleur. Je me sentais investi d'une mission", précise-t-il. "J'ai été choisi comme le Young Change Maker de l'île devant 24 autres candidats après avoir été d'abord nommé par la Fédération mauricienne de natation. Mon souvenir préféré aux JOJ est d'avoir suivi les jeunes athlètes de Fédération de Russie et d'Ukraine et de les avoir vus se mobiliser ensemble dans le programme culturel et éducatif au moment même où il y avait énormément de tensions entre les deux pays."

Le programme "Faire du sport pour vivre" n'en est qu'à ses débuts mais ses premiers succès ont d'ores et déjà été constatés plus loin et Valéry de Falbaire envisage de proposer le programme au-delà de Rodrigues.

"J'ai récemment été contacté par le Conseil mauricien des sports pour mettre en œuvre ce projet à Maurice, donc nous allons étendre sa portée. Je tiens à remercier Panasonic, l'un des principaux sponsors du programme YCM+, car sans le soutien financier du groupe, ce projet n'aurait jamais pu voir le jour."
"Je tiens à remercier aussi le programme YCM+ d'avoir donné aux jeunes comme moi l'occasion de changer le cours des choses dans nos pays et d'ainsi contribuer à faire du monde un monde meilleur par le sport."

QU'EST-CE QUE LE DIABÈTE ?

Le diabète est une maladie que l'on a à vie, caractérisée par un taux de sucre trop élevé dans le sang. Les diabétiques sont incapables de produire assez d'insuline, or il s'agit de l'hormone qui aide le glucose à entrer dans les cellules de l'organisme. Il existe deux types de diabète – de type 1, dans lequel le système immunitaire du corps attaque les cellules qui produisent l'insuline, et de type 2 où le corps ne produit pas assez d'insuline.

VUE D'ENSEMBLE

D'après la Fédération internationale du diabète, le monde compte actuellement 365 millions de diabétiques, soit 8,5 % de la population mondiale. Maurice figure dans les dix pays qui ont les plus hauts taux de diabète du monde, aux côtés d'îles du Pacifique telles que le Vanuatu et la Micronésie et de pays du Moyen-Orient comme l'Arabie saoudite et Koweït.  Les pays qui ont les taux les plus bas sont la Gambie, l'Azerbaïdjan, la Géorgie et l'Angola.

data-srcset={BD1C32E1-7767-4465-98F1-B64E65189675}?interpolation=lanczos-none&resize=320:*,
back to top En