skip to content
2012 Getty Images
Date
03 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Athlétisme ,

Valerie Adams en lice pour un triplé de légende au lancer du poids

L’athlète néo-zélandaise Valerie Adams est la double championne olympique en titre du lancer du poids. Après une année 2015 contrariée par les blessures, elle revient sûre de sa force à Rio 2016, déterminée comme jamais, prête à entrer dans la légende.

« Les Jeux, c’est l’apogée de ma carrière sportive. Je m’entraîne, il y a des coups durs, je pleure, je me rends malade… Tout est dirigé vers les Jeux Olympiques, ils sont tout pour moi en tant qu’athlète. C’est pour ça que je fais ce que je fais » dit Valerie Adams au moment où elle est honorée par le titre de meilleure athlète féminine de l’année 2014 par l’IAAF, après une saison où la lanceuse de poids néo-zélandaise est restée invaincue en remportant notamment les sept compétitions de la Ligue de Diamant auxquelles elle a participé !

Née dans une fratrie de 18 enfants à Roturua (île du Nord), Valerie Adams participe presque par hasard à sa première compétition de lancer de poids en 1994 et d’entrée, bat le record de son école qui avait tenu 20 ans. Découverte et coachée par Kirsten Hellier en 1998 pour un partenariat qui durera onze ans, elle perd sa mère des suites d’une longue maladie au moment des Jeux de Sydney en 2000, ce qui la motive à redoubler d’ardeur pour honorer sa mémoire. Elle remporte les championnats du monde cadets à Debrecen en 2001 et les championnats du monde juniors à Kingston en 2002 puis dispute ses premiers Jeux à Athènes en 2004, à 19 ans où elle se classe 8e peu de temps avoir été opérée de l’appendicite.

Double championne olympique, quadruple championne du monde

Mariée au lanceur de disque Bertrand Vili (dont elle divorcera en 2010), c’est sous ce nom que Valerie remporte son premier titre mondial en 2007 à Osaka avec un jet à 19,45m, avant de triompher le 16 août 2008 à Beijing. « Le moment le plus incroyable de ma vie. 10 années de travail et de sueur m’avaient amenée là, et j’ai essayé de savourer le plus de temps possible. ». Première championne olympique néo-zélandaise en athlétisme aux Jeux depuis John Walker vainqueur du 1500m à Montréal en 1976, elle ne peut retenir ses larmes sur le podium.

Pour les deuxième et troisième fois championne du monde à Berlin en 2009 (20,44m) puis à Daegu en 2011 (21,24m, record des championnats, record d’Océanie), Valerie Adams conserve son titre olympique à Londres en 2012. Le 6 août, sur l’aire de lancer du Stade Olympique, elle termine 2e de la compétition avec un jet à 20,70m à son troisième essai, derrière Nadzeya Ostapchuk, mais cette dernière est disqualifiée et exclue des Jeux pour dopage quelques jours plus tard.

© Getty Images

Valerie Adams atteint un record de quatre titres mondiaux en lancer du poids féminin en triomphant à Moscou le 12 août 2013 (20,88m). Opérée de la cheville et du genou en septembre la même année, elle revient pour enlever en mars 2014 son troisième titre mondial en salle à Sopot (Pologne), puis signe une troisième victoire dans les Jeux du Commonwealth à Glasgow en juillet. Le tout en remportant tous les meetings internationaux qu’elle dispute pour parvenir à une série de 56 victoires consécutives depuis 2010 !

La rage de vaincre

Mais en 2015, des opérations à l’épaule gauche, au coude droit et à nouveau au genou freinent quelque peu son parcours. Elle semble avoir choisi le moment parfait pour faire son retour puisqu'elle a lancé au-delà des 20m lors de plusieurs compétitions ces dernières semaines, y compris 20,19m à Budapest le 18 juillet, son meilleur score de la saison, et elle est aujourd’hui sûre que l'amélioration de sa technique lui permettra de grignoter des centimètres à Rio.

La lanceuse de poids néo-zélandaise est déterminée à réaliser un exploit sans précédent: remporter l'or olympique pour la troisième fois. Peu d'athlètes ont autant dominé leur sport que cette géante d’1,93m, qui pèse 120 kg de muscles. Elle est également triple championne du monde en salle. De plus, elle figure parmi le club très sélect de neuf athlètes (Usain Bolt est aussi un membre) qui ont gagné des titres mondiaux aux niveaux cadet, junior et senior.

Valerie Adams compte également sur sa rage de vaincre pour obtenir l'ascendant mental sur ses rivales. Le 12 août, elle sera là avec son regard acéré, son air de dire « Ne m'embêtez pas », « pour leur mettre une raclée », a-t-elle dit à la chaîne TV3 en juin. « ce qui se passera ce jour-là se passera mais tout ce que je sais c'est que je vais y laisser mon coeur et mon âme »

© Getty Images

L'athlète, qui domine par la taille la plupart de ses concurrentes, rend hommage à ses parents pour son physique extraordinaire. Sa mère Lilika Ngauamo vient des îles Tonga, dans le Pacifique, connues pour ses rugbymen qui en imposent. Son père Sid est un ancien de la Marine royale britannique. Le plus jeune de la tribu de 18 enfants est la star du basket Steven Adams, intérieur d'Oklahoma City en NBA. « C’est super de voir la réussite de Steve mais je crois que la vraie star, c'est notre père, pour nous avoir donné ces gènes anglais époustouflants, en plus de nos gènes tongais, le mélange parfait en somme ».

La sportive dit que son inspiration c'est sa mère. En se souvenant de son décès il y a seize ans, elle explique : « Ce fut un moment difficile pour une pauvre fille de 15 ans, mais en même temps, ce fut ma chance, car cela m'a donné un but dans la vie. Tout ce que j'ai fait depuis c'est pour que ma mère soit fière.»
back to top En