skip to content
Date
17 avr. 2019
Tags
Actualités Olympiques, Lausanne 2020, JOJ
Lausanne 2020

Une médaille d’or pour les créateurs

Avec la clôture, ce mois-ci, du concours public de création des médailles qui seront remises aux athlètes des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver (JOJ) de Lausanne 2020, revenons sur les motifs qui ont été retenus pour les cinq éditions précédentes des Jeux.

Terminer sur le podium aux Jeux Olympiques est un exploit que peu d’athlètes parviennent à réaliser. La médaille d’or, d’argent ou de bronze est un souvenir indélébile de cet exploit et, depuis les premiers JOJ de Singapour 2010, le CIO lance un concours exclusif de création des médailles pour célébrer ces jeunes athlètes victorieux.

La toute première médaille des JOJ a été créée par le Japonais Setsuko Fukuzawa pour les Jeux de Singapour et était intitulée "Yes Youth Can" (Oui, la jeunesse peut). Sur fond de flammes et de vagues, un athlète est représenté en forme de Y, qui symbolise la déesse grecque de la victoire, "Niké", mais également la jeunesse (youth en anglais). Le revers, conçu par le comité d’organisation, montre le lion mythique symbole de Singapour, ainsi que l’emblème des Jeux.

IOC
“Je voulais un motif propre et moderne”, a expliqué Setsuko Fukuzawa. “Pour moi, c’est la simplicité de transmettre un message clair. "Yes Youth Can" représente les jeunes athlètes qui célèbrent leur victoire en faisant la fête. Simple, mais efficace. J'ai conçu cette médaille en souhaitant que ceux qui la remporteraient se rappellent ce moment et des émotions qu'ils ont ressenties quand ils l'ont décrochée.”

Pour les premiers JOJ d’hiver à Innsbruck deux ans plus tard, la responsabilité de la création des médailles (dont 372 ont été remises durant les Jeux) est revenue au comité d’organisation en partenariat avec le graveur Herbert Wähner de la Monnaie autrichienne.

Leur collaboration a abouti à un avers représentant les anneaux olympiques, un flocon de neige et un rameau d'olivier, symbole des Jeux Olympiques de l'Antiquité. Le revers montre des torches olympiques ainsi qu’une série de pixels en référence à l’influence et aux possibilités croissantes d’Internet et des médias sociaux.

IOC
Un concours de création des médailles a été à nouveau organisé pour les JOJ de Nanjing 2014 et remporté par le Slovaque Matej Čička, 23 ans. Sa création, baptisée “Track of Winners” (La piste des vainqueurs), a été choisie parmi plus de 300 projets de plus de 50 pays.

Décrite par les membres du jury du CIO comme “moderne, fraîche et dynamique”, la création montre sur l’avers les anneaux olympiques associés à une représentation abstraite d’une piste d’athlétisme. Le revers s'inspire du paysage de la ville historique de Nanjing, associant la muraille ancienne de la ville, l'architecture traditionnelle de la région, le fleuve Qinhaui et les célèbres fleurs de pruniers de Nanjing.

“ J’ai participé à ce concours dans le cadre d’un travail scolaire", a expliqué Čička. "J’ai donc dessiné plusieurs esquisses de médailles que j’ai ensuite soumises à mon professeur afin de choisir la meilleure. Je me suis inspiré de la piste d’athlétisme car pour moi, elle représente bien les Jeux Olympiques de la Jeunesse. J'ai utilisé différentes formes pour symboliser les athlètes et le podium.”

IOC
Les JOJ d’hiver de Lillehammer 2016 ont eu droit, eux aussi, à leur concours de création des médailles et, une fois encore, plus de 300 personnes y ont participé, cette fois de 65 pays. Le titre est revenu au Roumain Burzo Ciprian, 20 ans, avec sa médaille baptisée "To the top" ("jusqu'au sommet").

L’avers représente les montagnes scandinaves, tandis que les lignes droites qui encadrent l’inscription "2nd Winter Youth Olympic Games" semblent avoir été creusées par des skis ou des patins. Le revers de la médaille a été dessiné par quatre jeunes créateurs norvégiens, qui sont également à l’origine du logo des Jeux, et représente le slogan de Lillehammer 2016 – "Go beyond, Create tomorrow" (Allons plus loin, créons notre lendemain).

“ Je n'avais jamais rien ressenti de tel", a déclaré Burzo Ciprian. "L'annonce de ma victoire a été un moment merveilleux car je savais que ma création marquerait l'histoire des Jeux Olympiques et des Jeux Olympiques de la Jeunesse. Je suis très fier de ce que j'ai accompli.”

IOC
L’honneur de concevoir la médaille de l’édition la plus récente des JOJ, Buenos Aires 2018, est revenu à Muhamad Farid Husen, 18 ans, plus jeune gagnant à avoir jamais été sélectionné par le CIO. L’adolescent originaire d’Indonésie, qui a assisté à la cérémonie d’ouverture des Jeux dans la capitale argentine, a réalisé un motif accrocheur intitulé "Fireworks of Victory" (Feux d’artifice de la victoire), incorporant également les anneaux olympiques.

“Cette médaille s'inspire des feux d'artifice", a-t-il expliqué. "Les feux d'artifice représentent l'excitation et la gloire des Jeux Olympiques de la Jeunesse qui rassemblent tous les pays dans un esprit de célébration. Ils s'envolent dans le ciel, symbolisant la manière dont les jeunes athlètes réalisent leurs rêves."

“C'était un grand honneur de pouvoir apporter une petite contribution aux Jeux Olympiques de la Jeunesse. C'est un rêve qui est devenu réalité.”

back to top En