skip to content
Date
19 janv. 2004
Tags
Actu CIO

Une Convention internationale contre le dopage dans le sport


"Le monde a besoin de cet outil pour faire face à l’ingéniosité de personnes mal intentionnées qui profitent de l’avidité de certains pour produire des substances dangereuses accroîssant les performances". Telle a été la remarque de clôture du président du CIO, Jacques Rogge, à la première session de la réunion intergouvernementale d’experts sur l’avant-projet d’une convention internationale contre le dopage dans le sport, tenue aujourd’hui, lundi 19 janvier, à Paris.




M. Rogge s'est adressé à des experts et à des représentants de gouvernement qui préparent actuellement une convention internationale sous la présidence du directeur général de l’UNESCO, le Dr Matsuura.




"Des concurrents indignes"
"Le Comité International Olympique et ses composantes luttent depuis longtemps contre le dopage dans le sport, non seulement car les athlètes dopés sont des tricheurs et donc des concurrents indignes, mais aussi parce que ces substances illégales sont nocives pour la santé de ceux qui les prennent", a déclaré M. Rogge.




Le Code mondial antidopage: une avancée historique
Le Code mondial antidopage, élaboré par l'Agence Mondiale Antidopage en collaboration avec des gouvernements et la communauté internationale, a été présenté à la communauté sportive et aux gouvernements lors d’une conférence qui s’est tenue à Copenhague en mars l’année dernière. "Ce code est considéré comme une avancée historique dans la lutte concertée contre le fléau du dopage. Pour la première fois depuis février 1999, nous avons tous le sentiment que nos efforts conjoints sont en train de porter leurs fruits", a poursuivi M. Rogge.




"Une convention internationale de l'UNESCO est nécessaire"
"Nous sommes bien entendu conscients que les gouvernements ne peuvent adhérer au Code mondial antidopage de la même manière que l’a fait la communauté sportive", a reconnu M. Rogge. "Un outil international est par conséquent nécessaire pour leur permettre d’appliquer ce code. C’est pour cette raison avant tout que la convention internationale de l’UNESCO est nécessaire", a-t-il souligné.




Prêts pour Turin
Prochaines étapes: projet de convention pour la Conférence internationale des ministres et hauts fonctionnaires (MINEPS) qui aura lieu à Athènes en août 2004 et projet d'un vote final par la Conférence générale de l'UNESCO en octobre 2005. "Nous constatons que tout cela se fera à temps pour appliquer le code et la convention aux Jeux Olympiques d’hiver à Turin en février 2006. Nous sommes convaincus qu’au rythme auquel vous vous attaquez à ce problème, les résultats désirés seront atteints", a conclu M. Rogge.





Site de l'AMA




Site de l'UNESCO
Tags Actu CIO
back to top