skip to content
Olympism in Action Forum

Unis par l'espoir - Waleed Abu Nada

Waleed Abu Nada, jeune artisan du changement, voulait avoir une influence concrète dans son pays, la Jordanie, grâce à sa discipline olympique, l’haltérophilie. En s’engageant dans cette voie, il a aussi redonné espoir aux enfants et adolescents du camp de réfugiés d’Al Baqa’a.

Trouver son potentiel dans l’haltérophilie olympique

Lorsque Waleed Abu Nada a lancé son projet de première école d’haltérophilie olympique d’Espagne dans le cadre de l’IE University, ce jeune étudiant jordanien ne se rendait pas encore compte de l’influence que pouvait avoir ce sport. Ensuite, le succès remporté par le programme l’a rapidement encouragé à se servir de l’haltérophilie olympique dans son propre pays, la Jordanie.

Ce qu’il a alors découvert l’a vraiment stupéfait. En effet, il s’est avéré qu’il existait déjà un programme d’haltérophilie olympique en Jordanie, programme créé dans le camp de réfugiés d’Al Baqa’a, soit le plus grand camp de réfugiés palestiniens du pays. C’est grâce au Comité National Olympique de Jordanie que Waleed Abu Nada a découvert l’existence de Nadi Yarmouk Al-Baqa’a, petite salle d’entraînement fonctionnant avec de très faibles moyens financiers au cœur même du camp et dans laquelle l’entraîneur et capitaine, Ali Al Gabri, enseignait déjà aux jeunes réfugiés les techniques d’haltérophilie olympique. Waleed a d’emblée compris que ce lieu serait le cadre dans lequel il pourrait apporter une contribution et faire une différence grâce à l’haltérophilie.

“Je voulais voir comment l’école d’haltérophilie aidait les jeunes du camp à échapper aux problèmes sévissant dans cet environnement, c’est-à-dire des problèmes tels que la drogue, la violence et toutes les conséquences de la pauvreté”, déclare Waleed Abu Nada. Durant trois mois, Waleed a visité le camp, travaillé avec les enfants et adolescents, pour finalement diffuser un documentaire intitulé The Champ Camp, destiné à faire connaître l’existence de ce Camp des champions.

Ce que Waleed a pu constater est le fait que les jeunes réfugiés du camp ne différaient en rien d’autres enfants et adolescents rêvant de devenir des olympiens. “Dans le monde entier, des jeunes rêvent de devenir les prochains grands noms de l’haltérophilie olympique, à la différence toutefois que les enfants et adolescents vivant dans le camp d’Al Baqa’a n’ont pas la vie qu’ont habituellement les jeunes de leur âge. Avant de se rendre aux entraînements, ils travaillent pour gagner un peu d’argent et aider leur famille, tout en consacrant aussi du temps à leur scolarité. Bon nombre des jeunes qui s’entraînent au centre Nadi Yarmouk Al-Baqa’a ne connaîtront jamais les joies d’une enfance normale. Cependant, ils refusent de se laisser abattre et continuent à nourrir de grands espoirs.”

Lutter contre l’adversité au Camp des champions

Ce qui fait du Camp des champions un centre unique en son genre est sa double vocation, puisqu’il n’enseigne pas uniquement les techniques d’haltérophilie, mais offre également un lieu sûr aux enfants, lieu dans lequel on leur fait prendre conscience de leur propre valeur, indépendamment des rôles traditionnellement attribués en fonction du sexe. Le Camp des champions, qui rassemble 14 filles et 11 garçons, apprend aux adolescentes à devenir autonomes en mettant l’accent sur le rôle capital joué par les femmes, non seulement dans le cadre du sport, mais aussi dans la vie quotidienne.


Je voulais voir comment l’école d’haltérophilie aidait les jeunes du camp à échapper aux problèmes sévissant dans cet environnement, c’est-à-dire des problèmes tels que la drogue, la violence et toutes les conséquences de la pauvreté. Waleed Abu Nada

“C’est un véritable plaisir de voir le nombre élevé de jeunes filles membres de ce club”, ajoute Waleed. “La satisfaction est d’autant plus grande que nous nous trouvons dans une société conservatrice, au sein de laquelle les jeunes filles qui s’engagent dans un sport – en particulier un sport olympique comme l’haltérophilie – se lancent réellement un très grand défi. Mais on peut voir qu’elles en parlent très ouvertement, qu’elles en sont très heureuses et s’amusent beaucoup grâce à cette activité sportive.”

Trois de ces adolescentes ont même participé au tournoi olympique d’haltérophilie du Moyen-Orient, organisé en octobre 2017 en Jordanie, et toutes trois sont parvenues à remporter des médailles. “Voir leurs efforts récompensés sur une scène internationale a réellement fait chaud au cœur et a mis encore davantage en évidence l’importance de poursuivre nos efforts pour rendre les filles plus autonomes par le sport”, souligne Waleed.

Se battre pour de bon et pour le bien

Cependant, l’haltérophilie est un sport qui ne jouit pas d’une image entièrement positive, car il peut aussi s’avérer dangereux. Néanmoins, en suivant un entraînement adéquat, il peut offrir un exutoire aux jeunes à risque et leur permet également l’acquisition de compétences. L’objectif de Waleed Abu Nada est donc de trouver des sources de financement, afin de soutenir ce Camp des champions et lui garantir un véritable avenir.

“On sent bien que ces enfants et adolescents ont de grands rêves d’avenir et souhaitent accomplir de grandes choses dans la vie, mais malheureusement le quotidien leur impose des circonstances extrêmement difficiles”, explique Waleed. “Certains d’entre eux constituent la troisième, voire la quatrième génération de réfugiés. C’est pourquoi ces enfants ont vraiment besoin d’un plus grand soutien et d’une plus large couverture de la part des médias locaux et internationaux.”


Je suis en permanence époustouflé par les progrès de ces jeunes. Leurs horizons se sont maintenant élargis et leurs rêves prennent de l’ampleur. Waleed Abu Nada

Désormais, le Camp des champions est déjà bien plus qu’une petite salle d’entraînement. “Il s’agit maintenant d’un centre qui ouvre une voie jalonnée de réelles possibilités pour ces jeunes, tout en étant également un havre de paix où ils peuvent échapper à leurs soucis quotidiens et réaliser leurs rêves”, ajoute Waleed. “Grâce à l’aide et au soutien des personnes qui m’entourent, de nouveaux équipements viennent peu à peu compléter nos installations. J’espère arriver à faire du Camp des champions un centre qui ne soit pas uniquement une école d’haltérophilie, mais un cadre qui inculque un véritable mode de vie. L’approche suivie est de faire en sorte que les jeunes fréquentant le centre progressent non seulement sur le plan académique, mais également social, et cela par divers biais. Cet objectif peut être atteint, entre autres, au moyen de programmes éducatifs et de cours sur l’art de s’exprimer en public.”

Waleed Abu Nada continue à nourrir de grands espoirs pour le Camp des champions. “Je ne veux pas seulement contribuer à créer de grands champions sportifs, je veux aussi former des gens qui seront des champions dans la vie de tous les jours. Je suis en permanence époustouflé par les progrès de ces jeunes. Leurs horizons se sont maintenant élargis et leurs rêves prennent de l’ampleur. Ce que j’ai appris d’eux dépasse de loin tout ce que je pourrais leur redonner et c’est pour cela que je leur serai éternellement reconnaissant.”

Le programme des Young Change-Makers+ (YCM+), lequel en est désormais à sa cinquième édition, invite les Comités Nationaux Olympiques à nommer des jeunes âgés de 20 à 25 ans pour jouer le rôle de modèles pour leurs athlètes et veiller à ce que ces derniers tirent le meilleur parti de leur expérience aux JOJ. Les YCM (jeunes artisans du changement) sont chargés de guider les athlètes à travers le programme éducatif, en les encourageant à s'ouvrir aux échanges culturels et en leur présentant les valeurs olympiques ainsi que tous les principes du Mouvement afin qu'ils rentrent chez eux en tant qu'ambassadeurs des anneaux. Les YCM sont aussi invités à faire des demandes de financement pour leurs propres projets sociaux afin de tirer parti du sport pour aborder un problème dans leur communauté. Le programme YCM+ – lequel est soutenu par Panasonic – a déjà permis à 19 YCM de mener à bien 28 projets dans 17 pays, touchant ainsi plus de 9 000 participants individuels.

Veuillez cliquer pour en savoir plus sur les Jeux Olympiques de la Jeunesse et le programme des Young Change-Makers+

back to top En