skip to content
Date
05 juil. 2010
Tags

Un tapis persan, nouveau trésor pour les collections du Musée Olympique


Les collections du Musée Olympique de Lausanne se sont enrichies d’un magnifique tapis persan, offert au nom du Comité National Olympique de la République islamique d’Iran, par trois cyclistes iraniens. Ce tapis, de 2 m sur 3, réalisé en laine et soie et représentant une scène de polo sur un terrain de chasse, a été confectionné par Javad Eslimi et Dayee dans la cité historique d’Ispahan. L’œuvre est une tenture destinée à être exposée sur un mur.

Partis de Budapest, les trois ambassadeurs Seyed Kourosh Mojtabavi, président de la commission des sports du CNO iranien, Ali Asghar Salavatian et Alireza Arabian Najafabadi, respectivement médecin et technicien du groupe, ont traversé la Hongrie, l’Autriche, l’Allemagne et la Suisse pour rejoindre Le Musée Olympique.

Seyed Kourosh Mojtabavi est le fils d’Abdollah Mojtabavi, médaillé de bronze en lutte libre dans la catégorie des 67-73 kg aux Jeux  d’Helsinki en 1952 et qui avait également participé aux Jeux précédents à Londres en 1948.

Le 12 juin dernier, le secrétaire général du CNO iranien, avait adressé une lettre au directeur du Musée Olympique pour lui faire part de son intention de donation. Il écrivait, entre autre: «En hommage  à l’idéal du Mouvement olympique et à l’occasion de la Journée olympique 2010, ce tapis de la République Islamique d’Iran, symbole du sport et de l’art, est offert au Musée Olympique».

«Nous sommes très honorés de cette donation, a déclaré Frédérique Jamolli, conservatrice du Musée Olympique, lors de la cérémonie de donation. Ce projet est un véritable message de détermination et de paix et ce tapis, le symbole de l’excellence de l’art et de la culture iraniens. Nous allons l’intégrer avec le plus grand respect aux trésors du Musée, patrimoine du CIO. Cela s’inscrit totalement dans l’esprit de nos collections qui se font le témoin du lien étroit existant entre le sport, l’art et la culture».

Tags
back to top