skip to content
Getty Images

Une pluie d’éloges pour la nouvelle star Wayde Van Niekerk

Rien ne pouvait voler la vedette à Usain Bolt en route pour conserver son titre du 100 m, au 9e jour des Jeux de Rio 2016, mais la remarquable performance de Wayde Van Niekerk sur 400 m, auteur d’un époustouflant record du monde en 43’’03, a été loin de passer inaperçue. L’athlétisme salue en cet athlète sud-africain de 24 ans, une superstar en devenir !

Wayde Van Nierkerk n’a pas fait que pulvériser en 43’’03 le record mythique de Michael Johnson, vieux de 17 ans (43’’18 le 29 août 1999 en finale des Mondiaux IAAF de Séville). Il a laissé derrière lui les deux derniers champions olympiques du 400m, Kirani James et LaShawn Merritt, et il l’a fait en courant depuis le couloir extérieur, le 8 !

Usain Bolt empreint de fierté

Juste après que Van Nierkerk a franchi la ligne d’arrivée, Usain Bolt a tenu à interrompre son échauffement pour la finale du 100m pour foncer vers le vainqueur et lui tomber dans les bras.  « Quand il a battu ce record du monde, je me suis dit "Wow !" », a expliqué Bolt, qui s’est entraîné avec le Sud-Africain, chez lui à Kingston début juillet. « En Jamaïque, je lui ai expliqué : "Mon coach m’a dit que tu étais probablement, en dehors de moi, le seul gars capable aujourd’hui de battre le record du monde du 400m". Je suis vraiment très heureux pour lui. Je suis très fier de lui ! ».

Getty Images

Michael Johnson prédit de grands exploits à venir

Johnson IOC

Michael Johnson, qui a vu Van Niekerk démolir son vieux record, est resté totalement ébahi par la qualité de course du Sud-Africain et il prédit qu’il peut maintenant vraiment postuler au rang de nouveau phénomène de l’athlétisme… après Bolt.  « Il est si jeune. Que peut-il faire d’autre ? Passer sous les 43 secondes ? C’était quelque chose que je pensais pouvoir faire, mais je n’y suis jamais parvenu. Usain Bolt va bientôt prendre sa retraite. Wayde pourrait bien être la nouvelle star de l’athlétisme. »

Le champion des champions

La performance de Wayde Van Niekerk a donné lieu à une pluie d’éloges de la part des deux champions olympiques qu’il a battus pour s’emparer de l’or. « C’est incroyable. Pour être honnête, je suis tout simplement heureux d’avoir contribué à cette page d’histoire », a dit Kirani James, médaillé d’or en 2012 et cette fois en argent. 

LaShawn Merritt, qui s’est classé 3e, a été tout autant surpris par la vitesse de Van Niekerk.  « Je savais que son temps serait rapide, mais je ne pensais pas qu’il stopperait le chrono sur 43’’03 ! Il a mis tout son cœur sur la piste. Pour courir en 43’’03, il faut être à fond dès le départ. C’est le début d’une grande ère et je suis fier d’en faire partie », a dit l’Américain.

Le compatriote grenadin de James, Bralon Taplin, 7e de cette finale historique, une pleine seconde et demie derrière la fusée sud-africaine, a expliqué que ce record changeait la physionomie de l’athlétisme. « Ce qu’il a fait a ouvert des perspectives à tous les athlètes qui sont ici. ». 

Getty Images

Une supermamie derrière les succès de la star

Wayde Van Niekerk a de son coté tenu à rendre hommage à sa grand-mère de 74 ans, Ans Botha, son entraîneur et mentor. Elle-même ancienne athlète, supermamie Botha entraîne son petit-fils depuis 2012. Ce n’est peut-être pas le plus conventionnel des partenariats athlète-entraîneur, mais selon le coureur, le rôle d’Ans Botha a été décisif dans son ascension vers les sommets de l’athlétisme international. « C’est une femme merveilleuse. Elle a joué un rôle énorme dans le parcours qui m’a conduit là où je me trouve aujourd’hui. Elle m’a discipliné et m’a appris à me concentrer sur mes objectifs. »

« Je peux me mettre en piste et dépasser toutes les limites en sachant que tout est possible », dit Wayde Van Niekerk. « Je suis si reconnaissant de faire partie de l’histoire qu’elle a écrite en tant qu’entraîneur, et heureux d’en être là maintenant.  Et demain ? Selon ses propres mots : « Il n’y a aucune limite. »

back to top En