skip to content
Getty Images
Date
31 oct. 2016
Tags
Actu CIO , Rio 2016 , Athlétisme

Une belle surprise et une éclatante confirmation dans les épreuves combinées d’athlétisme

La jeune Belge Nafissatou Thiam a créé la surprise en détrônant la Britannique Jessica Jennis-Hill à l’heptathlon, à l’issue d’une deuxième journée de compétition de très haute volée. Chez les hommes, le meilleur décathlonien du monde, l’Américain Ashton Eaton, a dû s’employer pour conserver son titre en repoussant les assauts du Français Kévin Mayer. Mais il est resté le maître avec un record olympique à la clé !

Le 12 août, lors de la première partie de l’heptathlon, la Britannique Jessica Ennis-Hill (4 057 points) semblait bien partie pour conserver le titre qui avait tant enthousiasmé les spectateurs du stade olympique de Londres les 3 et 4 août 2012. Après quatre épreuves à Rio, (100 m haies, lancer du poids, saut en hauteur et 200 m), elle reléguait loin la Belge Nafissatou Tham (3 985 points) et l’heptathlonienne des Barbades Akela Jones (3 964 points). Mais tout a changé le lendemain !

ar Nafissatou Thiam, 21 ans seulement, a finalement été couronnée championne olympique 2016 de cette épreuve combinée sacrant les plus complets des athlètes, au terme d'un splendide duel avec la tenante du titre. Avec 6 810 points au final, Thiam a su résister à Ennis-Hill (6 775 points) au bout de sept épreuves extrêmement serrées à l'image de la dernière, le 800 m. La Canadienne Brianne Theisen-Eaton, épouse du meilleur décathlète du monde Ashton Eaton, a complété le podium avec 6 653 points.

« C'est dingue », a réagi Nafissatou Thiam qui a carrément amélioré cinq de ses records personnels sur sept épreuves. « Je ne m'attendais pas à ça, peut-être un top 8, mais pas l'or ! J'ai été blessée cette saison et je ne savais pas si je pourrais participer aux Jeux, ça a vraiment été dur de revenir, mais avec le kiné, on a bien bossé et ça a marché », a-t-elle ajouté.

La Belge, qui concilie encore athlétisme et études de géographie, a aligné les performances suivantes le vendredi, lors de la première journée :13 sec 42 sur 100 m haies, 1,98 m en hauteur, 14,91 m au poids et 25 Sec 10 au 200 m. Le samedi, elle a enchaîné avec deux performances de haute volée : 6,58 m en longueur puis 53,13 m au javelot pour prendre la tête du concours, avant le 800 m final. Dans le même temps, Ennis-Hill réalisait 6,34 m en longueur puis 46,06 m au lancer du javelot, et cédait les commandes de la compétition. Thiam a terminé le 800 m en 2 min 16 sec 54 à 7 sec 47, d’Ennis-Hill (2 min 09 sec 07) alors que la Britannique devait la distancer de plus de neuf secondes pour espérer conserver son titre. 

« Dans le 800 m, j’ai juste essayé s’empêcher Jess de s’échapper, a expliqué la jeune et nouvelle championne olympique. Je pensais pouvoir réaliser 2 min 15 ou 2 min 16 et ne pas la laisser aller trop loin. J’imagine que ma vie va changer, je suis toujours étudiante à l’université, il va falloir que je prenne des décisions ». Jessica-Ennis Hill, venue défendre son titre au Brésil après une pause maternité, a expliqué qu’elle aussi devait prendre des décisions : « C’est si dur de trouver les mots pour expliquer tout çà ! C’est beaucoup d’émotions, a-t-elle dit. Il faut que je fasse un choix très important sur ce que je vais faire désormais. C’était peut-être ma dernière compétition. » 

Supportée par son époux américain, qui portait pour le coup une casquette aux couleurs du Canada, Brianne Theisen-Eaton est remontée des tréfonds du classement après la première journée, pour aller quérir le bronze à l’’aide de très bonnes performances dans les trois dernières épreuves. « Même si je n’ai pas eu une bonne première journée, j’ai pu surmonter cela. Ça n’a pas nui à ma concentration ni à ma confiance. Je suis vraiment fière de ce que j’ai accompli. Gagner une médaille olympique n’est pas une chose facile», a-t-elle déclaré. 

Ashton Eaton reste le maître du décathlon !
Cinq jours après avoir applaudi sa femme sur la troisième marche du podium de l’heptathlon, Ashton Eaton est resté le maître du décathlon en remportant le 18 août son deuxième titre olympique consécutif, avec un total de 8 893 points, record olympique égalé. Eaton a longtemps été contesté par le Français Kévin Mayer (8 834 pts), médaille d'argent, tandis que le Canadien Damian Warner a complété le podium (8 666 pts).

Ashton Eaton, champion olympique à Londres en 2012, est ainsi devenu le troisième homme à conserver son titre olympique du décathlon après Bob Mathias (1948 et 1952) et Daley Thompson (1980 et 1984). À 28 ans, il a donc ajouté une nouvelle ligne de gloire à son formidable palmarès, auquel il faut ajouter le record du monde de la discipline, porté à 9 045 points en 2015 aux Mondiaux de l’IAAF de Beijing. L'Américain, Athlète de l'année 2015, a dû gérer avec attention le 1500 m, dernière épreuve du décathlon, pour veiller à ce que le Français Mayer ne vienne lui ôter son bien.




Eaton ne comptait que 48 points d'avance avant ce dernier effort, soit l'équivalent de six à sept secondes. Dans la foulée ou presque de Mayer durant toute la course, Eaton a produit son effort dans les derniers 300 m pour dépasser le Français et assurer ainsi son succès.

Mercredi 17 août, Ashton Eaton était déjà en tête avec 4 621 points après cinq épreuves, devant l'Allemand Kai Kazmirek (4 500) et le Canadien Damian Warner (4 489). Kévin Mayer, auteur de trois records personnels en cinq épreuves, était 4e au classement (4 435).

L'Américain a passé 2,01 m à la hauteur et remporté le 400 m avec un chrono de 46 sec 07, à plus d'une seconde de son record. Dans la matinée, il avait pris la 2e place du 100 m derrière Warner (auteur d'un record olympique officieux de 10 sec 30), remporté le saut en longueur avec un bond à 7,94 m et terminé 10e au poids, un concours enlevé par le Français Kévin Mayer avec un lancer à 15,76 m.

« Tout se passe bien pour l'instant même si je n'ai rien fait d’exceptionnel, a alors déclaré Eaton. J'ai quand même bien lancé le poids et j’en suis content, a-t-il fait remarquer. 

Le lendemain, la première épreuve de la deuxième partie du décathlon était le 110 m haies. Eaton a terminé 2e de sa course en 13 sec 80, juste devant Kevin Mayer, 14 sec 02. L’Américain a ensuite lancé le disque à 45,49 m, voyant son rival français se rapprocher après son seul essai valable à 46,78 m.

Mayer a ensuite dominé le concours de la perche avec un saut à 5,40 m, là encore son record personnel, devant Eaton (5,20 m) et Warner (4,70 m). Au javelot, Mayer a réalisé dès son premier essai un jet à 65,04 m, contre 59,77 m à Ashton Eaton, qui a vu son avantage fondre peu à peu. Ne restait plus à Ashton Eaton qu'à conclure sur le 1500 m pour brillamment conserver son titre!

« Après ma première tentative au javelot, je me suis dit : ‘Ashton c'est pas bon, il va falloir faire mieux’. La deuxième tentative était un peu mieux mais je me suis dit : ‘Ashton, tu ne te rends pas service’. Mais après la troisième tentative, j'ai pensé que c'était bon, car même si je savais que Kévin était à l’aise sur le1500 m, j'avais quand même une bonne avance sur lui », a expliqué le colosse américain. 

Tentera-t-il une passe de trois historique à Tokyo en 2020 ? « Je ne pense pas au futur, je ne sais pas de quoi l'avenir sera fait pour moi. » Et d’ajouter à propos d’Usain Bolt : « Je ne crois pas que son départ entraînera un grand vide pour l'athlétisme. Au contraire, je pense qu'il a suscité de nombreuses vocations et que plein de jeunes perceront dans les prochaines années dans le sport en disant: ‘C'est lui (Bolt) qui a été ma source d’inspiration’. Cela a été mon cas avec Michael Johnson. Attendez dix ans et vous verrez. »

Kevin Mayer a expliqué avoir eu « énormément peur » de passer à côté de l'épreuve, dans laquelle il a pourtant amélioré le record de France avec 8 834 points. « J'ai 24 ans. Je suis vice-champion olympique. Je suis le sixième performeur mondial de tous les temps. Je vais me remettre au travail. Je vais travailler pour essayer d'atteindre ce que personne n'a jamais atteint. » On a vu Ashton Eaton congratuler chaleureusement Kevin Mayer. Que lui at-il dit ? « Il m'a dit: ‘I love you’. Il m'a dit que c'était bien ce que j'avais fait. Je lui ai dit qu’il était mon exemple. Et que je n'hésiterai pas essayer de le battre. C'est beau d'avoir un ambassadeur de notre discipline aussi charismatique. »


back to top En