skip to content
Date
09 août 1984

Valerie Brisco-Hooks réalise un doublé unique et émouvant

La sprinteuse américaine Valerie Brisco-Hooks quitta sa semi-retraite pour graver son nom de manière indélébile sur les tablettes olympiques lors des Jeux de Los Angeles.


Si Carl Lewis fut sans conteste le héros masculin local sur la piste, l’athlète de 24 ans originaire du Mississipi sortit d’une relative obscurité pour éclater en pleine lumière et devenir l’athlète féminine la plus titrée.

Pour Valerie Brisco-Hooks, la route du succès en athlétisme fut loin d’être classique. Sa toute première motivation pour devenir athlète est liée à une tragédie.

Son frère avait été tué par une balle perdue alors qu’il s’échauffait sur une piste, non loin du Colisée qui allait accueillir les épreuves reines des Jeux de 1984.

Elle avait également eu un jeune garçon avec le footballeur américain Alvin Monks et ces deux facteurs l’ont poussée vers un programme d’entraînement intensif qui allait lui permettre d’obtenir les plus belles récompenses en athlétisme.

Sortie de nulle part, Valerie Brisco-Hooks commença par signer des temps de niveau mondial et décrocher la victoire sur 200m et 400m lors des sélections américaines où elle obtint son billet olympique.

Puis aux Jeux, elle afficha une certaine fraîcheur lors des séries du 400m en obtenant le deuxième chrono, avant que sa victoire en demi-finale ne préfigure un duel avec sa camarade américaine Chandra Cheeseborough.

En finale, placée dans un couloir central avec Chandra Cheeseborough à l’extérieur, Valerie Brisco-Hooks effectua 300 premiers mètres de rêve avant de faiblir à l’entrée de la dernière droite.

Il lui restait toutefois suffisamment de ressources pour contenir sa rivale, tandis que la Britannique Kathy Cook s’emparait d’une médaille de bronze surprise, privant ainsi les Américaines du grand chelem. En 48’’83, elle améliorait en prime le record olympique.

Trois jours plus tard, Valerie Brisco-Hooks fit encore mieux en remportant le 200m, devenant ainsi la première femme de l’histoire à réaliser le doublé 200m-400m. Sa victoire fut encore plus convaincante, puisqu’elle distança sa partenaire Florence Griffith de près de deux mètres, en établissant un autre record olympique.

Les Américaines disposaient d’un quatuor si exceptionnel sur le tour de piste que seule la perte du témoin pouvait les priver de la médaille d’or du 4x400m.

Lillie Leatherwood, cinquième de l’épreuve individuelle, et Sherri Howard, placèrent les Américaines sur les rails du succès, avant que Valerie Brisco-Hooks ne transmette le témoin à Chandra Cheeseborough pour l’ultime relais, avec une avance irrémédiable.

Cette dernière rallia l’arrivée trois bonnes secondes devant le Canada, tandis que l’Allemagne de l’Ouest complétait le podium.

Valerie Brisco-Hooks ne retrouva jamais le pic de forme de ce doux été californien, mais elle contribua néanmoins à la médaille d’argent obtenue par le quatuor américain, quatre ans plus tard à Séoul, derrière les Soviétiques, nouvelles détentrices du record du monde.

back to top