skip to content
© Getty Images
Date
25 janv. 2017
Tags
Actualités Olympiques , JOJ , Lillehammer 2016 , Curling

Une jeune ambassadrice désireuse de continuer à guider la nouvelle génération d'athlètes

Claire Hamilton, médaillée olympique de bronze, faisait partie des 39 jeunes ambassadeurs qui avaient été choisis pour soutenir et guider les athlètes en lice aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lillehammer 2016. La joueuse de curling britannique livre ici ses impressions à l'équipe d'olympic.org.

Claire Hamilton se rappelle avoir été fascinée par l'équipe britannique de curling féminin qui avait remporté la médaille d'or aux Jeux Olympiques d'hiver de Salt Lake City en 2002. Elle n'avait alors que 13 ans et s'était elle-même mise à ce sport cinq ans auparavant, entamant ainsi un parcours dont l'apothéose allait être une médaille olympique de bronze à Sotchi en 2014 avec l'équipe emmenée par Eve Muirhead. "Les Jeux Olympiques d'hiver de 2002 à Salt Lake City, où Rhona Martin et ses coéquipières ont décroché l'or, m'ont véritablement marquée", se souvient la jeune femme âgée de 27 ans. "On m'avait autorisée à veiller tard pour regarder la finale – à partir de ce moment-là, mon but a été de connaître le même succès."

Rhona Martin, la capitaine de l'équipe victorieuse en 2002, allait avoir une influence encore plus grande sur la carrière en plein essor de Claire, devenant un modèle et un mentor pour la jeune et talentueuse athlète. "Nous avons eu énormément de chance d'avoir Rhona comme entraîneur dans le cadre du programme britannique de curling", explique Claire. "Elle était là, à nos côtés, chaque jour, ce qui nous a été extrêmement utile."

L'année dernière, Claire a elle-même joué le rôle de modèle lorsqu'elle a été choisie, avec 38 autres jeunes ambassadeurs, pour encourager et guider les athlètes en lice aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lillehammer 2016, une expérience qu'elle a trouvée incroyablement enrichissante. "Ce fut une formidable opportunité pour moi car c'était la première fois que je me retrouvais de l'autre côté de la barrière", confie-t-elle. "J'ai énormément apprécié de pouvoir apprendre à connaître les athlètes, leur transmettre mon expérience, les aider à se préparer pour leurs épreuves et les soutenir tout au long de leur séjour à Lillehammer. J'ai juste essayé de me rappeler tous les conseils que j'avais reçus et de transmettre à ces jeunes athlètes le plus d'informations possible."

© Getty Images

L'une des principales missions de Claire à Lillehammer était d'encourager le plus grand nombre de concurrents à participer aux activités du programme "apprendre et partager" organisées parallèlement aux compétitions sportives. "Toute une série d'ateliers leur étaient proposés, tous axés sur la préparation de leur future carrière sportive", explique la jeune femme. "Mon travail consistait principalement à leur dire ce qui était à leur disposition et à les conduire à ces activités. Je pense qu'elles ont eu du succès et que les athlètes en ont bien profité."

Parmi les ateliers organisés, citons ceux qui ont appris aux jeunes athlètes à allier sport et études – une chose dont Claire a elle-même fait l'expérience puisqu'elle a fait des études de pharmacie tout en poursuivant une carrière de joueuse de curling au niveau international. Elle était donc tout indiquée pour conseiller les jeunes athlètes. "Il peut s'avérer très difficile pour un jeune sportif de gérer son temps. On a l'impression d'être occupé en permanence. Mais, selon moi, lorsque deux choses vous tiennent réellement à cœur, vous trouvez la motivation nécessaire pour les mener à bien de front. Je pense qu'il est bon également de s'intéresser à autre chose que son sport. C'est un bon moyen de se changer les idées. C'est l'une des choses que j'ai essayé d'inculquer aux jeunes athlètes à Lillehammer, à savoir qu'il était important de trouver un juste équilibre."

Claire a eu pour sa part énormément de choses à mener de front dans son existence. Après sa médaille de bronze à Sotchi, elle a décidé de mettre le curling entre parenthèses pour se consacrer au cyclisme sur piste. Elle a du reste fini deuxième en poursuite individuelle aux Championnats d'Écosse cette même année. Tout en continuant d'exercer son métier de pharmacienne, elle a accepté un poste à la commission des athlètes du Comité National Olympique britannique. "Lorsque j'ai interrompu ma carrière en curling, j'ai tout de même voulu rester dans le milieu sportif. La commission des athlètes m'a offert cette possibilité en me permettant d'être la porte-parole de mes pairs au sein du CNO britannique et d'aborder ainsi les questions qui sont importantes à nos yeux."

© Getty Images

Claire a repris le curling depuis, mais elle reconnaît que son expérience à Lillehammer lui a donné envie de retravailler avec des jeunes à l'avenir. "J'aimerais continuer la compétition encore un peu, avant d'envisager éventuellement une reconversion dans le milieu sportif. J'ai beaucoup aimé travailler avec de jeunes athlètes et je crois que j'aimerais recommencer", explique-t-elle. "J'ai été très impressionnée par les athlètes que j'ai côtoyés [à Lillehammer]. Ils ont tous adopté la bonne attitude, emmagasinant le plus de connaissances possible afin de tirer le meilleur parti de l'événement."

Si l'expérience se révèle aussi profitable pour ces athlètes qu'elle l'a été pour la jeune Claire, il ne fait aucun doute que nous reverrons ces jeunes sportifs sur la scène olympique à l'avenir.

Vous voulez en savoir plus sur la façon d'allier vie sociale, pratique sportive et vie professionnelle ? Consultez notre application ici.

back to top En