skip to content

Unis par donner aux jeunes filles les moyens de réussir - Samantha Miyanda

C’est en qualité de jeune ambassadrice que Samantha Miyanda, originaire de Zambie, a participé aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014. Depuis, et avec l’aide du programme YCM+ du CIO, elle a lancé dans son pays un programme de parrainage destiné aux jeunes filles, afin d’aider les jeunes Zambiennes à devenir autonomes grâce au sport et à l’apprentissage des capacités à diriger. Samantha parlera de son expérience en matière d’entreprenariat social par le sport lors du Forum Olympisme en action.

#Unitedby

En prélude au "Forum Olympisme en action" à Buenos Aires (5-6 Octobre 2018), nous avons mis en avant des groupes ou des personnes qui, inspirés par la capacité du sport à contribuer à l'édification d'un monde meilleur, ont tiré parti de leurs initiatives afin de lancer des projets et programmes qui changent le cours des choses.

Écoutez leurs récits.
How we do

Ayant grandi en Zambie, Samantha Miyanda n’avait qu’un accès limité aux sports de compétition. C’est pourquoi, lorsqu’elle est entrée dans une première équipe de football à l’âge de 18 ans, elle ignorait encore que cette activité allait susciter en elle une nouvelle vocation et lui ouvrirait même la voie vers une carrière tout entière, construite autour du sport. 

"J’ai beaucoup appris en jouant au football", déclare Samantha. "Étant enfant, j’aimais déjà beaucoup le sport, mais je ne pouvais pas faire de compétition, car il n’existait aucune infrastructure là où je vivais. Mais lorsque le Centre olympique de développement pour la jeunesse a ouvert ses portes à Lusaka, en Zambie, j’y ai vu une possibilité de réaliser mon rêve, c’est-à-dire jouer au football. Entrer au sein de l’équipe m’a alors donné confiance en tant qu’athlète, mais aussi en tant que chef de groupe et d’éducatrice. Cela m’a également donné de l’ambition et m’a appris à me fixer des objectifs. "

Cet enthousiasme pour le sport a ensuite encouragé Samantha Miyanda à poser sa candidature, afin de représenter la Zambie en qualité de Jeune artisane du changement, à l’occasion des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ). Sa participation aux JOJ lui a fait voir toute l’importance du Mouvement olympique et l’a incitée à poursuivre son travail, en Zambie, auprès des jeunes athlètes et en particulier auprès des filles.

"Le fait de me rendre aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Nanjing en tant que jeune artisane du changement m’a vraiment fait comprendre ce que sont les valeurs olympiques de respect, d’amitié et d’excellence. Ayant fait l’expérience d’évoluer dans le Centre olympique de développement pour la jeunesse de Lusaka, je connaissais ces valeurs, mais aux JOJ je les ai vraiment vues en action. Durant les compétitions, j’ai vu les athlètes se surpasser pour atteindre l’excellence dans chacune de leurs épreuves. Lors des rencontres, chacune des équipes tente forcément d’être la meilleure. Mais, une fois les matches terminés, tout le monde se retrouve et se comporte en amis. À Nanjing, l’amitié était toujours présente, quels que soient les résultats."

Lorsque Samantha est retournée en Zambie, elle a emporté avec elle tout ce qu’elle avait appris, puis a mis son expérience en application, afin de créer un programme sportif de parrainage destiné aux filles, dans le cadre d’un projet Young Change-Maker+. Le programme invitait des personnalités féminines bien connues du monde du sport, en leur demandant d’assumer le rôle de mentors pour de jeunes responsables. Au cours de réunions hebdomadaires, les mentors et les jeunes participantes débattaient de sujets essentiels sur les plans de la gestion, de la direction et de l’autonomisation, tels que la fixation d’objectifs, la discipline et la concentration des efforts sur les buts à atteindre.

Dans le cadre du programme, ces jeunes responsables suivaient également une formation, afin de devenir à leur tour des mentors et être en mesure de travailler ensuite auprès d’autres jeunes filles, au sein de leurs communautés respectives, pour passer ainsi à la phase suivante du programme, en créant un cycle d’autonomisation féminine et d’accession au rôle de dirigeantes. Au cours de la première année de sa mise en œuvre, le projet a réuni sept mentors et 20 jeunes filles. Ces dernières ont ensuite rapporté avoir acquis une plus grande confiance en elles, ainsi qu’une meilleure compréhension de la manière dont elles doivent se fixer des objectifs, afin de pouvoir réaliser leurs rêves.


Nous devons créer un environnement dans lequel les femmes pourront apporter librement leur contribution au monde du sport. Pour ce faire, il convient de mettre un terme à la mentalité traditionnelle qui fait des sports un bastion exclusivement masculin Samantha Miyanda

L’idée même de ce programme est venue à Samantha, suite à sa propre expérience du parrainage. L’essentiel de ce qu’elle a appris lui vient de dirigeantes actives dans le monde du sport en Zambie et, comme elle l’explique, elle ne serait pas parvenue à lancer ce projet sans leur aide.

"Je dois mon état d’esprit aux femmes qui sont mentors dans le cadre de mon programme", déclare Samantha." Je peux mentionner, entre autres, Bessie Chelemu, directrice nationale des sports, Brenda Chipande, directrice exécutive du Comité National Olympique de Zambie, ainsi qu’Enala Phiri, entraîneur principal de l’équipe féminine de football. Elles nous aident toutes à mieux communiquer et diriger, tout en nous montrant comment atteindre nos objectifs académiques et professionnels. Elles m’ont appris ce que sont l’ambition, la définition d’objectifs et la capacité à diriger. "

Samantha espère être capable d’utiliser maintenant ses compétences, afin d’être à son tour un exemple pour les jeunes Zambiennes et de pouvoir transmettre certaines des connaissances qu’elle a elle-même acquises grâce au programme. Étant donné le nombre très élevé de jeunes filles qui sont attirées par le sport, Samantha Miyanda voit dans son projet de grandes possibilités d’enseignement. Outre le fait qu’il permet de mettre en contact des jeunes filles avec des mentors, le programme comprend également des séminaires qui informent les participantes sur les valeurs olympiques, la nutrition, la gestion financière, la prévention du SIDA, les compétences de dirigeantes, ainsi que le développement professionnel et la formation des entraîneurs. 


Entrer au sein de l’équipe m’a alors donné confiance en tant qu’athlète, mais aussi en tant que chef de groupe et d’éducatrice. Cela m’a également donné de l’ambition et m’a appris à me fixer des objectifs.  Samantha Miyanda

Forte de sa propre expérience, Samantha veut montrer aux filles que les obstacles traditionnellement liés au sexe peuvent être abattus et qu’une carrière sportive est possible. Samantha n’avait jamais imaginé pouvoir faire carrière dans le sport. Pourtant, maintenant, outre son projet Young Change-Maker+, elle s’apprête à participer, une fois ses études universitaires terminées, à un stage qu’elle effectuera au sein du ministère des Sports. Samantha est convaincue qu’avec une plus grande pratique des sports, il est certain que les filles excelleront aussi dans des domaines liés à l’encadrement sportif, sur des plans tels que l’entraînement, l’administration, la gestion et la direction.

"Nous devons créer un environnement dans lequel les femmes pourront apporter librement leur contribution au monde du sport. Pour ce faire, il convient de mettre un terme à la mentalité traditionnelle qui fait des sports un bastion exclusivement masculin", dit-elle." Nous devons avoir la possibilité de faire nos preuves et de montrer au monde que nous – les femmes – pouvons accomplir autant que les hommes, pour peu que nous puissions bénéficier d’une égalité des chances avec eux. Le sport rapproche les êtres et favorise l’égalité. Un monde solidaire, fondé sur l’inclusion, est un monde meilleur." 

Le programme des Young Change-Makers+ (YCM+), lequel en est désormais à sa cinquième édition, invite les Comités Nationaux Olympiques à nommer des jeunes âgés de 20 à 25 ans pour jouer le rôle de modèles pour leurs athlètes et veiller à ce que ces derniers tirent le meilleur parti de leur expérience aux JOJ. Les YCM (jeunes artisans du changement) sont chargés de guider les athlètes à travers le programme éducatif, en les encourageant à s'ouvrir aux échanges culturels et en leur présentant les valeurs olympiques ainsi que tous les principes du Mouvement afin qu'ils rentrent chez eux en tant qu'ambassadeurs des anneaux. Les YCM sont aussi invités à faire des demandes de financement pour leurs propres projets sociaux afin de tirer parti du sport pour aborder un problème dans leur communauté. Le programme YCM+ – lequel est soutenu par Panasonic – a déjà permis à 19 YCM de mener à bien 28 projets dans 17 pays, touchant ainsi plus de 9 000 participants individuels.

Veuillez cliquer pour en savoir davantage sur les Jeux Olympiques de la Jeunesse et sur le programme des Young Change-Makers+.

back to top En