skip to content
Getty Images
Date
09 août 2016
Tags
JOJ , Rio 2016 , Actu CIO , Rugby , Canada

Un sept aux anges : Charity Williams, star des JOJ, heureuse de faire à nouveau l’histoire à Rio

Nuit historique au stade de Deodoro à Rio pour l’ancienne athlète des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) Charity Williams, qui a aidé le Canada à remporter sa première médaille olympique en rugby à sept.

La jeune joueuse de 19 ans faisait partie de l’équipe canadienne qui a battu la Grande-Bretagne par 33 à 10 dans le match pour la médaille de bronze, peu avant que l’Australie ne remporte l’or face à la Nouvelle-Zélande.

Getty Images

Pour Charity Williams, ce grand moment arrive tout juste deux ans après avoir décroché la médaille d’argent aux JOJ de Nanjing 2014 – alors que le rugby à sept fait son entrée au programme olympique. Et l’importance de l’occasion ne lui a pas échappé.

“Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens,” a-t-elle confié après le match. “Je suis si heureuse et si fière de notre équipe et de ce que nous avons réussi à faire ici; c’est incroyable. C’est quelque chose que nous emporterons avec nous pour le restant de notre vie. Certaines d’entre nous sont assez jeunes et nous aurons encore d’autres Jeux Olympiques devant nous.”

L’une de ces jeunes joueuses, âgée de 20 ans, n’est autre que Hannah Darling, capitaine de l’équipe canadienne qui avait décroché la médaille d’argent à Nanjing avant de rejoindre Charity Williams dans l’équipe olympique de Rio.

“Ce fut incroyable d’aller aux Jeux Olympiques de la Jeunesse, et me retrouver ici à nouveau avec Hannah est juste époustouflant,” a déclaré Charity Williams. “Elle est la première personne que j’ai embrassée [à la fin du match]. Je suis si heureuse de pouvoir partager cela ensemble.”

D’après Charity Williams, l’expérience acquise aux JOJ a été un facteur significatif dans le succès de Rio.

Getty Images

“Nanjing nous a définitivement aidées,” a-t-elle dit. “Hannah et moi en parlions à note arrivée ici. Nous nous disions, ‘Nous l’avons déjà fait avant; c’est à plus grande échelle, mais nous savons quoi faire. Nous savons qu’il y aura de la pression et nous sommes prêtes à donner le meilleure de nous-mêmes’.”

Si Charity Williams et Hannah Darling sont les seules joueuses canadiennes à avoir une certaine expérience olympique, leurs aînées n’ont pourtant pas cherché conseil auprès d’elles pour savoir à quoi s’attendre à Rio.

“Non, elles ne nous ont pas demandé conseil !” a-t-elle dit. “Nous avons une équipe expérimentée et elles savent ce qu’elles font.”

L’équipe canadienne a été soutenue par les applaudissements nourris et bruyants du public dans les tribunes du stade de Deodoro, des centaines de supporters ayant fait le déplacement jusqu’à Rio, y compris la mère de Charity Williams.

“Elle était aussi à Nanjing,” a-t-elle révélé. “L’avoir ici à mes côtés est réellement super et le soutien que nous avons eu de la part de nos supporters est incroyable.”

Après avoir remporté son historique médaille de bronze, Charity Williams se réjouit maintenant de profiter encore plus de l’ambiance olympique.

“Nous n’avons pas pu défiler à la cérémonie d’ouverture, mais nous serons à coup sûr à la [cérémonie de] clôture”, a-t-elle ajouté. “Pour le moment, je veux juste me balader avec ma maman, fêter cette médaille de bronze et la porter fièrement autour de mon cou.”

Getty Images

Il y a d’autres anciennes des JOJ qui prennent part au tournoi féminin de rugby à sept dont Richelle Stephens, qui a joué six matches pour les États-Unis, et Amaia Erbina, qui a marqué deux essais pour l’Espagne.

Et pendant ce temps, Sacha Valleau viendra fouler le gazon pour la France dans le tournoi masculin qui débute aujourd’hui. Le jeune homme de 19 ans qui était le porte-drapeau de son pays à Nanjing, espère que la France pourra reproduire la performance qu’elle a réalisée aux JOJ en battant l’Australie pour monter sur la première marche du podium.

back to top En