skip to content
Actualités Olympiques

Utiliser une soufflerie pour trouver la bonne posture

Quand l'objectif est la vitesse, les athlètes font tout ce qu'il est possible de faire pour avoir un avantage compétitif, même s'ils doivent pour cela s'asseoir dans un bobsleigh immobile pendant qu'un ventilateur génère des rafales de vent pouvant atteindre 300 kilomètres/heure. 

 

La soufflerie est au cœur d'un épisode de la "Tech Race" (course technique) qui explore l'impact de l'application de la technologie et de la science sur le sport et qui présente également le développement du saut à ski toute l'année, la protection offerte par un airbag en ski et la création d'un snowboard intelligent.

Pour les athlètes de tous les sports, trouver la position la plus aérodynamique est vital et de nombreux athlètes utilisent les souffleries dans le cadre de leur entraînement. Grâce au vent artificiel, des conditions extrêmes sont en effet recréées dans un environnement contrôlé, ce qui permet de calculer des données qui ne peuvent être obtenues à l'extérieur.


Comme le vent n'est pas visible, la fumée est utilisée afin d'étudier le déplacement de l'air autour du véhicule et des athlètes. Les données servent ensuite à guider les athlètes afin qu'ils adaptent leur posture pour que celle-ci soit aussi aérodynamique que possible.

Johannes Lochner (Allemagne), lequel a participé aux compétitions de bobsleigh aux Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018, a parlé des avantages, en indiquant : "Cela nous aide beaucoup parce que sur la piste, on peut tester l'aérodynamique mais à l'extérieur, les conditions changent trop."

La soufflerie a également été utilisée par l'équipe allemande de voile avant les Jeux Olympiques de Rio 2016. Cette technique a permis à chaque athlète d'analyser des éléments individuels qui, une fois appliqués, pourraient faire toute la différence en compétition.

back to top En