skip to content
Date
22 avr. 2015
Tags
Actu CIO , Communiqué de presse

Une semaine pour renforcer le rôle du sport dans la société

Ce fut une nouvelle semaine bien remplie pour le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, qui, en sept jours, a parcouru cinq pays et rencontré plusieurs dirigeants mondiaux afin de défendre le rôle important joué par le sport dans la société et sa capacité à promouvoir la paix.


Parmi les dignitaires rencontrés, citons le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, le premier ministre hongrois, Viktor Orbán, le président de la République française, François Hollande, la présidente de la République du Kosovo, Atifete Jahjaga, le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, et le président  de l'Ukraine, Petro Porochenko.

La semaine marathon a débuté le lundi 13 avril lorsque Thomas Bach a présidé le premier Forum international pour l'intégrité du sport à Lausanne. À l'occasion de cette rencontre, le CIO a lancé son service d'alerte "intégrité et conformité", un nouveau mécanisme chargé de signaler les éventuels cas de manipulation de compétitions ainsi que les autres violations de l'intégrité du sport. Le forum a réuni des représentants des gouvernements du monde entier, du Conseil de l'Europe, de l'Union européenne, d'INTERPOL, d'Europol, des agences des Nations Unies, des opérateurs de paris sportifs et des membres du Mouvement olympique.

©IOC/Christophe Moratal

En prélude à ce forum, le président du CIO s'est entretenu avec le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland. Les deux hommes ont évoqué le rôle du sport dans la société et l'étroite coopération qui unit à cet égard leurs deux organisations.

En fin de journée, le président Thomas Bach a reçu la conseillère fédérale suisse Doris Leuthard. Parmi les sujets abordés, citons les relations entre le CIO et la Confédération suisse ainsi que les célébrations du centenaire de l'établissement du Comité International Olympique à Lausanne.

Le lendemain matin (14 avril), le président du CIO accueillait des parlementaires allemands et répondait à des questions en lien avec l'Agenda olympique 2020 et la procédure de candidature à l'organisation des Jeux Olympiques. Quelques heures plus tard, il s'envolait pour New York où, dès son arrivée, il rencontrait le Prince Nawaf Faisal Fahd Abdulaziz, membre honoraire du CIO, afin de discuter du développement du sport en Arabie saoudite et du suivi des recommandations de l'Agenda olympique 2020.

Le président du CIO s'est par ailleurs entretenu avec le membre du CIO et président du Comité National Olympique des États-Unis (USOC), Lawrence Probst, et le secrétaire général de l'USOC, Scott Blackmun. Leurs discussions ont porté sur les recommandations de l'Agenda olympique 2020 et la procédure de candidature à l'organisation des Jeux Olympiques de 2024.

Plus tard dans la soirée, Thomas Bach rencontrait des représentants du Comité pour la protection des journalistes, une organisation non gouvernementale (ONG) avec laquelle le CIO souhaiterait nouer des relations plus formelles.

Dans un discours prononcé au siège des Nations Unies le lendemain (15 avril), le président du CIO a déclaré qu'il était temps que le sport joue un rôle plus important en tant que vecteur de changement dans le monde. Ses propos ont reçu le large soutien du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et du président de l'Assemblée générale des Nations Unies, S.E. M. Sam Kutesa, qui a également pris la parole lors de l'événement intitulé "Une action concertée en faveur du développement durable pour tous par le sport". 

Le président du CIO et le secrétaire général des Nations Unies ont tous deux demandé que le sport soit inscrit dans le nouveau programme en matière de développement durable à l'échelle mondiale, lequel devrait être finalisé en septembre.

© IOC / Ian Jones

À l'occasion de sa visite aux Nations Unies, le président Thomas Bach a été invité à soutenir la campagne "HeForShe", un mouvement de solidarité en faveur de l'égalité des sexes lancé par la directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka. Ce projet a d'ores et déjà obtenu le soutien de centaines de milliers d'hommes.

Le président du CIO a ensuite rencontré des représentants de Human Rights Watch avec lesquels il a discuté des changements apportés sur les plans de la transparence et de la crédibilité à la suite de l'adoption de l'Agenda olympique 2020.

Le lendemain (16 avril), le président Thomas Bach était de retour à Lausanne pour des tête-à-tête avec le premier ministre hongrois, Viktor Orbán, et le président français, François Hollande. Durant son entrevue avec Viktor Orbán, le président du CIO a insisté sur les effets positifs que le sport peut avoir sur la société, en particulier à travers les objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD). Il a également informé le premier ministre des progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’Agenda olympique 2020, la feuille de route stratégique pour l’avenir du Mouvement olympique.
Les deux hommes ont en outre évoqué les changements apportés au processus de candidature à l’organisation des Jeux Olympiques, lesquels comprennent une réduction des coûts, un accent davantage placé sur la durabilité et l’introduction d’une phase d’invitation.

© IOC / Ian Jones

Les discussions avec le président François Hollande ont quant à elles porté sur une éventuelle candidature olympique de Paris à l'organisation des Jeux Olympiques de 2024. Le président Thomas Bach a déclaré : "La France a beaucoup à offrir au Mouvement Olympique. Nous avons appris aujourd'hui que Paris 2024 mettrait l'accent sur l'héritage des sites après les Jeux. Cela correspond parfaitement à l'esprit de l'Agenda olympique 2020."

Le président français était accompagné pour l'occasion de Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, et de François Rebsamen, ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.

Autres sujets abordés durant cette rencontre, les objectifs de développement durable et la nécessité d'inclure le sport dans la déclaration finale des Nations Unies prévue en septembre.

Durant l’entrevue, le président français a par ailleurs invité le CIO à assister à la conférence de l’ONU sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris à la fin de l'année. Le président Thomas Bach a accepté l'invitation. Le même soir, le président du CIO partait pour la Serbie pour des entretiens avec le Comité National Olympique (CNO) serbe axés sur l'Agenda olympique 2020, le rôle majeur du sport dans la société et la récente reconnaissance du CNO du Kosovo par le CIO.

© IOC / Ian Jones

Dans la capitale serbe, Belgrade (17 avril), le président Thomas Bach a félicité le président du CNO serbe, Vlade Divac, pour l’amélioration des performances enregistrée dans les sports olympiques. Le président du CIO a également rencontré des représentants des 38 fédérations nationales de sport que compte la Serbie, avant d'achever sa visite dans une école où des centaines d'enfants participent à un programme financé par la Solidarité Olympique.

Le président Thomas Bach a ensuite rejoint le Kosovo dont le CNO a été pleinement reconnu lors de la 127e Session du CIO à Monaco en décembre 2014. À Pristina, la capitale du Kosovo, le président du CIO s'est entretenu avec la présidente du pays, Atifete Jahjaga.

Celle-ci a rappelé que le sport pouvait "jeter des ponts dans la société", évoquant également les avantages que représente le fait d'avoir rejoint la famille olympique. Elle a remis à cette occasion au président du CIO la médaille du Mérite.

Un peu plus tard, le président Thomas Bach a rencontré le premier ministre kosovar, Isa Mustafa, ainsi que le président du CNO du Kosovo, Besim Hasani. Il leur a rappelé qu'avec une bonne préparation pour les Jeux Olympiques à Rio de Janeiro l'année prochaine, les athlètes kosovars pourraient devenir de véritables modèles pour le pays tout entier. Le premier ministre s’est exprimé en ces termes : "Vous nous avez ouvert une porte et faire partie de la communauté sportive internationale nous procurera d’énormes avantages."

© IOC / Ian Jones

La délégation du CIO s'est ensuite rendue au Palais omnisports de la jeunesse afin d'y rencontrer des athlètes en pleine séance d'entraînement. Le lendemain (18 avril), le président Thomas Bach a participé à une course populaire organisée dans le centre-ville de Pristina, aux côtés de plus de 700 élèves. Dans la soirée, le président du CIO s'est envolé avec sa délégation pour Sotchi – où il a été accueilli par le président du CNO russe et les membres du CIO en Russie, avec lesquels il a discuté des progrès accomplis dans la mise en œuvre de l'Agenda olympique 2020 et de l'héritage laissé par les Jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi. Le président a confié que le fait de revenir à Sotchi un an après la réussite des Jeux était très émouvant.

Le parc olympique de Sotchi a accueilli bon nombre d'événements sportifs de haut niveau depuis les Jeux et dimanche (19 avril), le président du CIO a eu l'occasion de voir de quelle manière les installations du parc étaient encore utilisées. Lors de la Fed Cup à l'Adler Arena, il a suivi la rencontre entre l'Allemagne et la Russie pour une place en finale. Le CNO russe et la Fédération russe de tennis mettent actuellement en place sur cet ancien site olympique une académie de tennis ouverte aux jeunes espoirs de ce sport.

© IOC / Ian Jones

À quelques mètres de là, au Ice Cube, le président Thomas Bach a suivi les Championnats du monde de doubles mixtes en curling. À cette occasion, il a pu constater par lui-même combien les athlètes aimaient toujours autant concourir dans les magnifiques installations du parc olympique.

Le président  du CIO s'est ensuite entretenu avec le ministre russe des Sports, du Tourisme et la Jeunesse, Vitaly Mutko, de l'héritage des Jeux de Sotchi et du développement du sport en Russie. Il a également rencontré le conseiller personnel du président Vladimir Poutine, Igor Levitin. Le président Thomas Bach était accompagné pour l'occasion de Vitaly Smirnov, le doyen du CIO, et d'Alexander Zhukov, membre du CIO, président du CNO russe et premier ministre adjoint.

À Sotchi, le président du CIO a également assisté à une réunion de l'Association des fédérations internationales de sports reconnues par le CIO(ARISF). À cette occasion, il a redit aux délégués présents qu'ils faisaient tous partie de la famille olympique et leur a parlé des possibilités de coopération qui existent entre les Fédérations reconnues et le CIO dans de nombreux domaines, notamment l'intégrité du sport, l'éducation, la lutte contre le dopage et la chaîne olympique. Le président Thomas Bach a tenu à préciser que la chaîne olympique serait ouverte à toutes les fédérations non olympiques pour faire connaître leur sport.

Lors de l'ouverture de l'Assemblée générale de SportAccord, le 20 avril au matin, le président du CIO a répondu à l'allocution de bienvenue du président de SportAccord, Marius Vizer. Des réunions se sont ensuite tenues avec un certain nombre de membres du CIO et de présidents de Fédérations Internationales.

Plus tard dans la journée, Thomas Bach a rencontré le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, afin de discuter du formidable héritage laissé à Sotchi par les Jeux Olympiques d'hiver, lesquels se sont tenus il y a un an à peine. 

© IOC / Ian Jones

La réunion entre les deux dirigeants s'est déroulée dans le Centre des congrès de Sotchi qui a abrité pendant les Jeux le Centre International de Radio-Télévision et le Centre Principal de Presse. Les deux hommes ont échangé sur le succès des Jeux et sur la façon dont la Russie pouvait continuer à tirer parti de cet héritage. Depuis les Jeux, Sotchi a accueilli bon nombre de championnats du monde ainsi que d'autres événements de haut niveau. Le président du CIO a déclaré au dirigeant russe qu'il encourageait vivement les Fédérations Internationales à continuer de tirer avantage des installations et du savoir-faire russes. "Rien de cela n'aurait été possible sans la tenue des Jeux", a-t-il déclaré au président Vladimir Poutine.

Le président russe a pour sa part salué le solide héritage laissé par les Jeux, qui ont fait de Sotchi une destination de sports d'hiver de niveau mondial et ont inscrit la ville sur le calendrier sportif international.

Les deux dirigeants ont également discuté du rôle important que joue le sport dans la société. Le président russe a rappelé que les autorités de son pays continuaient de coopérer étroitement avec le CIO et s'est félicité "des excellentes relations" que la Russie entretient avec le CIO, "le chef de file du Mouvement olympique". 

Suite aux réunions et à la cérémonie d'ouverture de SportAccord, le président du CIO est rentré à Lausanne où il a reçu le lendemain (21 avril) le président ukrainien, Petro Porochenko.

Le président du CIO a notamment discuté avec le président ukrainien du rôle du sport comme moyen de promouvoir l'éducation, la santé, le développement, la paix et la réconciliation. Ont également assisté à cette réunion, Sergey Bubka, président du CNO d'Ukraine et membre de la commission exécutive du CIO, et Valeriy Borzov, membre du CIO en Ukraine.

©IOC / Christophe Moratal

Le président Porochenko était quant à lui accompagné de son premier ministre adjoint et du ministre des Affaires étrangères.

Le bien-être des athlètes a été au cœur de cette réunion. Les deux dirigeants ont en effet parlé d'une initiative lancée par le CIO pour aider les athlètes ukrainiens vivant dans des régions frappées par les troubles civils. Pour rappel, le CIO avait débloqué l'année passée un fonds d'urgence de 300 000 USD afin de venir en aide aux athlètes ukrainiens.

Le président Thomas Bach a réaffirmé que le rôle du sport était de rassembler les peuples. Il a ajouté que la résolution des Nations Unies sur l’autonomie du sport  encourageait explicitement la participation totale aux manifestations sportives et soulignait le caractère fédérateur des compétitions olympiques. Il a fait observer que les boycotts étaient incompatibles avec cet appel des Nations Unies au respect des valeurs du sport. Le président ukrainien a quant à lui déclaré qu’il était "totalement opposé aux boycotts" et a insisté sur le fait que "l’Ukraine accueillait  des athlètes de tous les pays".

S'agissant des ODD en cours de finalisation par les Nations Unies cette année, le président du CIO a rappelé la nécessité d’inclure la mention du sport dans la déclaration finale. 

Le président ukrainien a décrit le processus de réformes qu’il est en train de mettre en œuvre en Ukraine, ajoutant que le sport joue un rôle clé dans l’éducation, la santé et la politique sociale. Il est selon lui vital de faire appel aux  "valeurs du sport à cet égard". Le président du CIO a proposé l’assistance du CIO dans la mise en place de programmes dans ces secteurs ainsi que pour l'édification de la paix et la réconciliation du pays. 

Le président Petro Porochenko a invité le président Thomas Bach à se rendre en Ukraine. Le président du CIO a accepté l’invitation.

 

###

 

Le Comité International Olympique est une organisation internationale indépendante à but non lucratif, composée de volontaires, qui s’engage à bâtir un monde meilleur par le sport. Il redistribue plus de 90 % de ses revenus au mouvement sportif au sens large, soit chaque jour l’équivalent de 3,25 millions de dollars (USD) pour aider les athlètes et les organisations sportives à tous les niveaux dans le monde.

 

###

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec l’équipe des relations médias du CIO  au +41 21 621 60 00, email : pressoffice@olympic.org ou consulter notre site web : www.olympic.org

Vidéos
YouTube: www.youtube.com/iocmedia

Photos
Un grand choix de photos sera disponible après chaque événement, consultez ces photos sur Flickr

Pour toute demande de photos ou de séquences d'archives, veuillez prendre contact avec notre équipe images à l'adresse suivante : images@olympic.org

Réseaux sociaux
Pour des informations de dernière minute sur le CIO, retrouvez-nous sur Twitter, Facebook et YouTube.

back to top