skip to content
Date
09 févr. 2014
Tags
Actu CIO

Une championne de planche à voile défend avec passion la cause du sport et de l'environnement

L'engagement de la championne olympique Barbara Kendall en faveur de la protection environnementale va bien au-delà de son rôle au sein de la commission sport et environnement du CIO. Il prend sa source dans son sport, dans son pays d'origine et dans ses enfants.


Barbara Kendall estime que sa passion pour l'environnement remonte à son enfance en Nouvelle-Zélande, un pays connu pour ses merveilles naturelles. Cette passion précoce s'est vu renforcer lorsqu'elle a commencé la planche à voile. Elle a en effet participé à cinq éditions des Jeux Olympiques, décrochant des médailles d'or, d'argent et de bronze.

"Lorsque vous avez été une athlète, et en particulier une athlète qui pratique son sport en extérieur, vous comprenez à quel point l'environnement est important. L'environnement est présent dans votre cœur. Pour moi, par exemple, les océans sont très importants."

Barbara Kendall, laquelle fait partie de la commission sport et environnement du CIO depuis 2009, a déclaré qu'elle a vu grandir une conscience gouvernementale au fil des années au sein du Mouvement olympique. La commission apporte sa contribution à cette prise de conscience en travaillant main dans la main avec des organisations sportives et en accueillant tous les deux ans une Conférence mondiale sur le sport et l'environnement pour les représentants du sport, des gouvernements, du secteur privé, des organisations non gouvernementales, de la communauté scientifique et des médias.

La commission sport et environnement guide également la commission exécutive du CIO s'agissant des questions environnementales et œuvre de concert avec la Solidarité Olympique pour soutenir les initiatives environnementales des Comités Nationaux Olympiques.

Ainsi que Barbara Kendall l'a déclaré : "Tout le monde est de plus en plus conscient de l'importance de la durabilité, ce qui est fantastique. C'est un grand problème qui peut être accablant, mais si tout le monde y met un peu du sien, une grande différence peut être faite. Il suffit de ramener les choses à l'essentiel. Il faut commencer dans les clubs locaux. Comment gèrent-ils leur consommation d'énergie ? Comment contrôlent-ils leur utilisation d'eau ? Font-ils du recyclage ?"

Le CIO estime que la responsabilité environnementale fait intégralement partie de l'Olympisme, aux côtés du sport et de la culture. Dans le droit fil d'une recommandation du Congrès du Centenaire en 1994, le CIO a amendé la Charte olympique en 1996 afin d'insister sur la nécessité "d'encourager et soutenir une approche responsable des problèmes d'environnement, promouvoir le développement durable dans le sport et exiger que les Jeux Olympiques soient organisés en conséquence".

Étant donné que les normes environnementales diffèrent énormément partout dans le monde, Barbara Kendall pense que l'éducation est un élément essentiel de la promotion du développement durable.

"Tout commence par l'éducation. Le travail ne sera jamais terminé. Nous devons vraiment arriver à un équilibre entre le développement visant à laisser un héritage et ne pas développer pour ne pas nuire à l'environnement", a-t-elle ajouté.

Barbara Kendall estime que son travail en faveur de l'environnement fait partie de sa responsabilité en tant que mère de deux enfants.

"Élevée en Nouvelle-Zélande, j'ai connu un environnement des plus merveilleux. Je veux m'assurer que ce monde reste un bel endroit pour mes enfants lorsqu'ils grandiront. C'est une grande motivation et c'est ce qui explique ma passion pour l'environnement."


 

Tags Actu CIO
back to top