skip to content
Olympism in Action Forum

Unis par créer des liens - Lindsey Kittredge

Shooting Touch, une ONG dont le siège est à Boston, a été fondée en 2007 par Lindsey Kittredge et son mari Justin afin de sensibiliser les jeunes, les femmes et les membres à risques de leurs communautés et les encourager à mener des vies plus saines par le sport. Grâce à son travail, Shooting Touch a décroché la bourse de développement du CIO "sport et société active" en 2016. Lindsey et un employé rwandais de Shooting Touch prendront la parole lors du Forum "Olympisme en action" en octobre 2018 pour discuter de la manière dont le sport peut contribuer à édifier des communautés plus solides.

#Unitedby

En prélude au "Forum Olympisme en action" à Buenos Aires (5-6 Octobre 2018), nous avons mis en avant des groupes ou des personnes qui, inspirés par la capacité du sport à contribuer à l'édification d'un monde meilleur, ont tiré parti de leurs initiatives afin de lancer des projets et programmes qui changent le cours des choses.

Écoutez leurs récits.
How we do

Une idée brillante

Quand une bonne idée, une occasion et une bonne intention se présentent au même moment, tout est possible. Ce fut le cas lorsque Lindsey Kittredge et son mari se sont servis de leurs compétences, de leurs contacts et de leur volonté sans faille pour rendre en retour dans un but précis. Le couple a en effet lancé Shooting Touch – une organisation internationale dans le domaine du sport pour le développement qui utilise le pouvoir du sport pour former et responsabiliser les jeunes, les femmes et les communautés à risques et les encourager à mener des vies plus saines.

Pour Lindsey Kittredge, remplir un vide qui ne pouvait être comblé par sa carrière professionnelle a toujours été l'objectif. Toutefois, elle n'avait pas de feuille de route stratégique pour atteindre cet objectif.

"Shooting Touch a été fondée de manière plutôt organique, en 2007, lorsque mon mari travaillait chez Reebok et entraînait en basketball des jeunes du centre-ville à Boston", déclare Lindsey Kittredge. "Je travaillais pour ma part dans les relations publiques dans l'immobilier et j'essayais vraiment de trouver un sens à ce que je faisais. J'ai toujours fait du sport et mon métier de rêve aurait été de travailler pour la Red Sox Foundation ou la Celtics Foundation, pour quelque chose qui aurait utilisé le pouvoir du sport afin d'aider les jeunes."

La passion de Lindsey pour le sport et sa volonté d'aider les enfants associées à l'expérience d'entraîneur de Justin ont rendu l'objectif du couple bien plus clair.

Ainsi que se souvient Lindsey Kittredge : "Mon mari est revenu d'un de ses week-ends d'entraînement et m'a dit 'il y a un réel besoin pour ce genre de programmes en ville. Il n'existe aucun programme qui permette aux enfants d'avoir des cours gratuits, une formation gratuite, un accès libre à une activité physique. Je pense que l'on devrait faire quelque chose'. Et d'ajouter : "Je lui ai répondu : 'pourquoi ne pas créer une organisation à but non lucratif ?' Et c'est ce que nous avons fait."

Réussir sans stratégie

Étant donné que Justin et Lindsey n'avaient aucune expérience dans la gestion d'une ONG, ils savaient que mener à bien leur organisation signifierait faire face à des obstacles – mais ils étaient prêts à relever le défi. Ils ont utilisé les ressources en ligne, fait énormément de recherches et remonté leurs manches.

"Bon nombre de personnes nous demandent si nous avions un plan stratégique", confie Lindsey Kittredge. "Nous n'en avions pas. Je me rappelle très précisément avoir cherché sur Google 'comment créer un site web et comment créer une organisation à but non lucratif'. Nous ne savions vraiment rien sur le monde des ONG ou sur le monde du sport au service du développement. Nous nous sommes juste lancés et nous avons fait face aux problèmes quand ils se présentaient. Le plan a doucement commencé à partir d'un modèle fondé sur les événements qui accueillent des camps, des stages et des sessions de formation pour les enfants à Boston pour se transformer en un programme international au Rwanda."


Nous sommes fiers d'utiliser le pouvoir du sport pour avoir une incidence significative dans leurs vies, non seulement avec une éducation en matière de santé, mais aussi un emploi qui les aide à soutenir leur famille. Lindsey Kittredge

Aujourd'hui, l'organisation compte deux programmes : "Getting Girls in the Game", à Boston, et "Basketball Health Corps", au Rwanda. Ces deux programmes offrent des possibilités et des accès aux enfants dans le besoin pour que ces derniers pratiquent un sport et apprennent des informations essentielles sur le bien-être, la santé mentale, l'éducation, la nutrition et la prévention des maladies.

Pourquoi le Rwanda ?

Choisir le lieu de leur avant-poste international a été facile pour le couple Kittredge. Le fait d'installer un bureau au Rwanda n'était pas dû au hasard, mais plutôt le fruit d'une décision mûrement pensée et réfléchie.

"L'histoire du Rwanda a joué un rôle dans le fait que nous choisissions ce pays pour notre programme international", indique Lindsey Kittredge. "Après le génocide de 1994, 67 % de la population du Rwanda était âgée de moins de 18 ans. Il y avait donc un nombre important d'enfants et de jeunes qui étaient défavorisés et vivaient dans des conditions d'extrême pauvreté et dans la maladie. La plupart des enfants étaient orphelins ou issus de familles monoparentales car ils avaient perdu des membres de leurs familles. La plupart d'entre eux souffraient par ailleurs du syndrome post-traumatique."

Les dévastations du génocide ont touché tous les Rwandais, mais leur impact sur les jeunes et les femmes a été bien plus sévère. Aussi le soutien et les ressources apportés à ces groupes ont-ils été plus que nécessaires afin de les aider à surmonter les difficultés et se placer sur le chemin du succès.

CIO

"Le Rwanda est le pays qui a la population la plus dense d'Afrique donc lorsque cette tragédie a eu lieu, il y a eu un grand nombre de jeunes et de femmes qui vivaient sans les moindres nécessités de base – soins de santé, accès à une eau propre, éducation en matière de santé, etc.", explique Lindsey Kittredge. "Le gouvernement était très ouvert à l'aide des ONG reconnues afin de permettre au pays de reconstruire ses fondations. Donc lorsque nous avons atterri ici, le pays a été réellement accueillant et aidant, et pour cela nous sommes très reconnaissants."

Jouer pour gagner

Si donner à ce groupe défavorisé les nécessités de base et l'éducation en matière de santé pour prospérer était une priorité, créer des possibilités pour promouvoir les activités physiques était tout aussi important. En 2016, Shooting Touch a décroché une bourse "sport et société active" (d'un montant de 20 000 USD), une initiative de la commission sport et société active. Pour rappel, cette bourse a été créée pour encourager les personnes du monde entier à pratiquer une activité physique régulière et à promouvoir les avantages du sport pour la santé et la société.

CIO

"La bourse de développement sport et société active que nous avons gagnée et qui nous a été octroyée par le Comité International Olympique est arrivé au meilleur moment. Elle nous a permis d'améliorer les tournois et les événements de mobilisation que nous organisons tout au long de l'année et d'utiliser ces événements comme possibilités éducatives pour un large public. Nous avons donc utilisé 40 % de cette bourse pour organiser un tournoi de sensibilisation à la violence sexiste, lequel a eu un grand impact."

Se servir de la moitié du montant de la bourse pour accueillir un événement spécifique a été une bonne démarche de la part de l'organisation. Au Rwanda, les femmes ne participent en effet généralement pas au sport.

"Au Rwanda, vous verrez que les normes sexuelles et les rôles d'un homme et d'une femme sont radicalement différents de ce à quoi nous sommes habitués aux États-Unis", a déclaré Lindsey Kittredge. "Il était et il continue d'être important pour nous d'utiliser nos événements comme possibilités d'éducation auprès du public. Parce que nous avons encouragé les femmes dans nos communautés à prendre des risques et à s'engager, nous avons depuis réussi à augmenter le nombre de femmes participantes en trois ans à 350 femmes et 325 jeunes filles. Le tournoi que le CIO a soutenu a permis de mettre en évidence le fait que les femmes sont des membres égaux des communautés et des membres à part égale de notre programme sportif. Il a réellement été utile en nous permettant de faire augmenter la tendance vers l'égalité des sexes tout au long du programme."

Maintenir le cap

Si Lindsey Kittredge a toujours su qu'elle souhaitait donner en retour en intégrant sport et jeunesse, elle est toujours surprise du succès continu et rapide de l'organisation. "Je pense que si quelqu'un m'avait dit 'dans 10 ans, tu vas lancer un projet qui va se transformer en une organisation mondiale de sport en faveur du développement', j'aurais répondu 'tu es complètement fou/folle'."

Depuis son lancement, le programme a connu une croissance exponentielle et Lindsey Kittredge n'a aucune intention de ralentir. De fait, avec son mari, ils ont de grandes idées et des objectifs qu'ils espèrent atteindre dans les 12 prochains mois.

"Et pour la suite, à l'heure actuelle, nous travaillons sur un vaste plan stratégique sur cinq ans. Nous pensons sincèrement que dans un an, notre programme au Rwanda sera complètement durable grâce aux talents au niveau local. Tout notre personnel en charge de l'entraînement est rwandais et nous sommes sur le point de recruter notre premier directeur de programme national rwandais. Donc nous n'autonomisons pas seulement les femmes et les hommes, mais nous ouvrons également la voie à l'emploi. Nous sommes fiers d'utiliser le pouvoir du sport pour avoir une incidence significative dans leurs vies, non seulement avec une éducation en matière de santé, mais aussi un emploi qui les aide à soutenir leur famille. Nous cherchons des financements plus institutionnels afin de pouvoir continuer à nous développer au niveau national ici à Boston, et développer notre modèle international dans tout le Rwanda, ou peut-être même dans un autre pays."

CIO

Aller au-delà de l'or

Les Jeux Olympiques sont le parfait exemple du bien que peut faire l'humanité. Du courage à l'excellence, les valeurs que les Jeux Olympiques défendent sont souvent similaires aux idéaux de la gestion réussie d'une organisation à but non lucratif. Avoir une plateforme qui permette aux personnes dans le besoin de progresser en utilisant le sport comme catalyseur de succès est quelque chose que Lindsey Kittredge ne tient pas pour acquis.

"Pour moi, l'Olympisme, ce n'est pas uniquement être le meilleur athlète sur l'aire de compétition, ou le terrain ou quelque chose comme ça", confie-t-elle. "C'est essayer d'être le meilleur exemple de la raison pour laquelle le sport est si important pour les personnes qui en ont le plus besoin. C'est être en effet capable d'utiliser son influence et ses contacts dans le sport pour aider les autres. Nous pouvons le faire avec les jeunes filles de manière assez puissante, car permettre aux jeunes filles et aux femmes de se sentir responsables grâce au sport leur permet de s'épanouir pour devenir des femmes confiantes dans leurs communautés, dans leurs foyers, au travail ou dans leurs vies personnelles. Si les femmes sont considérées comme des égales, ou des athlètes à égalité avec les hommes, le monde changera pour le meilleur."

back to top En