skip to content
Actualités Olympiques

Unis par l’esprit communautaire : Kate Anderson

Kate Anderson est, de son propre aveu, une "fana des Jeux Olympiques". Responsable des sports de l’Association américaine de ski et de snowboard (USSA) depuis quatre ans, la jeune femme de 26 ans originaire de Minneapolis est imprégnée des valeurs olympiques depuis son plus jeune âge, grâce à son père, véritable passionné de sports.

Son amour pour tout ce qui est olympique ne connaît pas de limites. Qu’il s’agisse de suivre le marathon à la télévision, de voir Shaun White, la légende du snowboard, remporter l’or en direct sous ses yeux ou de comparer les mérites respectifs des villes hôtes candidates, Kate vit les Jeux Olympiques avec une passion qu’elle a pu continuer à faire vivre dans le cadre de son travail à l’USSA.

Young Change Maker (YCM, jeune artisan du changement) pour l’équipe des États-Unis aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Lillehammer 2016, Kate était également sur le pont lors des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 dans le cadre du programme "famille et amis" de l’USSA. Et ce n’est pas fini puisqu’elle se rendra aux JOJ de Buenos Aires cet automne.

Plus que du sport

En apportant une contribution précieuse au Mouvement olympique, Kate a pu concilier ses valeurs et ses centres d’intérêt avec son amour du sport. Joueuse de volleyball passionnée et amoureuse des voyages, elle croit fermement à l’esprit communautaire et à l’entraide.

Elle a mis ces idées en pratique en participant à une initiative YCM + avec Hope Sports, une organisation américaine à but non lucratif, qui emmène chaque année un groupe d’athlètes au Mexique pour construire de nouvelles maisons pour les familles défavorisées.

"En grandissant, mes parents ont toujours insisté sur l’importance de redonner et de rassembler les gens", confie-t-elle pour expliquer ce que les Jeux Olympiques et l’Olympisme signifient pour elle sur le plan personnel. "C’est pourquoi j’ai toujours été intimement liée avec les Jeux Olympiques, avec cet esprit de rassemblement du publicet l’idée que le monde entier s’arrête lors de cet événement unique."

"Cela m’a toujours fascinée. Les Jeux Olympiques vont plus loin que le sport. Il s’agit d’un partage de cultures et d’entraide, ce qui a toujours résonné en moi. Il s’agit de mettre le sport à profit pour gommer les différences et dépasser les clivages culturels."

Dans le cadre de ses activités au sein de l’USSA, elle a également constaté l’impact des Jeux Olympiques sur les autres, même sur les théâtres de conflits : "Lors de notre Assemblée annuelle, un ranger retraité de l’armée est venu nous raconter que lorsqu’il était en Irak et au Koweït, tout le monde s’arrêtait pour les Jeux Olympiques. Il ne s’agit donc pas seulement de personnes assises sur leur canapé à la maison, mais en l’occurrence de militaires qui risquent leur vie. C’est important pour eux. Ils admirent les athlètes et le Mouvement olympique."

Contes olympiques

Bien que Sydney 2000 et Salt Lake City 2002 aient été les premiers Jeux dont elle se souvienne, les Jeux Olympiques font en fait partie de sa vie depuis très longtemps.

"Mes premiers véritables souvenirs du Mouvement olympique remontent à mon enfance. Mon père était allé voir les Jeux d’hiver de 1984 à Sarajevo et cela a toujours été mon conte préféré. Il vivait à Londres à l’époque et avec un de ses copains, ils se sont dits tout simplement : 'Allons-y ! Prenons le train et allons derrière le rideau de fer'. Ils ont dépensé 20 dollars en billets et ont assisté à tous les matchs de hockey sur glace qu’ils avaient envie de voir."

Peut-être papa Anderson espérait-il une répétition du "Miracle sur glace" de Lake Placid, quatre ans plus tôt, lorsqu’une équipe américaine amateur avait battu contre toute attente la puissante Union soviétique pour le gain du titre olympique. Il avait pu, en fin de compte, toucher l’une de ces médailles d’or, comme l’explique Kate : "Je viens du Minnesota, tout comme certains joueurs de l’équipe. Ma tante a épousé l’un d’entre eux, Eric Strobel, et j’ai des photos de mon père adolescent, avec sa médaille d’or. Miracle (qui raconte l’histoire de ce triomphe épique) est aussi mon film préféré."

Getty Images
Regarder les grands

En assistant à ses premiers Jeux Olympiques, les JOJ de Lillehammer, Kate a eu la chance de voir l’incomparable Chloe Kim s’envoler vers la gloire en réalisant le doublé dans les épreuves de halfpipe et de slopestyle en snowboard. Cette expérience n’a été surpassée que lorsqu’elle a vu le grand Shaun White remporter sa troisième médaille d’or en halfpipe à PyeongChang 2018, le moment olympique qu’elle préfère, avec Miracle on Ice bien sûr.

"Il a été l’un des premiers olympiens que j’ai admirés et j’ai été sensible à son histoire", explique-t-elle. "Alors être là en personne pour suivre l’une de mes idoles d’enfance et le voir gagner, c’était assez incroyable."

Tel père, telle fille

Kate a déjà en vue un voyage à Beijing 2022 : "J’adorerais y être et nous en parlons déjà au bureau. C’est loin, mais pas dans notre tête. J’ai hâte aussi de savoir où se dérouleront les Jeux de 2026. Je suis toujours ça de près aussi. Mon père et moi sommes des passionnés des Jeux et nous avons des discussions sur les propositions des villes candidates. Pour moi, les Jeux Olympiques ont toujours été une affaire de famille."

IOC/Arnaud Meylan

Bien que son père ait toujours été un passionné d’athlétisme, Kate a réussi à le convaincre de suivre aujourd’hui le ski et le snowboard. Tous deux sont aussi des inconditionnels d’Usain Bolt. Sans surprise, papa Anderson est fier que sa fille fasse partie du Mouvement olympique. "Il veut toujours savoir ce qui se passe dans les coulisses et il est ravi d’apprendre comment vivent les meilleurs athlètes lorsqu’ils ne participent pas aux compétitions ou ne sont pas filmés. C’est top secret : ce sont toutes des personnes authentiques et agréables."

Et d’ajouter : "Finalement, il est vraiment fier de moi parce que j’ai poursuivi mes rêves. Ça fait du bien de savoir qu’il me soutient totalement, tout comme ma mère."

Des expériences qui changent la vie

"Le fait d’être à Lillehammer et à PyeongChang m’a vraiment permis d’avoir un autre regard sur la vie", poursuit Kate, en évoquant ce que les Jeux Olympiques lui ont apporté. "Le fait d’avoir côtoyé tant de personnes et de cultures différentes m’a appris à être plus ouverte au changement et à prendre des risques. Je suis également inspirée au quotidien par les choses incroyables que réalisent les olympiens, tant sur le terrain qu’en dehors. Ils embellissent l’image de leur sport et attirent l’attention sur les causes qui les passionnent. J’essaie de mettre cette même passion et ce même niveau d’enthousiasme dans tout ce que j’entreprends."

"J’ai la chance d’avoir découvert ma véritable passion très jeune et de pouvoir la vivre au quotidien. J’espère demeurer dans le monde olympique pendant des années et j’ai hâte d’avoir de nouvelles occasions."

Je suis également inspirée au quotidien par les choses incroyables que réalisent les olympiens, tant sur le terrain qu’en dehors. Kate Anderson

Dans l’avenir immédiat, cependant, la Journée olympique du 23 juin se profile, une occasion qu’elle célébrera, comme beaucoup d’autres dans le monde : "Je me rendrai au parc olympique de l’Utah, le principal lieu d’entraînement de beaucoup de nos athlètes qui abrite aussi le Musée 2002. Beaucoup d’olympiens du coin viennent à l’occasion de la Journée olympique dire quelques mots et rencontrer le public."

"Ils continuent toujours à célébrer cette Journée de manière plaisante et c’est vraiment génial de voir les olympiens locaux s’impliquer et être une source d’inspiration pour la nouvelle génération. J’ai l’habitude de m’impliquer pour cet événement, mais c’est parfois sympa de rester en retrait et d’être simplement un fan."

Puisque 2018 marque le 70e anniversaire de la Journée olympique, le Comité International Olympique a décidé de célébrer cet événement à travers la vidéo "United By'', consacrée à tous ceux qui font vivre le sport et l'Olympisme au quotidien, pour eux, pour leurs familles, leurs amis et leurs communautés.

back to top En