skip to content
Date
09 févr. 2002
Tags
Salt Lake City 2002 , Actu CIO , Patinage de vitesse , Pays-Bas

Uytdehaage parvient à maturité

Après une longue période passée à se battre pour intégrer la crème des patineurs de vitesse talentueux de son pays, Jochem Uytdehaage va commencer à monter en puissance avant les Jeux de 2002. Il a près de 25 ans lorsqu’il devient champion des Pays-Bas et commence à patiner régulièrement en compétition internationale. Et soudain, c’est l’explosion…


En janvier 2002, il s’impose aux Championnats d’Europe, s’affirmant ainsi comme l’un des favoris pour Salt Lake City où il effectue ses débuts olympiques dans le 5 000 m. Avant même qu’il ne pénètre sur la glace, il sait qu’il devra réaliser un chrono très rapide s’il veut gagner. Dans la cinquième paire, un Allemand peu connu du nom de Jens Boden, qui n’a jamais terminé dans les dix premiers d’une course de Coupe du monde, a battu le record olympique.

Puis dans la foulée, l’Américain Derek Parra, un transfuge du roller en ligne et spécialiste du 1 500 m, a créé un nouveau choc en abaissant le record du monde.

Uytdehaage n’a donc pas d’autre alternative que de battre à nouveau ce record s’il veut remporter l’or. Et c’est ce qu’il va faire de manière étonnante. Il démarre en trombe puis patine sur les mêmes bases que Parra, avant de signer de meilleurs temps au tour. Finalement, le Néerlandais gagne facilement, en battant l’Américain de plus de trois secondes et en signant un nouveau record du monde stupéfiant.

Les deux patineurs vont connaître des fortunes inverses dans le 1 500 m puisque après avoir battu le record du monde, Uytdehaage verra Parra l’améliorer et gagner l’or, le chrono du Néerlandais étant toutefois synonyme de médaille d’argent. Il maintient sa forme sublime dans le 10 000 m où il donne une véritable leçon de patinage, de maîtrise et d’endurance. Non seulement Uytdehaage bat le record du monde, mais il devient également le premier patineur à descendre sous les 13 minutes sur la distance, en s’imposant avec un écart énorme de 12 secondes.

Ce sera son unique apparition aux jeux d’hiver. Peu après, Uytdehaage verra sa forme s’étioler peu à peu et il n’arrivera pas à se qualifier pour Turin 2006.

back to top