skip to content
Date
22 juin 2018
Tags
Actualités Olympiques, Colombie
Actualités Olympiques

Unis par l’éducation : Juan Sebastián Sánchez Díaz

Juan Sebastián Sánchez Díaz, Young Change-Maker (jeune artisan du changement) pour la délégation colombienne aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014, a un projet : contester la position dominante du football et du cyclisme en Colombie et encourager ses compatriotes à pratiquer d’autres sports. C’est une vision qu’il défend dans certaines des régions les plus défavorisées du pays.


Grâce au projet de « l’atelier olympique » (Olympic Workshop), qu’il a lancé avec le soutien du Comité International Olympique (CIO), Juan, 26 ans, a fait découvrir les joies du handball, du hockey sur gazon, du badminton et du laser-run aux écoliers de tout le pays.

« La société colombienne a été assez divisée à la suite du processus de paix et j’ai éprouvé le besoin de faire quelque chose pour aider les personnes vulnérables des régions éloignées, explique-t-il. J’ai donc conçu un programme éducatif pour les écoles marginalisées. Nous avons nos héros en cyclisme et en football, mais j’ai pensé que nous pourrions aussi avoir des équipes plus fortes dans d’autres sports. Je voulais que les enfants aient la possibilité de pratiquer ces autres sports. »

« Dans chaque école, nous avons proposé aux enfants une journée ou deux d’entraînement sportif, tout en discutant avec eux de la paix et de la réconciliation, et du pouvoir unificateur du sport. Nous avons laissé les équipements aux écoles afin que les enfants puissent continuer à s’entraîner et nous leur avons également donné la possibilité de créer des clubs sportifs dans les disciplines les plus appréciées et de contacter les fédérations du pays en vue de recevoir une formation. Le projet a touché 500 jeunes de cinq écoles et nous avons réussi à créer deux clubs. »

Juan Sebastián Sánchez Díaz Juan Sebastián Sánchez Díaz

De grands desseins

Juan, qui dirige une entreprise de design stratégique à Bogotá, sa ville natale, a transmis aujourd’hui le projet aux fédérations nationales et consacre actuellement son énergie à faire découvrir le beach ultimate, un sport dérivé du frisbee, dans une partie encore plus reculée du pays, à savoir le port de Buenaventura sur la côte Pacifique. « J’ai calculé ce que tout cela allait coûter parce que je veux favoriser l’accès à des sports moins onéreux, afin que les personnes qui les pratiquent ne se ruinent pas en équipement, explique-t-il. Buenaventura est l’une des zones les plus pauvres du pays. Les populations locales n’ont pas grand-chose et j’aimerais proposer des opportunités aux autochtones par l’intermédiaire du sport. »

Athlète passionné qui a dû abandonner le taekwondo, son sport de prédilection, à cause d’une blessure, Juan, qui joue désormais au badminton, a affiché le même désir d’aider les autres lorsqu’il était Young Change-Maker à Nanjing.

Le but des Jeux Olympiques, c’est d’unir les gens. Juan Sebastián Sánchez Díaz Colombie

« J’ai essayé de contacter tous les athlètes de notre délégation dès qu’ils se sont qualifiés pour les JOJ, explique-t-il. Je voulais me mettre à leur niveau et devenir leur ami afin qu’ils me fassent confiance. Je souhaitais en savoir plus sur leur vie, leurs passe-temps et tout ce qu’ils vivaient en dehors du sport. C’était super, car durant les Jeux, de nombreux athlètes se sont confiés à moi et j’ai servi en quelque sorte de courroie de transmission entre eux et les dirigeants de la délégation colombienne. »

« Ils étaient sous pression, obnubilés par leurs performances, et je voulais leur changer les idées. Beaucoup d’entre eux ne parlaient pas non plus l’anglais ni d’autres langues et je leur ai parfois servi de traducteur, en les aidant à se lier et à interagir avec des athlètes étrangers, et aussi à échanger des badges avec eux. »

« [Mon expérience chinoise] m’a aidé à comprendre comment le sport fonctionnait dans mon pays et à voir les choses du point de vue d'un athlète : leurs combats, les obstacles qu’ils devaient franchir et leur degré d'engagement », explique-t-il à propos de Nanjing 2014. « J’ai pu constater qu’ils avaient besoin d’aide et cela m’a encouragé à poursuivre mes projets. »

Juan retournera aux Jeux Olympiques de la Jeunesse cet automne à Buenos Aires, où il animera des activités "apprendre et partager" pour la délégation colombienne. Il présentera également son projet d’atelier olympique lors d’un événement d’entrepreneuriat social organisé dans le cadre du premier forum "Olympisme en action".

Juan Sebastián Sánchez Díaz Juan Sebastián Sánchez Díaz

Source d’inspiration

Les Jeux Olympiques eux-mêmes sont une autre source d’inspiration pour ce jeune Colombien altruiste : « Ils représentent ce qu’on peut accomplir lorsqu’on fait preuve de détermination. C’est une démonstration du talent de tous ceux qui y participent. Pour moi, le sport unit plus qu’il ne divise. C’est un outil très utile pour collaborer et pour rassembler les gens. Le but des Jeux Olympiques, c’est d’unir les gens, sans parler des bienfaits d’un mode de vie actif. »

Joignant le geste à la parole, il passera les jours précédant la Journée olympique à louer les bénéfices de l’activité physique pour la santé des personnes âgées de Bogotá : « J’aime m’occuper des seniors, non seulement lors de la Journée olympique, mais également tout au long du mois. J’aime mener des projets autour du yoga et de la danse pour les plus de 60 ans. Je collabore avec un foyer du 3e âge et nous faisons venir des moniteurs de yoga et d’autres professeurs extraordinaires.

« On peut voir l’effet que le sport a sur certaines personnes, comment il améliore leur style de vie, mieux que certains médicaments. Il s’attaque également aux stigmates sociaux et à l’idée reçue selon laquelle les seniors devraient simplement rester chez eux devant leur télévision. Il y a beaucoup de stéréotypes à ce sujet. Nous avons constaté d’énormes améliorations chez les personnes âgées. J’ai parfois l’impression que lorsqu’on parle de sport, on fait uniquement attention aux jeunes. Bien sûr, si on souhaite être un athlète d’élite, il faut être jeune, mais on peut continuer à faire du sport lorsqu’on est plus vieux et avoir une très bonne qualité de vie. »

« L’an dernier, nous avons organisé une séance de photos et fait des bannières pour la Journée olympique et nous faisons la même chose cette semaine. Puis, lors de la Journée olympique proprement dite, je participerai à une course pédestre organisée par le Comité National Olympique colombien à Bogotá. »

Comme il l’a montré en se démenant pour présenter des sports moins connus à ses compatriotes et pour aider les seniors de Bogotá à rester actifs, Juan a prouvé que son engagement en faveur du sport et des valeurs olympiques ne reposait pas que sur de belles paroles.

Puisque 2018 marque le 70e anniversaire de la Journée olympique, le Comité International Olympique a décidé de célébrer cet événement à travers la vidéo "United By'', consacrée à tous ceux qui font vivre le sport et l'Olympisme au quotidien, pour eux, pour leurs familles, leurs amis et leurs communautés.

back to top En